Logo Société canadienne du cancer

Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Traitement du lymphome non hodgkinien

Le traitement du lymphome non hodgkinien (LNH) est administré par des spécialistes du cancer, soit des oncologues, ou par des hématologueshématologuesÉtude et traitement du sang, des tissus et organes qui fabriquent le sang et des troubles sanguins.. Certains se spécialisent en chirurgie, d'autres en radiothérapie ou bien en chimiothérapie (médicaments). Ces médecins discutent avec la personne atteinte de cancer pour choisir le meilleur plan de traitement.

Les plans de traitement sont conçus de façon à répondre aux besoins uniques de chaque personne atteinte d’un lymphome. Les décisions relatives au traitement du lymphome non hodgkinien (LNH) se basent sur les éléments suivants :

  • type de LNH
  • stade du LNH
  • rapidité d’évolution (grade) du LNH – évolution lente (indolent) ou évolution rapide (agressif)
  • facteurs pronostiquesfacteurs pronostiquesSituation, état ou caractéristique d'une personne qu'on considère lorsqu'on établit un pronostic.
  • âge de la personne
  • état de santé global de la personne et présence d’autres troubles médicaux qui pourraient nuire au traitement
  • traitement déjà administré, si c’est le cas

Les lymphomes réagissent souvent très bien au traitement.

Options de traitement du lymphome

  • Chimiothérapie
    • Les agents chimiothérapeutiques employés dépendent du type de LNH et de son stade.
    • On a souvent recours à un seul agent chimiothérapeutique ou à une association d’agents chimiothérapeutiques pour traiter le LNH.
  • Thérapie biologique
    • On peut administrer seulement une thérapie biologique pour traiter certains types et stades du LNH. On peut aussi l’associer à une chimiothérapie.
  • Radiothérapie
    • On peut avoir recours à la radiothérapie externe seulement pour traiter des régions affectées par un lymphome précoce localisé. On peut aussi l’associer à une chimiothérapie.
  • Observation vigilante
    • On a recours à l’observation vigilante quand le lymphome évolue très lentement et qu’il n’y a pas de symptômes. On surveille attentivement la personne pour savoir s’il n’y a pas de signes ou de symptômes d’évolution de la maladie sans toutefois lui administrer de traitement. On entame le traitement quand des symptômes apparaissent ou qu’il y a des signes d’évolution du lymphome.
  • Chirurgie
    • On a surtout recours à la chirurgie pour enlever un ganglion lymphatique en partie ou en totalité (biopsie) en vue de diagnostiquer un lymphome. On fait rarement une chirurgie plus étendue pour traiter le LNH.
    • On pourrait enlever la rate (splénectomie) dans certains cas.
  • Greffe de cellules souches
    • On peut avoir recours à la greffe de cellules souches (GCS) dans certains cas, comme lorsque le lymphome réapparaît après avoir été traité ou qu’il ne réagit plus au traitement.
  • Suivi après le traitement
    • Il est important d'avoir régulièrement des visites de suivi, en particulier au cours des 2 premières années qui suivent le traitement puisque c’est à ce moment-là que le risque de récidive est le plus élevé.

Essais cliniques

En essais cliniques, on étudie de nouvelles et meilleures méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. De nombreux essais cliniques sur le LNH sont en cours au Canada et acceptent des participants. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la section "Essais cliniques" de ce chapitre.

Consultez la liste de questions à poser à votre médecin sur le traitement.

Histoires

Researcher Dr Raymond Andersen Les recherches du Dr Raymond Andersen pourraient mener à la découverte d’un nouveau médicament prometteur contre le cancer de la prostate.

Plus de details

Accès aux services offerts dans votre communauté

Illustration de maisons côte à côte

Le répertoire de services à la communauté de la Société canadienne du cancer aide les personnes atteintes de cancer et leurs familles à trouver les services et programmes disponibles dans leur communauté.

Apprenez-en plus