Logo Société canadienne du cancer

Neuroblastome

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du neuroblastome

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition du cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive parfois que le neuroblastome se développe chez des enfants qui ne présentent aucun des facteurs de risques décrits ci-dessous.

Le neuroblastome est la tumeur solide qui se manifeste le plus fréquemment à l’extérieur du cerveau chez l’enfant. Il représente environ 8 à 10 % de tous les cancers chez l’enfant.

Environ 80 % des neuroblastomes apparaissent avant l'âge de 5 ans, avec un âge moyen de 2,5 ans au moment du diagnostic. C'est le cancer le plus courant chez les bébés de moins de 1 an. Le neuroblastome est très rare chez les enfants de plus de 10 ans. Il affecte un peu plus les garçons que les filles.

Les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du neuroblastome. Aucun des facteurs de risque connus n’est modifiable. Cela signifie que vous ne pouvez pas les changer ni les éviter. D’ici à ce qu’on en sache davantage sur ces facteurs de risque, il n’y a pas de façon spécifique de réduire le risque.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque connus

Des données convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter le risque de neuroblastome.

Antécédents familiaux

Environ 1 à 2 % des enfants qui reçoivent un diagnostic de neuroblastome ont des antécédents familiaux de la maladie. Le risque de ce cancer semble être le plus élevé chez les frères et les sœurs ou un jumeau identique d’enfants qui ont déjà la maladie.

Troubles génétiques

Les troubles génétiques sont causés par des changements dans certains chromosomes. Ces changements sont transmis aux enfants par les parents. On sait que le neuroblastome se développe chez les enfants atteints des troubles génétiques suivants, qui impliquent des changements dans les cellules nerveuses immatures (appelées cellules des crêtes neurales, ou neuroblastes). D’autres changements chromosomiques ont également été identifiés chez des enfants atteints d’un neuroblastome.

  • La maladie de Hirschsprung est une affection caractérisée par l’absence d’innervation dans certaines parties des intestins, ce qui entraîne un dysfonctionnement du gros intestin et un blocage possible.
  • Le syndrome de l’hypoventilation centrale congénitale est aussi appelé hypoventilation alvéolaire primitive. C’est un trouble rare qui affecte la respiration. Les personnes atteintes de ce trouble ont une respiration superficielle, en particulier quand elles dorment.
  • La neurofibromatose de type 1 (maladie de von Recklinghausen) est une affection caractérisée par le développement de tumeurs non cancéreuses dans les nerfs et la peau, ce qui rend certaines régions de la peau plus pâles ou plus foncées.
  • Le syndrome de Beckwith-Wiedeman affecte la croissance de différentes parties du corps. Il est caractérisé par une croissance excessive du corps, de la langue et des organes, une anomalie de la paroi abdominale et un faible taux de sucre chez les nouveau-nés.
  • Le syndrome de Di George est caractérisé par le développement inadéquat de plusieurs appareils ou systèmes du corps, ce qui engendre des troubles médicaux, comme des  anomalies cardiaques, une fente palatine ainsi que des problèmes affectifs et comportementaux.

Retour au menu

Facteurs de risque inconnus

On ne sait pas s’il y a un lien entre les facteurs qui suivent et le neuroblastome. Il se peut que les chercheurs n’arrivent pas à montrer un lien certain ou que les résultats d’études diffèrent. On doit faire plus de recherches afin de savoir si les éléments suivants sont des facteurs de risque du neuroblastome :

  • exposition à l’alcool ou à certains médicaments (dont les diurétiques, les médicaments antidouleur, les anticonvulsivants, les contraceptifs oraux et les hormones de fertilité) lors de la grossesse
  • exposition à des virus ou des facteurs environnementaux (comme des produits chimiques ou la radiation) en cours de grossesse ou après la naissance
  • exposition professionnelle du père dans certaines industries (y compris les emplois liés à l’électronique et les emplois qui exposent le père à des champs électromagnétiques, à des hydrocarbures ou à de la poussière de bois)
  • exposition de la mère dans certaines industries (dont l’agriculture et le jardinage, les boutiques de fleuristes et les salons de coiffure)

Retour au menu

Histoires

Dr Mohammad Akbari Le Dr Mohammad Akbari a repéré un nouveau gène de prédisposition au cancer.

Plus de details

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus