Logo Société canadienne du cancer

Lymphome non hodgkinien

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le lymphome non hodgkinien

Il est possible que les personnes atteintes d'un lymphome non hodgkinien (LNH) se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Index pronostique international

Les médecins ont souvent recours à l’Index pronostique international (IPI) pour identifier quelles personnes sont les plus susceptibles de bien réagir au traitement et celles dont le cancer récidivera probablement. L’IPI a été conçu pour aider à déterminer l’issue des personnes atteintes d’un lymphome agressif et on l’utilise pour la plupart des lymphomes. Les principaux facteurs pronostiques du LNH selon l’IPI sont les suivants :

  • âge
  • stade du LNH
  • taux de lacticodéshydrogénase, ou LDH (mesuré dans le sang)
  • sièges extraganglionnaires
  • indice fonctionnel

Âge

Les personnes de moins de 60 ans ont tendance à avoir un pronostic plus favorable que celles qui ont plus de 60 ans.

Stade du LNH

Plus le stade du LNH est bas, ou précoce (stade I ou II), plus le pronostic est favorable. Les LNH de stade III ou IV engendrent un pronostic moins favorable.

Taux de lacticodéshydrogénase (LDH)

Une personne dont le taux sanguin de LDH est normal a tendance à avoir un pronostic plus favorable qu’une personne dont le taux de LDH est élevé. On associe généralement une hausse du taux de LDH à une maladie plus étendue et le taux de LDH est souvent plus élevé chez les personnes atteintes d’un lymphome qui évolue rapidement.

Sièges extraganglionnaires

Un lymphome confiné dans les ganglions lymphatiques est plus facile à traiter et engendre un meilleur pronostic qu’un lymphome qui s’est propagé hors des ganglions lymphatiques (lymphome extraganglionnaire) dans des organes comme la moelle osseuse, le foie, le cerveau ou la moelle épinière (système nerveux central). Les personnes dont le lymphome n’a pas atteint aucun siège extraganglionnaire ou seulement 1 siège extraganglionnaire ont un meilleur pronostic que celles dont le lymphome affecte 2 sièges extraganglionnaires ou plus.

Le lymphome extraganglionnaire qui se développe dans le cerveau ou les testicules engendre un pronostic moins favorable.

Indice fonctionnel

On classe l’indice fonctionnelindice fonctionnelMesure de la capacité d’une personne à effectuer des tâches courantes ainsi que ses activités quotidiennes. selon une échelle. On a recours à différentes échelles. En général, plus une personne est active et plus elle est en mesure de poursuivre ses activités quotidiennes, meilleur est l’indice fonctionnel. Les personnes dont l’indice fonctionnel est bon, soit celles qui fonctionnent presque normalement, ont un meilleur pronostic que celles dont l’indice fonctionnel est faible, soit celles qui ont besoin d’aide dans leurs activités quotidiennes ou qui doivent passer beaucoup de temps au lit.

Score pronostique de l’IPI

L’IPI aide les médecins à établir un score pronostique selon les 5 facteurs pronostiques du LNH. Un point est alloué à chaque facteur pronostique défavorable, puis on les additionne pour obtenir un score entre 0 et 5. Cela donne une idée du pronostic. Plus le score est bas, plus le pronostic est favorable.

Facteur pronostiqueFavorableDéfavorable

Âge

60 ans ou moins

Plus de 60 ans

Stade

I ou II

III ou IV

Taux de LDH

normal

élevé

Sièges extraganglionnaires

Pas de lymphome hors des ganglions lymphatiques

ou

Lymphome dans 1 seule région hors des ganglions lymphatiques

Lymphome dans plus de 1 organe autre que les ganglions lymphatiques

Indice fonctionnel

Bon indice fonctionnel

Faible indice fonctionnel

Retour au menu

Autres facteurs pronostiques

On pourrait tenir compte d’autres facteurs pronostiques.

Type de lymphome

Les personnes atteintes d’un lymphome B ont tendance à avoir un meilleur pronostic que celles qui sont atteintes d’un lymphome T. Cependant, le lymphome anaplasique à grandes cellules et le lymphome T cutané sont 2 sous-types de lymphome T qui engendrent un assez bon pronostic.

Des 2 types de lymphomes B les plus courants, le lymphome folliculaire engendre généralement un meilleur pronostic que le lymphome diffus à grandes cellules B.

Taille de la tumeur (volume)

Plus la tumeur est petite, plus le pronostic est favorable. Les petites tumeurs ont tendance à mieux réagir au traitement. Une très grosse tumeur (10 cm ou plus) peut être appelée tumeur volumineuse et les grosses tumeurs engendrent souvent un pronostic moins favorable.

Symptômes B

L’absence de symptômes B (fièvre, sueurs nocturnes et perte de poids) est habituellement associée aux stades précoces du LNH et à un pronostic plus favorable. On associe généralement la présence des symptômes B à une maladie plus étendue.

Taux d’hémoglobine

Une personne dont le taux d’hémoglobine est normal a un meilleur pronostic qu’une personne dont le taux d’hémoglobine est bas et qui fait de l’anémie.

Retour au menu

Lymphome folliculaire

On a élaboré un index pronostique différent pour le lymphome folliculaire, qui a tendance à se développer lentement. C’est le Follicular Lymphoma International Prognostic Index (FLIPI). Les facteurs pronostiques du FLIPI diffèrent légèrement de ceux de l’IPI.

Retour au menu

Histoires

Mary Antonenko Nous avons tous besoin du soutien de nos proches, mais même le meilleur entourage du monde ne peut remplacer le contact avec d’autres survivants.

Lisez l'histoire de Mary

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus