Logo Société canadienne du cancer

Cancer métastatique

Vous êtes ici:

Métastases cérébrales

Les métastases cérébrales désignent un cancer qui a pris naissance dans une autre partie du corps et qui s’est propagé à l’encéphale (communément appelé cerveau). On les appelle parfois tumeurs cérébrales métastatiques ou cancer du cerveau secondaire. Les métastases cérébrales sont différentes d’un cancer qui prend naissance dans l’encéphale (appelé cancer du cerveau primitif). Les métastases cérébrales sont bien plus courantes que le cancer du cerveau primitif.

Certains types de cancer sont plus susceptibles de se propager à l’encéphale que d’autres. Les types de cancer suivants sont ceux qui se propagent le plus souvent à l’encéphale :

  • poumon
  • sein
  • mélanome
  • colorectal
  • rein

Le cancer peut se propager à n’importe quelle partie de l’encéphale. Le site le plus fréquent des métastases cérébrales est le cerveau à proprement parler, lequel est la partie supérieure et la plus volumineuse de l’encéphale. Plus rarement, le cancer peut se propager au cervelet ou au tronc cérébral. Il ne se forme parfois qu’une seule tumeur cérébrale, mais, chez la plupart des personnes, de nombreuses tumeurs cérébrales se développent.

Le cancer peut aussi se propager aux méningesméningesChacune des membranes qui recouvrent et protègent l’encéphale et la moelle épinière.. Dans ce cas, on parle de métastase leptoméningée ou de carcinomatose méningée.

Symptômes

Les symptômes des métastases cérébrales varient selon la partie de l’encéphale qui est touchée. Ces symptômes peuvent aussi être causés par d’autres affections médicales. Si vous éprouvez ces symptômes, consultez votre médecin.

Le symptôme le plus courant des métastases cérébrales est le mal de tête. Il peut être provoqué par la pression d’une tumeur sur le cerveau, par une enflure (appelée œdème), par un saignement ou par une hydrocéphalie.

Les autres signes et symptômes des métastases cérébrales comprennent :

  • nausées et vomissements
  • crises d’épilepsie
  • faiblesse ou engourdissement de certaines parties du corps, comme le visage, les bras ou les jambes
  • troubles de la mémoire et confusion
  • changements de comportement et de personnalité
  • troubles d’équilibre et de coordination
  • perte du contrôle de la vessie ou des intestins (appelée incontinence)
  • troubles de la parole
  • difficulté à avaler

Retour au menu

Diagnostic

Les examens suivants peuvent être effectués pour diagnostiquer les métastases cérébrales. Une grande partie de ceux-ci peuvent aider l’équipe de soins à élaborer un plan de traitement et à surveiller les métastases cérébrales.

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux consistent en un bilan des symptômes, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne a éprouvés dans le passé. Au moment de vérifier vos antécédents médicaux, votre médecin vous demandera si vous avez déjà éprouvé des symptômes pouvant indiquer la présence de métastases cérébrales.

L’examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de métastases cérébrales. Au cours d’un examen physique, votre médecin pourrait évaluer vos réflexes et vérifier la sensibilité et la force de vos bras et de vos jambes. Le médecin pourrait aussi observer l’intérieur de vos yeux au moyen d’un instrument particulier muni d’une lumière (appelé ophtalmoscope) pour vérifier si le nerf au fond de l’œil est enflé.

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Analyses sanguines

On effectue habituellement des analyses sanguines pour vérifier l’état de santé général et évaluer le fonctionnement de certains organes. Les analyses sanguines effectuées lors du diagnostic comprennent une formule sanguine complète (FSC), un profil électrolytique et des épreuves de fonction hépatique.

Apprenez-en davantage sur les analyses sanguines.

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

L’IRM est un examen d’imagerie utilisé pour détecter les tumeurs cérébrales. C’est habituellement le premier examen auquel on a recours pour établir la cause de symptômes comme les maux de tête ou les crises d’épilepsie. Cet examen permet de déterminer le nombre, l’emplacement et la taille des métastases.

Apprenez-en davantage sur l’IRM.

Tomodensitométrie (TDM)

Lorsqu’on ne peut pas effectuer une IRM, on a recours à la TDM pour détecter les tumeurs cérébrales. L’IRM ne peut pas être utilisée lorsqu’il y a certains dispositifs métalliques dans le corps d’un patient, par exemple un stimulateur cardiaque.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Biopsie

Une biopsie est le prélèvement de cellules ou de tissus en vue de les examiner au microscope. Si vous avez des antécédents de cancer, les médecins sont souvent en mesure de diagnostiquer les métastases cérébrales à l’aide des résultats des examens d’imagerie et il n’est donc habituellement pas nécessaire d’effectuer une biopsie. Si vous n’avez jamais eu le cancer ou si le médecin croit que vous n’avez pas réellement de métastases cérébrales, il se peut qu’on effectue une biopsie après les examens d’imagerie.

Si vous devez subir une biopsie de l’encéphale, on vous dirigera habituellement vers un neurochirurgien. C’est le neurochirurgien qui décidera du type de biopsie le plus approprié à votre cas. On peut avoir recours à une biopsie excisionnelle ou à une biopsie stéréotaxiquebiopsie stéréotaxiqueIntervention qui consiste à utiliser un appareil de radiodiagnostic pouvant effectuer un balayage tridimensionnel (appareil d’échographie, de TDM ou d’IRM) afin de localiser une tumeur avec précision et de prélever un échantillon qui sera examiné au microscope..

Apprenez-en davantage sur la biopsie.

Autres examens

Si on trouve des métastases cérébrales avant que le cancer primitif n’ait été diagnostiqué, le médecin pourrait demander d’autres examens afin de déterminer le foyer d’origine du cancer. Des examens pourraient aussi être effectués pour vérifier s’il y a présence de métastases dans d’autres parties du corps. Ces examens peuvent comprendre :

Retour au menu

Traitements et traitements de soutien

Si vous avez des métastases cérébrales, votre équipe de soins de santé élaborera un plan de traitement adapté à votre cas. Ce plan sera personnalisé selon vos besoins et comprendra le plus souvent une association de différents traitements. Les traitements peuvent maîtriser et ralentir la croissance des métastases cérébrales, mais celles-ci ne disparaissent habituellement pas complètement. Les traitements servent aussi à maîtriser ou à prévenir certains problèmes causés par les métastases cérébrales. Ces traitements sont parfois appelés traitements de soutien.

Pour déterminer les traitements et les traitements de soutien à offrir à un patient atteint de métastases cérébrales, l’équipe de soins de santé tiendra compte des éléments suivants :

  • le foyer d’origine du cancer (où il a pris naissance)
  • les symptômes
  • la facilité à effectuer des activités quotidiennes (indice fonctionnel)
  • le nombre et la taille des métastases cérébrales
  • l’emplacement des métastases dans l’encéphale et la moelle épinière
  • la présence de métastases dans d’autres régions du corps
  • le pronostic
  • les préférences personnelles

Si vous êtes atteint de métastases cérébrales, on pourrait vous offrir les traitements et les traitements de soutien suivants.

Corticostéroïdes

Les corticostéroïdes sont des médicaments employés pour réduire l’enflure et la pression dans l’encéphale et autour de celui-ci. Ils constituent souvent le premier traitement de soutien administré pour maîtriser les symptômes des métastases cérébrales comme les maux de tête et les troubles neurologiques. Les corticostéroïdes peuvent être utilisés seuls ou en association avec d’autres traitements tels que la radiothérapie et la chirurgie. Ils sont administrés par voie intraveineuse (dans les veines à l’aide d’une aiguille) ou orale (par la bouche sous forme d’une pilule).

Le corticostéroïde le plus souvent utilisé pour traiter les métastases cérébrales est la dexaméthasone (Decadron). On l’administre habituellement au moins deux fois par jour jusqu’à ce que les symptômes soient soulagés. Ensuite, on diminue graduellement la dose de dexaméthasone afin de prévenir ses effets secondaires à long terme.

Les effets secondaires des corticostéroïdes dépendent surtout de la dose administrée et de la durée du traitement. Les effets secondaires courants des corticostéroïdes, y compris la dexaméthasone, comprennent les troubles du sommeil, une augmentation de l’appétit, une accumulation de liquide dans les jambes, les bras ou le visage, le gain de poids, un taux élevé de sucre dans le sang, des infections, des changements d’humeur et des problèmes de peau comme des éruptions cutanées ou de l’acné.

Radiothérapie

La radiothérapie externe est fréquemment utilisée pour traiter les métastases cérébrales. On peut l’administrer à l’encéphale en entier ou à des régions très spécifiques. La radiothérapie peut être employée seule ou en association avec d’autres traitements tels que la chirurgie. On administre habituellement de la dexaméthasone avant et après la radiothérapie.

