Logo Société canadienne du cancer

Cancer
neuroendocrinien

Vous êtes ici:

Chirurgie du cancer neuroendocrinien

La chirurgie est le traitement principal du cancer neuroendocrinien. On y a recours pour :

  • enlever complètement une tumeur neuroendocrine ou un carcinome neuroendocrinien localisé
  • enlever la plus grande partie possible de la tumeur (réduction tumorale)
  • atténuer les complications telles qu’une obstruction intestinale ou une atteinte des valvules cardiaques

Le type de chirurgie pratiqué dépend surtout de la taille de la tumeur ou du stade du cancer. Il peut également dépendre d’autres facteurs, comme le type de tumeur. Les effets secondaires de la chirurgie dépendent du type d’intervention effectué.

Évaluation préchirurgicale et traitement

Avant de pratiquer une chirurgie, on procède à une évaluation complète des antécédents médicaux et à un examen médical de la personne atteinte d’un cancer neuroendocrinien.

On peut entamer un traitement de soutien pour soulager les signes et symptômes causés par la sécrétion excessive d’hormones d’une tumeur neuroendocrine ou d’un carcinome neuroendocrinien fonctionnel. Il peut survenir des problèmes graves qui risquent de mettre la vie en danger si les taux d’hormones ne sont pas maîtrisés. Une tumeur neuroendocrine ou un carcinome neuroendocrinien peut libérer une grande quantité d’hormones si on y touche au cours de l’intervention, c’est pourquoi l’équipe chirurgicale prendra des précautions pour prévenir et traiter cette complication.

Une thérapie biologique effectuée à l’aide de congénères de la somatostatine, comme l’octréotide (Sandostatin), empêche la tumeur neuroendocrine ou le carcinome neuroendocrinien de produire des hormones.

Ablation chirurgicale d’une tumeur neuroendocrine

Il est possible d’enlever complètement une tumeur neuroendocrine localisée ainsi qu’une marge de tissu sain. L’ablation totale de la tumeur par chirurgie est habituellement possible aux premiers stades de la maladie.

Dans le cas d’un cancer neuroendocrinien avancé, on procède à une chirurgie pour réduire la masse tumorale autant que possible (réduction tumorale ou cytoréduction). On peut effectuer de fréquentes chirurgies de réduction tumorale pour réduire de façon efficace la masse de la tumeur, atténuer les symptômes, améliorer la qualité de vie du patient et prolonger sa survie.

La résectionrésectionAblation chirurgicale de tissus ou d’une partie d’un organe ou d’une structure., la cryochirurgiecryochirurgieIntervention chirurgicale consistant à geler et à détruire des tissus anormaux en les exposant à un froid intense (en utilisant de l’azote liquide ou du gaz carbonique liquide). et l’ablation par radiofréquence constituent différentes méthodes chirurgicales utilisées pour enlever ou réduire une tumeur. À un stade avancé, si le cancer s’est propagé au foie, on peut pratiquer une hépatectomie partielle (ablation chirurgicale d’une partie du foie) ou procéder à une greffe du foie pour réduire le volume tumoral et atténuer les symptômes.

Radiologie interventionnelle

Le médecin peut utiliser des techniques de guidage par imagerie comme la radiographie, la TDM, l’échographie ou l’IRM pour l’aider à insérer des particules de mousse de gélatine (Gelfoam), de la cellulose ou d’autres substances expansibles dans l’artère qui mène à la tumeur. Ces substances bouchent l’artère et bloquent le principal apport sanguin à la tumeur, neutralisant la tumeur à la longue.

Chez une personne ayant des métastases au foie, recourir à l’embolisationembolisationIntervention qui consiste à bloquer ou à ralentir l’apport en sang à des tissus ou à un organe. pour bloquer l’apport de sang à la tumeur peut réduire la masse de la tumeur et améliorer sa qualité de vie, en plus de prolonger sa survie. L’embolisation associée à l’administration de médicaments cytotoxiques (chimioembolisation) pour traiter des métastases au foie constitue un traitement possible pour certaines personnes.

Consultez la liste de questions à poser au médecin sur la chirurgie.

Histoires

Parker Murchison Ce que j’aime le plus du camp Goodtime, c’est la compagnie d’autres enfants qui ont survécu au cancer. Ils comprennent ce que tu vis et peuvent t’aider à traverser les moments difficiles.

Lisez l’histoire de Parker

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus