Logo Société canadienne du cancer

Cancer du pancréas

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer du pancréas

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Fumer du tabac est le plus important facteur de risque du cancer du pancréas.

Le risque d’être atteint d’un cancer du pancréas augmente avec l'âge. Ce type de cancer se manifeste généralement chez les personnes âgées de plus de 65 ans. L'âge moyen auquel le cancer du pancréas est diagnostiqué est de 71 ans.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

 

*Vous pouvez vous demander s’il y a un lien entre le café et le cancer du pancréas. Des preuves importantes démontrent qu’il n’existe aucun lien entre le café et le cancer du pancréas.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer du pancréas.

Tabac

La fumée de tabac contient de nombreuses substances chimiques qui peuvent causer le cancer. D'après les scientifiques, ces substances entrent dans le sang et endommagent le pancréas.

Fumer du tabac, en particulier la cigarette, joue un rôle dans le développement du  cancer du pancréas. De 20 à 30 % des cancers du pancréas sont liés au tabac à fumer. Le risque augmente en fonction du nombre de cigarettes et du nombre d'années que vous fumez. Le risque diminue dès que vous cessez de fumer. Plus longtemps vous ne fumez pas après avoir renoncé au tabac, plus le risque de cancer du pancréas diminue.

La consommation de produits du tabac sans fumée accroît également le risque de cancer du pancréas. Ce sont entre autres le tabac à mâcher et le tabac à priser.

Obésité

L’obésité est un état caractérisé par une quantité de graisse corporelle malsaine anormalement élevée. Les personnes dont l’indice de masse corporelle (IMC)indice de masse corporelle (IMC)Mesure basée sur le rapport entre le poids corporel et la taille (calculée en divisant le poids en kilogrammes par la taille en mètres au carré). est de 30 ou plus sont considérées comme obèses. Des études démontrent que les personnes dont l’IMC est élevé risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du pancréas.

Diabète

Le cancer du pancréas se manifeste plus souvent chez les personnes atteintes de diabète. On ne sait pas exactement pourquoi.

Antécédents familiaux de cancer du pancréas

Environ 10 à 20 % des cancers du pancréas sont héréditaires ou familiaux, ce qui signifie que plusieurs membres de la famille en sont atteints. Une personne qui a des antécédents familiaux de cancer du pancréas risque davantage d’en être atteinte elle aussi. Ce risque augmente si un parent au premier degré (père, mère, frère, sœur ou enfant) a reçu un diagnostic de cancer du pancréas. Le risque de cancer du pancréas augmente aussi en fonction du nombre de membres de la famille qui en sont atteints. Dans certaines familles, la hausse du risque peut être attribuable à un trouble génétique héréditaire. Dans d’autres, on n’en connaît pas la raison.

Troubles génétiques

Les troubles génétiques qui suivent sont liés à une hausse du risque de cancer du pancréas.

Le cancer héréditaire du sein et de l’ovaire est causé par des changements, ou mutations, qui se sont produits dans le gène BRCA2. On a établi un lien entre les mutations du gène BRCA2 et une hausse du risque de cancer du sein, de l’ovaire, de la prostate, du côlon et du pancréas. La BRCA2 est la mutation génétique la plus observée chez les personnes atteintes d’un cancer du pancréas.

Le syndrome du nævus dysplasique (FAMMM) est aussi appelé syndrome du nævus atypique. C’est une affection héréditaire qui touche habituellement plusieurs membres d’une famille. Un mélanome et un grand nombre de grains de beauté (nævus) atypiques apparaissent chez les membres de la famille qui sont atteints du FAMMM. Les nævus sont habituellement de tailles et de formes différentes. Le FAMMM est causé par une mutation du gène p16.

Le syndrome de Peutz-Jeghers est un syndrome héréditaire qui engendre la formation d’un très grand nombre de polypes dans le tube digestif. Il provoque aussi l’apparition de taches noires sur les lèvres ainsi qu’autour et à l’intérieur de la bouche.

Le syndrome de Lynch (aussi appelé cancer colorectal héréditaire sans polypose, ou HNPCC) est un syndrome héréditaire rare qui peut mener au cancer colorectal. Une personne atteinte du syndrome de Lynch de type B risque davantage d’avoir d'autres cancers, dont le cancer du pancréas.

La pancréatite héréditaire est une affection génétique rare qui cause une pancréatite grave en bas âge, souvent avant qu’un enfant n’ait 10 ans. La pancréatite est l’inflammation du pancréas.

La néoplasie endocrinienne multiple de type 1 (NEM 1) et la maladie de von Hippel-Lindau sont des troubles génétiques. Elles peuvent accroître votre risque de cancer neuroendocrinien du pancréas (cancer des îlots pancréatiques). Cliquez sur ce lien pour obtenir plus de renseignements sur les cancers neuroendocriniens du pancréas.

Exposition professionnelle à des produits chimiques

Des études ont révélé qu’une exposition professionnelle à certains produits chimiques pendant plus de 10 ans accroît le risque de cancer du pancréas. Ces produits sont entre autres :

  • les composés et les solvants de pétrole
  • certains colorants
  • les substances chimiques nécessaires à l’affinage
  • les hydrocarbures aromatiques polycycliques et les hydrocarbures chlorés

Pancréatite chronique

La pancréatite chronique est l’inflammation prolongée du pancréas. Les personnes atteintes de cette affection risquent davantage d’avoir un cancer du pancréas. Mais la plupart des personnes atteintes d’une pancréatite chronique n’auront jamais le cancer du pancréas. Le lien entre la pancréatite chronique et le cancer du pancréas semble être plus important chez les fumeurs.

Facteurs de risque possibles

On a établi un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du pancréas, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer du pancréas.

Alcool

D’après certaines études, une consommation excessive d’alcool pourrait être liée à une hausse du risque de cancer du pancréas. C’est peut-être parce que la consommation excessive d’alcool est une cause courante de la pancréatite chronique.

Helicobacter pylori

D’après certaines études, il existe un lien entre l’infection au H. pylori et une hausse du risque de cancer du pancréas. On doit faire plus de recherches pour confirmer ce lien.

Virus de l’hépatite B (VHB)

D’après certaines études, l’infection au VHB pourrait accroître le risque de cancer du pancréas. On doit faire plus de recherches pour confirmer ce lien.

Exposition aux pesticides

Certaines études laissent entendre que l’exposition aux pesticides engendre une hausse du risque de cancer du pancréas. On doit faire plus de recherches pour établir ce lien.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si les facteurs suivants sont liés au cancer du pancréas. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres études afin de savoir si les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du cancer du pancréas : 

  • alimentation
  • activité physique

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Paulette Hicks Un geste de bonté gratuit posé durant l’une des périodes les plus difficiles dans la vie d’une personne peut avoir beaucoup d’effet.

Plus de details

Un chez-soi loin de chez soi

Illustration d’une maison

La Société canadienne du cancer offre son hospitalité aux personnes atteintes de cancer qui doivent parcourir de longues distances pour recevoir leurs traitements.

Apprenez-en plus