L’irradiation cérébrale totale est le traitement standard lorsqu’il y a de nombreuses métastases cérébrales. Pour ce traitement, on a recours à la radiothérapie externe. La radiothérapie est dirigée à travers le cuir chevelu et le crâne pour atteindre l’encéphale entier. On peut avoir recours à l’irradiation cérébrale totale avant ou après une chirurgie visant à enlever une seule métastase. La durée du traitement par irradiation cérébrale totale dépend du nombre de métastases, de la gravité des symptômes, des autres traitements administrés ainsi que d’autres facteurs. On l’administre habituellement une fois par jour pendant 5 ou 10 jours.

La radiothérapie stéréotaxique peut être employée lorsqu’il y a trois petites métastases cérébrales ou moins. Il s’agit d’une forme de radiothérapie externe permettant d’administrer une dose élevée de radiation à une région très spécifique de l’encéphale, épargnant ainsi les tissus cérébraux sains autour de la tumeur. Le nombre de séances nécessaires dépend du nombre, de l’emplacement et de la taille des métastases à traiter ainsi que d’autres facteurs.

Les effets secondaires de la radiothérapie varient surtout selon le type de radiothérapie, la région de l’encéphale à traiter et la durée du traitement. Les effets secondaires courants de la radiothérapie dirigée vers l’encéphale comprennent la perte de cheveux, la fatigue et les troubles de mémoire.

Apprenez-en davantage sur la radiothérapie et sur les effets secondaires de la radiothérapie au cerveau.

Chirurgie

La chirurgie est le traitement standard lorsqu’il n’y a qu’une seule métastase cérébrale, que celle-ci peut être enlevée de façon sûre et que le cancer primitif est stable ou maîtrisé. S’il y a plus d’une tumeur, on a parfois recours à la chirurgie si leur nombre est petit ou si elles sont regroupées ensemble. On administre souvent une irradiation cérébrale totale après la chirurgie.

Le type de chirurgie employé pour traiter les métastases cérébrales est appelé craniotomie. Le neurochirurgien enlève temporairement une partie du crâne pour pouvoir atteindre le tissu cérébral et retirer les métastases.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent principalement de l’emplacement des métastases cérébrales et comprennent des saignements, l’enflure du cerveau et des crises d’épilepsie.

Apprenez-en davantage sur la chirurgie et sur les effets secondaires de la chirurgie.

Anticonvulsivants

Les anticonvulsivants (aussi appelés antiépileptiques ou anticonvulsifs) sont des médicaments employés pour maîtriser les crises d’épilepsie. Les personnes atteintes de métastases cérébrales qui font des crises d’épilepsie au moment du diagnostic ou qui commencent à en faire pendant le traitement reçoivent habituellement des anticonvulsivants. Le plus souvent, ces médicaments sont administrés pendant de longues périodes. Les personnes atteintes de métastases cérébrales qui n’ont jamais fait de crise d’épilepsie ne reçoivent pas d’anticonvulsivants.

Le type d’anticonvulsivant utilisé dépend du type, de la fréquence et de la durée des crises d’épilepsie ainsi que des autres médicaments administrés. Certains anticonvulsivants interagissent avec d’autres médicaments, ce qui modifie leur concentration dans le corps.

Les anticonvulsivants sont habituellement administrés par voie orale (par la bouche sous forme d’une pilule), mais certains peuvent être administrés par voie intraveineuse (dans les veines à l’aide d’une aiguille). Les anticonvulsivants employés pour traiter les métastases cérébrales comprennent :

  • phénytoïne (Dilantin)
  • carbamazépine (Tegretol)
  • acide valproïque (Depakene, Epival)
  • oxcarbazépine (Trileptal)
  • lévétiracétam (Keppra)
  • phénobarbital sodique

Les effets secondaires des anticonvulsivants dépendent surtout du type et de la dose du médicament. Certains des effets secondaires de ces médicaments comprennent les nausées et les vomissements, les problèmes de peau (comme des éruptions cutanées), la somnolence, les étourdissements, les troubles de mémoire, les troubles de la parole et les lésions hépatiques.

Chimiothérapie

Bien que ce ne soit pas courant, on peut avoir recours à la chimiothérapie pour traiter les métastases cérébrales. En général, on l’offre après que tous les autres traitements ont été essayés et on l’administre en association avec d’autres traitements, comme la radiothérapie. De plus, les médecins l’emploient seulement comme traitement des métastases cérébrales lorsqu’ils savent que le cancer primitif y réagira probablement aussi. Par exemple, on traite souvent les métastases cérébrales issues de tumeurs germinales testiculaires par chimiothérapie.

En chimiothérapie, on utilise des médicaments qui circulent dans tout l’organisme et détruisent les cellules cancéreuses. Les médicaments, la dose et les modalités de traitement varient pour chaque personne. Le type d’agent chimiothérapeutique ou d’association médicamenteuse utilisé dépend du foyer d’origine du cancer et de la capacité des médicaments à traverser la barrière hémato-encéphalique. Cette barrière empêche les substances toxiques, comme les agents chimiothérapeutiques, de pénétrer dans l’encéphale et la moelle épinière. Beaucoup d’agents chimiothérapeutiques ne peuvent pas traverser la barrière hémato-encéphalique en quantité suffisante pour traiter les métastases cérébrales.

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent surtout du type de médicament, de la dose et du mode d’administration. Les effets secondaires courants de nombreux agents chimiothérapeutiques comprennent un nombre peu élevé de cellules sanguines (aplasie médullaire), des nausées et des vomissements, des troubles de la bouche et des troubles intestinaux.

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie et sur les effets secondaires de la chimiothérapie.

Traitement ciblé

Le traitement ciblé a recours à des médicaments qui reconnaissent et s’attachent à des substances spécifiques (comme des protéines) situées à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses. Ces substances contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. Les agents ciblés bloquent ces substances pour arrêter ou ralentir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses.

Le traitement ciblé peut être employé pour limiter la croissance des métastases cérébrales issues de certains types de cancer. En voici quelques exemples :

  • Le lapatinib (Tykerb) est administré en association avec un agent chimiothérapeutique appelé capécitabine (Xeloda) pour traiter le cancer du sein HER2 positif.
  • Le dabrafénib (Tafinlar) est utilisé pour traiter le mélanome.
  • Le géfitinib (Iressa) est utilisé pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules.

Les effets secondaires du traitement ciblé dépendent surtout du type et de la dose du médicament administré. Les effets secondaires courants de nombreux agents ciblés comprennent les symptômes pseudo-grippaux et la fatigue. La plupart des effets secondaires disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités. Si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres problèmes qui pourraient être causés par le traitement ciblé, veuillez en informer votre équipe de soins de santé.

Apprenez-en davantage sur le traitement ciblé.

Retour au menu

Vivre avec des métastases cérébrales

Un diagnostic de métastases cérébrales entraîne souvent beaucoup de peur et d’anxiété. Une personne atteinte de métastases cérébrales pourrait se préoccuper des aspects suivants.

Troubles neurologiques

Les métastases cérébrales provoquent souvent des problèmes affectant les fonctions et les mouvements du corps. Le type de troubles neurologiques pouvant survenir dépend de la partie de l’encéphale qui est touchée. Ces troubles peuvent comprendre :

  • difficulté à marcher
  • faiblesse musculaire
  • troubles d’équilibre et de coordination
  • perte de mémoire et diminution de la concentration
  • confusion
  • changements d’humeur et de comportement
  • troubles de la parole, de la déglutition ou de la vue

Les troubles neurologiques peuvent engendrer du stress et des inquiétudes concernant la dépossession de soi-même et la perte de son indépendance. Certains traitements et traitements de soutien peuvent aider à maîtriser les troubles neurologiques. L’ergothérapeute, le travailleur social et d’autres membres de votre équipe de soins peuvent aussi vous aider à y faire face.

Survie

Un diagnostic de cancer avancé peut soulever des questions sur la survie. Il est impossible de savoir exactement combien de temps une personne atteinte de métastases cérébrales vivra. Cela dépend de nombreux facteurs, dont le type de cancer, le nombre de tumeurs cérébrales et les traitements administrés. La survie d’une personne atteinte de métastases cérébrales se compte souvent en mois, mais certaines personnes peuvent survivre plusieurs années. Certaines personnes peuvent vivre bien plus longtemps que prévu et d’autres, moins.

La personne la mieux placée pour discuter de la survie est le médecin. En se basant sur les renseignements qu’il a sur la personne atteinte et le type de cancer, le médecin pourrait être en mesure d’estimer le temps qui lui reste à vivre. Toutefois, estimer la survie n’est pas une science exacte.

Apprenez-en davantage sur la vie avec le cancer avancé.

Retour au menu

Histoires

Dr Roger Zemp Le Dr Roger Zemp a conçu une technique innovatrice de suivi des cellules cancéreuses.

Plus de details

Une célébration pour les survivants du cancer au Relais pour la vie

Illustration du Relais pour la vie

La Société canadienne du cancer fournit une occasion en or de célébrer le courage des survivants du cancer dans la bataille contre la maladie. Lors des centaines d’événements du Relais pour la vie qui ont lieu d’un bout à l’autre du pays, des milliers de gens se réunissent pour effectuer le Tour des survivants.

Apprenez-en plus