Logo Société canadienne du cancer

Lymphome non hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Greffe de cellules souches pour le lymphome non hodgkinien chez l'enfant

On a parfois recours à la greffe de cellules souches pour traiter le lymphome non hodgkinien (LNH) chez l'enfant. Elle permet de remplacer les cellules souches quand la moelle osseuse ou les cellules souches sont endommagées. La greffe de cellules souches est une intervention très risquée et complexe qui doit être réalisée dans un centre ou un hôpital spécialisé dans la greffe.

On trouve les cellules souches dans la moelle osseuse, la circulation sanguine et le cordon ombilical. Les cellules souches sont des cellules de base qui se transforment en différents types de cellules qui ont des fonctions distinctes. Toutes nos cellules sanguines, par exemple, proviennent des cellules souches sanguines.

Lors d’une greffe de cellules souches, on administre une chimiothérapie à forte dose pour tuer toutes les cellules dans la moelle osseuse. Cela inclut les cellules saines et les cellules du lymphome. À la suite de la chimiothérapie à forte dose, on redonne des cellules souches saines pour remplacer celles qui ont été détruites dans la moelle osseuse.

On peut avoir recours à la greffe de cellules souches pour traiter le lymphome non hodgkinien chez l'enfant si :

  • le cancer ne réagit pas aux autres traitements ou s’il résiste aux traitements;
  • si le cancer réapparaît (récidive) à la suite du traitement.

La greffe de cellules souches est une intervention complexe qui engendre de nombreux effets secondaires et risques et qui doit être réalisée dans un centre ou un hôpital spécialisé dans la greffe.

Types de greffes pour les enfants atteints d’un LNH

On peut avoir recours aux types de greffes de cellules souches qui suivent chez les enfants atteints d’un LNH.

Autogreffe

Pour ce type de greffe, on prélève les cellules souches dans le sang ou la moelle osseuse de l’enfant atteint.

L’autogreffe est le type de greffe le plus courant pour traiter un LNH infantile résistant ou récidivant. Avant de prélever les cellules souches, le médecin fait une ponction et une biopsie de la moelle osseuse pour s’assurer qu’il n’y a pas de cellules cancéreuses dans la moelle osseuse. On prélève généralement les cellules souches dans le sang périphérique par un cathéter veineux spécial, après que l’enfant s’est rétabli d’un cycle de chimiothérapie. Les cellules souches prélevées sont ensuite congelées jusqu’à ce qu’on en ait besoin.

Lors d’une autogreffe de cellules souches, on a recours à une chimiothérapie à très fortes doses (conditionnement) pour essayer de tuer toutes les cellules cancéreuses restantes. Les doses sont si élevées que la moelle osseuse saine de l’enfant ne se rétablira pas sans être « sauvée » par ses propres cellules souches saines qui ont été prélevées auparavant. Après la chimiothérapie à forte dose, on redonne à l’enfant ces cellules souches.

Allogreffe

Pour ce type de greffe, on prélève les cellules souches chez une personne (donneur) pour les administrer à l'enfant qui reçoit la greffe (receveur). Le donneur peut être un proche parent ou une personne qui n’est pas apparentée à l’enfant. Les cellules souches peuvent être prélevées dans la moelle osseuse ou le sang périphérique du donneur, ou dans un cordon ombilical. On détermine la compatibilité entre le donneur et le receveur par le biais d’un procédé appelé typage des antigènes d'histocompatibilité (typage HLA).

On peut avoir recours à une allogreffe pour traiter certains types de LNH infantile récidivant. En plus de permettre un « sauvetage » après une chimiothérapie à très fortes doses, les cellules souches du donneur aident souvent à combattre le lymphome chez le receveur (personne qui reçoit les cellules souches) parce qu’elles reconnaissent les cellules cancéreuses comme étrangères.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du LNH, il est toujours possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque enfant les ressent différemment.

Les effets secondaires peuvent se manifester n’importe quand pendant, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines après la greffe de cellules souches. Il arrive parfois que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années après une greffe de cellules souches (effets tardifs). La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la greffe de cellules souches dépendent principalement du type d’agent chimiothérapeutique ou d’association de médicaments administré, de l’administration ou non d’une radiothérapie, du type de greffe pratiqué et de l’état de santé global de l’enfant. Les effets secondaires courants de la greffe de cellules souches sont entre autres :

Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite du traitement du LNH infantile. Apprenez-en davantage sur les effets tardifs du LNH chez l’enfant.

Avisez l’équipe de soins si votre enfant éprouve ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la greffe de cellules souches. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider votre enfant à les soulager.

Questions à poser sur la greffe de cellules souches

Apprenez-en davantage sur la greffe de cellules souches et les effets secondaires de la greffe de cellules souches. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur la greffe de cellules souches à l’équipe de soins.

Histoires

Marie Whitehead Déceler le cancer le plus tôt possible. C’est ce qui compte avant tout. Cela pourrait vous sauver la vie.

Lisez l’histoire de Marie

Faire face au fardeau financier du cancer

Illustration de pièces de monnaie

La Société canadienne du cancer fournit de précieux renseignements sur les programmes gouvernementaux en matière de revenu, l’aide financière et les autres ressources à la disposition des familles qui essaient de boucler leur budget en cette période difficile.

Apprenez-en plus