Cancer de l’ovaire

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du cancer de l’ovaire

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour détruire les cellules cancéreuses. La plupart des femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire reçoivent de la chimiothérapie. Votre équipe de soins prendra vos besoins personnels en considération pour choisir les médicaments, les doses et les modes d’administration de la chimiothérapie. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

La chimiothérapie peut être administrée pour différentes raisons. Vous pourriez recevoir une chimiothérapie pour :

  • détruire les cellules cancéreuses qui pourraient rester après une chirurgie et réduire le risque que le cancer revienne (récidive) (chimiothérapie adjuvante)
  • réduire la taille d’une tumeur avant une chirurgie (chimiothérapie néoadjuvante)
  • soulager la douleur ou maîtriser les symptômes d’un cancer de l’ovaire de stade avancé (chimiothérapie palliative)

La chimiothérapie est habituellement un traitement systémique. Cela signifie que les médicaments voyagent dans la circulation sanguine pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses dans tout le corps, y compris celles qui auraient pu se détacher de la tumeur primitive dans l’ovaire.

La chimiothérapie du cancer de l’ovaire peut être administrée par voie intraveineuse (dans une veine) ou par voie intrapéritonéale (IP). Quand les agents chimiothérapeutiques sont administrés par voie IP, ils circulent dans tout l’abdomen et traitent les tumeurs qui s’y trouvent. Ils sont également absorbés dans la circulation sanguine, donc la chimiothérapie IP est aussi considérée comme un type de traitement systémique.

La chimiothérapie IP est seulement offerte lorsque le cancer s’est propagé dans l’abdomen et qu’il reste très peu de cancer après la chirurgie. Dans le cas de la chimiothérapie IP, les médicaments sont injectés directement dans l’abdomen au moyen d’une chambre d’injection. Cette chambre permet aux médicaments d’être administrés en toute sécurité. Le chirurgien peut installer la chambre en même temps que la chirurgie visant à traiter le cancer de l’ovaire ou lors d’une autre intervention.

Si vous recevez de la chimiothérapie IP, vous recevrez aussi de la chimiothérapie intraveineuse, donc les effets secondaires risquent d’être plus intenses que si vous ne receviez que de la chimiothérapie intraveineuse.

Cancer épithélial de l’ovaire

La chimiothérapie du cancer épithélial de l’ovaire consiste habituellement en une association de deux médicaments ou plus administrés toutes les 3 à 4 semaines par voie intraveineuse. En général, un médicament à base de platine comme le carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ) ou le cisplatine est associé à un taxane comme le paclitaxel (Taxol) ou le docétaxel (Taxotere).

Les associations d’agents chimiothérapeutiques les plus souvent employées sont les suivantes :

  • carboplatine et paclitaxel
  • carboplatine et docétaxel
  • cisplatine et paclitaxel

On pourrait vous proposer une chimiothérapie IP si vous êtes atteinte d’un cancer épithélial de l’ovaire de stade 3 et qu’il reste des tumeurs mesurant moins de 1 cm après une chirurgie de réduction tumorale initiale. Le cisplatine et le paclitaxel sont les médicaments auxquels on a le plus souvent recours lors de la chimiothérapie IP.

D’autres agents peuvent être offerts si le cancer épithélial de l’ovaire ne réagit pas à l’association d’un médicament à base de platine et d’un taxane. La chimiothérapie est également utilisée si le cancer épithélial de l’ovaire réapparaît (récidive). Les types de médicament employés dépendront de la sensibilité du cancer aux médicaments à base de platine et de sa persistance (si le cancer n’est jamais complètement disparu après la première chimiothérapie).

Si le cancer a initialement réagi à un médicament à base de platine et qu’il réapparaît plus de 6 mois à la suite de la dernière chimiothérapie, le traitement le plus probablement administré sera une association comportant un médicament à base de platine. Si le cancer n’est pas complètement disparu après la première chimiothérapie ou s’il réapparaît moins de 6 mois après la fin du traitement, d’autres médicaments qui ne sont pas à base de platine seront employés. Ceux-ci comprennent :

  • docétaxel
  • paclitaxel
  • étoposide (Vepesid, VP-16)
  • gemcitabine (Gemzar)
  • cyclophosphamide (Procytox)
  • irinotécan (Camptosar)
  • pemetrexed (Alimta)
  • topotécan (Hycamtin)
  • vinorelbine (Navelbine)
  • doxorubicine liposomale pégylée (Caelyx)

Cancer du stroma de l’ovaire

Les associations chimiothérapeutiques les plus couramment administrées pour traiter le cancer du stroma de l’ovaire sont :

  • carboplatine et paclitaxel
  • protocole PEB (or BEP) – cisplatine, étoposide et bléomycine (Blenoxane)

En présence d’une tumeur du stroma de l’ovaire persistante (qui ne réagit pas aux agents chimiothérapeutiques ni aux médicaments hormonaux employés précédemment) ou récidivante (qui réapparaît), on peut avoir recours à une autre association de médicaments.

Cancer des cellules germinales de l’ovaire

Les associations chimiothérapeutiques les plus couramment utilisées pour traiter le cancer des cellules germinales de l’ovaire sont :

  • protocole PEB (or BEP) – cisplatine, étoposide et bléomycine
  • carboplatine et étoposide

Si la tumeur des cellules germinales de l’ovaire ne réagit pas aux médicaments administrés lors de traitements antérieurs ou si elle récidive, on peut employer d’autres associations médicamenteuses, telles que :

  • protocole VeIP – vinblastine, ifosfamide (Ifex) et cisplatine
  • protocole TIP – paclitaxel, ifosfamide et cisplatine
  • protocole VIP – étoposide, ifosfamide et cisplatine

Tumeurs à la limite de la malignité

Les associations chimiothérapeutiques auxquelles on a le plus souvent recours pour traiter les tumeurs à la limite de la malignité comprennent du carboplatine ou du cisplatine et un autre médicament tel que le paclitaxel. Dans le cas d’une tumeur récidivante (qui est réapparue), la chimiothérapie peut être administrée après la chirurgie.

Carcinome péritonéal primitif

Les associations chimiothérapeutiques les plus couramment administrées pour traiter le carcinome péritonéal primitif sont les mêmes que celles employées pour traiter le cancer épithélial de l’ovaire. S’il reste de petites tumeurs après la chirurgie de réduction tumorale, on peut avoir recours à la chimiothérapie intrapéritonéale en plus de la chimiothérapie intraveineuse.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de l’ovaire, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines femmes en ont beaucoup, alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

La chimiothérapie peut causer des effets secondaires puisqu’elle risque d’endommager les cellules saines tout en détruisant les cellules cancéreuses. Si des effets secondaires surviennent, ils peuvent se manifester n’importe quand pendant la chimiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chimiothérapie (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent principalement du type de médicament, de la dose, du mode d’administration et de votre état de santé global. Certains des effets secondaires courants des agents chimiothérapeutiques employés pour traiter le cancer de l’ovaire comprennent :

Avisez les membres de votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres problèmes que vous croyez liés à la chimiothérapie. Plus vite vous les informez de ces problèmes, plus rapidement ils pourront vous proposer des moyens de les prendre en charge.

Renseignements sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur la chimiothérapie

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie et sur les effets secondaires de la chimiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chimiothérapie à votre équipe de soins.

chambre d’injection

Dispositif spécial qui est inséré sous la peau et qui est relié à une grosse veine par un cathéter (tube flexible).

Une chambre d’injection permet d’avoir accès facilement à la veine et, de cette manière, on peut prélever du sang plusieurs fois ou administrer des médicaments sans avoir à piquer la personne atteinte de nouveau.

Histoires

Catherine Coulson Peu à peu, j’ai pris conscience que moi aussi, je pouvais faire partie des survivants.

Plus de détails

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus