Cancer de l’ovaire

Vous êtes ici:

Stades du cancer de l’ovaire

La stadification décrit ou classe un cancer en fonction de la quantité de cancer présente dans le corps et de son emplacement lors du diagnostic initial. C’est ce qu’on appelle souvent l’étendue du cancer. On se sert de l’information révélée par les examens pour savoir quelle est la taille de la tumeur, quelles parties de l’organe sont atteintes par le cancer, si le cancer s’est propagé à partir de son lieu d’origine et où il s’est propagé. Votre équipe de soins a recours au stade pour planifier votre traitement et prévoir l’issue (votre pronostic).

Le système de stadification le plus fréquemment employé pour le cancer de l’ovaire est la classification de la FIGO. Dans le cas du cancer de l’ovaire, il y a 4 stades. Pour les stades 1 à 4, on utilise souvent les chiffres romains I, II, III et IV, mais, dans le but de rendre le texte plus clair, nous emploierons les chiffres arabes 1, 2, 3 et 4. En général, plus le numéro du stade est élevé, plus le cancer s’est propagé. Parlez à votre médecin si vous vous posez des questions sur la stadification.

Le système de stadification de la FIGO s’applique aux tumeurs épithéliales et aux tumeurs stromales de l’ovaire, y compris les tumeurs à la limite de la malignité. On y a aussi recours pour déterminer le stade des cancers qui prennent naissance dans le péritoine (appelés carcinomes péritonéaux primitifs).

Le stade du cancer de l’ovaire est établi lors d’une intervention chirurgicale visant à enlever les ovaires et la plus grande partie possible du tissu dans lequel le cancer s’est propagé. Tous les tissus enlevés sont analysés pour vérifier s’ils contiennent des cellules cancéreuses. On détermine le stade selon les résultats des examens. On peut se rendre compte que le stade de certaines femmes que l’on croyait atteintes d’un cancer de stade précoce (stade 1) est plus élevé après la stadification chirurgicale complète.

Apprenez-en davantage sur la stadification du cancer.

Stade 1

La tumeur se trouve uniquement dans un ovaire ou dans les deux.

Dans le cas du stade 1A, la tumeur se trouve à l’intérieur d’un seul des ovaires et nulle part ailleurs. La capsule entourant l’ovaire n’est pas rompue (elle est intacte).

Dans le cas du stade 1B, des tumeurs se trouvent à l’intérieur des deux ovaires, mais nulle part ailleurs. La capsule qui entoure chacun des ovaires n’est pas rompue.

Dans le cas du stade 1C, la tumeur se trouve dans un seul ovaire ou dans les deux et l’un des éléments suivants est vrai :

  • La capsule entourant l’ovaire s’est brisée lors de la chirurgie (déversement chirurgical).
  • La capsule entourant l’ovaire s’est brisée avant la chirurgie. On observe des cellules cancéreuses sur la surface d’un ovaire ou des deux.
  • Des cellules cancéreuses sont présentes dans le liquide d’ascite ou de lavage péritonéal (solution saline utilisée pour laver la cavité péritonéale et vérifier la présence de cellules cancéreuses au moment de la chirurgie).

Stade 2

Le cancer est présent dans un seul ovaire ou dans les deux et il a envahi les organes voisins dans le bassin.

Dans le cas du stade 2A, la tumeur a envahi l’utérus, les trompes de Fallope ou les deux.

Dans le cas du stade 2AB, la tumeur a envahi d’autres organes situés dans la partie inférieure du bassin, comme le rectum.

Stade 3

Le cancer est présent dans un seul ovaire ou dans les deux ou il a pris naissance dans le péritoine. Le cancer s’est propagé à des régions situées à l’extérieur du bassin.

Dans le cas du stade 3A, le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques situés à l’arrière de l’abdomen (ganglions lymphatiques rétropéritonéaux) ou bien une petite quantité de cancer (observée seulement au microscope) s’est propagée au péritoine à l’extérieur du bassin et jusqu’à l’intestin et elle peut s’être propagée aux ganglions lymphatiques rétropéritonéaux.

Dans le cas du stade 3B, une grande quantité de cancer (observée par le médecin lors de la chirurgie) s’est propagée au péritoine juste à l’extérieur du bassin et jusqu’à l’intestin et elle peut s’être propagée aux ganglions lymphatiques rétropéritonéaux.

Dans le cas du stade 3C, le cancer s’est propagé au péritoine à l’extérieur du bassin et loin de cette structure (à plus de 2 cm de distance). Il peut être présent sur la capsule entourant le foie ou la rate, mais il n’a pas envahi l’intérieur de ces organes.

Stade 4

Le cancer s’est propagé à d’autres parties du corps (métastases à distance) situées à l’extérieur de l’abdomen et du bassin.

Dans le cas du stade 4A, on observe des cellules cancéreuses dans le liquide qui s’est accumulé à l’intérieur de la cavité pleurale (épanchement pleural).

Dans le cas du stade 4B, le cancer s’est propagé à d’autres organes, comme le foie (partie interne), les poumons ou les ganglions lymphatiques situés à l’extérieur de l’abdomen.

Récidive de cancer de l’ovaire

La récidive d’un cancer de l’ovaire signifie que le cancer réapparaît à la suite du traitement. S’il réapparaît à l’endroit où il a d’abord pris naissance ou près de celui-ci, on parle de récidive locale. Il peut aussi réapparaître dans une autre partie du corps : on parle alors de récidive ou de métastase à distance.

péritoine

Membrane qui tapisse les parois internes de la cavité abdominale et pelvienne (péritoine pariétal) et qui recouvre et soutient la plupart des organes abdominaux (péritoine viscéral).

ascite

Accumulation anormale de liquide dans l’abdomen.

cavité péritonéale

Espace compris entre le péritoine pariétal (membrane qui tapisse les parois de l’abdomen et du bassin) et le péritoine viscéral (membrane qui recouvre et soutient la plupart des organes dans l’abdomen).

intestin

Organe long et tubulaire situé dans l’abdomen qui reçoit les aliments partiellement digérés venant de l’estomac, absorbe les éléments nutritifs, prépare les déchets (selles, ou matières fécales) et les évacue à l’extérieur du corps par l’anus.

L’intestin est composé de l’intestin grêle et du gros intestin.

cavité pleurale

Espace entre les poumons et la paroi de la cage thoracique qui est tapissée par la plèvre.

Histoires

Catherine Coulson Peu à peu, j’ai pris conscience que moi aussi, je pouvais faire partie des survivants.

Plus de détails

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus