Cancer de l’ovaire

Vous êtes ici:

Traitement ciblé du cancer de l’ovaire

Certaines femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire reçoivent un traitement ciblé. Ce traitement consiste à employer des médicaments qui ciblent des molécules spécifiques (comme des protéines) situées à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses. Ces molécules contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. En ciblant ces molécules, les médicaments interrompent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages causés aux cellules normales. Le traitement ciblé est parfois aussi appelé traitement à ciblage moléculaire.

Vous pourriez recevoir un traitement ciblé pour ralentir la croissance d’un cancer épithélial de l’ovaire de stade avancé ou d’un carcinome péritonéal primitif.

Votre équipe de soins prendra vos besoins personnels en considération au moment de choisir les médicaments, les doses et les modes d’administration du traitement ciblé. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

Médicaments ciblés administrés pour le cancer de l’ovaire

L’olaparib (Lynparza) peut être offert aux femmes porteuses d’une mutation du gène BRCA1 ou BRCA2. On le prend habituellement deux fois par jour, par voie orale (par la bouche). On peut aussi administrer l’olaparib comme traitement d’entretien aux femmes (porteuses ou non d’une mutation du gène BRCA) atteintes d’un cancer de l’ovaire récidivant de stade avancé qui a réagi à une chimiothérapie constituée d’un médicament à base de platine comme le carboplatine (Platinol, Platinol AQ) ou le cisplatine.

Le bévacizumab (Avastin) peut être employé en association avec un médicament à base de platine comme le carboplatine, un taxane comme le paclitaxel (Taxol) ou d’autres agents chimiothérapeutiques au moment du diagnostic ou après une récidive. Il est administré toutes les 2 à 3 semaines, par voie intraveineuse. En présence d’un cancer récidivant, le bévacizumab est généralement associé au paclitaxel et à la doxorubicine liposomale pégylée (Caelyx) ou au topotécan (Hycamtin) pour augmenter l’efficacité de ces agents chimiothérapeutiques.

On peut administrer le niraparib comme traitement d’entretien aux femmes atteintes d’une récidive de cancer épithélial de l’ovaire ou de carcinome péritonéal primitif qui a répondu à une chimiothérapie constituée d’un médicament à base de platine comme le carboplatine ou le cisplatine.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de l’ovaire, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines femmes en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

Le traitement ciblé s’attaque aux cellules cancéreuses, mais il n’endommage habituellement pas les cellules saines. Il a donc tendance à causer des effets secondaires moins nombreux et moins graves que la chimiothérapie ou la radiothérapie, qui peuvent considérablement endommager les cellules saines en plus des cellules cancéreuses.

Si des effets secondaires surviennent, ils peuvent se manifester n’importe quand pendant le traitement ciblé, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou même des années à la suite du traitement ciblé (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires du traitement ciblé dépendent surtout du type de médicament ou d’association médicamenteuse employé, de la dose, du mode d’administration et de votre état de santé global. Certains des effets secondaires courants du traitement ciblé du cancer de l’ovaire sont :

Avisez les membres de votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres problèmes que vous croyez liés au traitement ciblé. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Renseignements sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur le traitement ciblé

Apprenez-en davantage sur le traitement ciblé. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le traitement ciblé à votre équipe de soins.

traitement d’entretien

Traitement administré après le traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) afin de maîtriser une maladie (comme le cancer) ou pour prévenir sa réapparition (récidive). Ce traitement peut être administré pendant une longue période.

Le traitement d’entretien peut inclure des médicaments, des vaccins, des anticorps ou des hormones.

traitement d’entretien

Traitement administré après le traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) afin de maîtriser une maladie (comme le cancer) ou pour prévenir sa réapparition (récidive). Ce traitement peut être administré pendant une longue période.

Le traitement d’entretien peut inclure des médicaments, des vaccins, des anticorps ou des hormones.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Le Dr David Malkin, chercheur Le Dr David Malkin contribue à accroître la survie des patients grâce au dépistage.

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus