Lymphome non hodgkinien chez l’enfant

Vous êtes ici:

Traitements du lymphome lymphoblastique chez l'enfant

En présence d’un lymphome lymphoblastique chez l'enfant (infantile), on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. L’équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de la santé de votre enfant et de renseignements spécifiques sur le lymphome. Les traitements se basent sur le stade du cancer.

Traitements du lymphome lymphoblastique infantile récemment diagnostiqué

Le traitement principal du lymphome lymphoblastique infantile récemment diagnostiqué comporte une chimiothérapie. On peut l’administrer en 3 phases ou plus dont l’induction, la consolidation et l’entretien.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est le traitement principal du lymphome lymphoblastique infantile. La durée de la chimiothérapie dépend du stade et de la catégorie de risque du cancer ainsi que du plan de traitement (protocole).

Les phases d’induction et de consolidation comprennent l’association de nombreux agents chimiothérapeutiques différents. On administre une chimiothérapie intrathécale, c’est-à-dire directement dans le liquide céphalorachidien (LCR). On peut le faire lors des 2 premières phases ou à différents moments au cours du traitement pour empêcher les cellules cancéreuses de se propager au cerveau et à la moelle épinière, soit le système nerveux central (SNC). Ces traitements sont suivis d’un traitement d’entretien. Il faut habituellement 2 ou 3 ans pour terminer les 3 phases du traitement.

Les agents chimiothérapeutiques sont administrés selon différentes associations en fonction des différents plans de traitement. Les agents chimiothérapeutiques suivants sont les plus couramment associés lors des phases d’induction et de consolidation du traitement du le lymphome lymphoblastique :

  • prednisone
  • dexaméthasone (Decadron, Dexasone)
  • vincristine (Oncovin)
  • daunorubicine (Cerubidine, daunomycine)
  • doxorubicine (Adriamycin)
  • asparaginase (Kidrolase)
  • cyclophosphamide (Procytox)
  • cytarabine (Cytosar)
  • méthotrexate
  • mercaptopurine (Purinethol)
  • thioguanine (Lanvis)
  • carmustine (BiCNU, BCNU)
  • leucovorine (acide folinique)

Lors d’une chimiothérapie intrathécale, on administre habituellement du méthotrexate.

La chimiothérapie d'entretien comprend généralement l'administration quotidienne de mercaptopurine, l'administration hebdomadaire et par voie orale de méthotrexate, l’administration mensuelle de vincristine, un court traitement à base de stéroïdes ainsi qu’une chimiothérapie intrathécale.

Radiothérapie

S’il y a des signes de lymphome dans le liquide céphalorachidien lors du diagnostic, les enfants atteints d’un lymphome lymphoblastique pourraient recevoir une radiothérapie à la tête en plus d’une chimiothérapie intrathécale.

Traitements du lymphome lymphoblastique infantile qui récidive

Les traitements d’un lymphome lymphoblastique infantile qui récidive, ou rechute, comportent habituellement une chimiothérapie intensive, afin de parvenir à la rémission, suivie d’une greffe allogénique de cellules souches. Il est possible que les enfants atteints d’un lymphome lymphoblastique récidivant participent à un essai clinique.

On peut administrer entre autres les associations chimiothérapeutiques suivantes pour traiter la récidive de lymphome lymphoblastique chez l’enfant :

  • ifosfamide (Ifex), carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ) et étoposide suivie d’une greffe de cellules souches
  • chimiothérapie à base de nélarabine (Atriance) suivie d’une greffe de cellules souches

Essais cliniques

On peut traiter les enfants atteints de cancer en essai clinique. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

allogénique

Terme qui fait référence à l’ADN, aux cellules, aux tissus ou aux organes prélevés chez un donneur pour être administrés à un receveur qui est fortement, mais non entièrement, compatible avec le donneur sur le plan génétique.

Dans le cas d’une greffe allogénique de cellules souches, par exemple, on prélève du sang ou de la moelle osseuse chez un donneur (habituellement un parent au premier degré) et on les injecte à un receveur.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Shawn Li Je suis infiniment reconnaissant envers la Société canadienne du cancer pour son soutien à ma recherche par une Subvention pour l’innovation.

Plus de détails

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus