Cancer de l’ovaire

Vous êtes ici:

Classification histologique du cancer de l’ovaire

Le grade décrit l’apparence des cellules cancéreuses comparativement à celle des cellules normales ainsi que leur vitesse de croissance. Pour établir le grade du cancer de l’ovaire, le pathologiste examine au microscope un échantillon de tissu prélevé dans la tumeur.

On utilise le mot différenciation pour désigner à quel point les cellules cancéreuses sont différentes.

Les cellules cancéreuses de bas grade sont habituellement bien différenciées. Elles ont presque l’air de cellules normales. Elles ont tendance à se développer lentement et risquent moins de se propager.

Les cellules cancéreuses de haut grade sont habituellement peu différenciées ou indifférenciées. Leur apparence est moins normale, ou plus anormale. Elles ont tendance à se développer plus rapidement et sont plus susceptibles de se propager que les cellules cancéreuses de bas grade.

Une particularité des cancers épithéliaux séreux de l’ovaire est que le nom des deux sous-types de tumeurs mentionne le grade, établi selon leur apparence et leur comportement :

  • carcinome séreux de bas grade (CSBG)
  • carcinome séreux de haut grade (CSHG)

Par définition, certains cancers de l’ovaire sont de grade élevé, comme le carcinome à cellules claires. Le grade d’autres types de cancer de l’ovaire est classé de 1 à 3, par exemple dans le cas de l’adénocarcinome endométrioïde. Plus le nombre est bas, plus le grade du cancer l’est aussi.

Le fait de connaître le grade donne à votre équipe de soins une idée de la rapidité à laquelle le cancer peut se développer et de la probabilité de sa propagation. Cela l’aide à planifier votre traitement. Le grade peut aussi aider l’équipe de soins à déterminer l’issue possible de la maladie (le pronostic) et à prévoir comment le cancer pourrait réagir au traitement.

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus