Cancer du poumon

Vous êtes ici:

Traitements du cancer du poumon non à petites cellules de stade 4

En présence d'un cancer du poumon non à petites cellules de stade 4, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Avant de commencer le traitement du cancer du poumon non à petites cellules de stade 4, on fait des analyses immunohistochimiques ou des analyses moléculaires de tissus à la recherche de certains changements génétiques (mutations) dans les cellules cancéreuses. On parle entre autres du récepteur du facteur de croissance épidermique (R-EGF), de la kinase du lymphome anaplasique (ALK), du gène ROS1, de l’amplification de MET et des mutations BRAF.

Le type de cancer du poumon non à petites cellules jouera également un rôle dans le choix des agents chimiothérapeutiques proposés. Certains médicaments ne peuvent pas être administrés pour le cancer du poumon non à petites cellules de type épidermoïde.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement standard du cancer du poumon non à petites cellules de stade 4. On peut la proposer comme premier traitement des personnes qui vont assez bien pour recevoir une chimiothérapie.

On peut proposer les associations d’agents chimiothérapeutiques qui suivent :

  • cisplatine et gemcitabine (Gemzar) – la plus souvent administrée
  • cisplatine et vinorelbine (Navelbine)
  • cisplatine et docétaxel (Taxotere)
  • carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ) et paclitaxel (Taxol)
  • cisplatine et pemetrexed (Alimta) – seulement pour le cancer du poumon non à petites cellules de type adénocarcinome (non épidermoïde)

On peut aussi proposer seulement du pemetrexed comme traitement d’entretien afin de ralentir la réapparition du cancer du poumon si le cancer a réagi à la chimiothérapie. On n’a pas recours au pemetrexed s’il faisait partie de la première chimiothérapie administrée.

On pourrait proposer un seul agent chimiothérapeutique aux personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules de stade 4 qui sont en mauvaise santé. On parle entre autres de vinorelbine, de gemcitabine, de paclitaxel et de docétaxel.

Traitement ciblé

On peut proposer un traitement ciblé pour le cancer du poumon non à petites cellules de stade 4. Le type de médicament ciblé administré dépend du type de changement génétique observé lors des analyses moléculaires de tissus.

On peut proposer des inhibiteurs de la tyrosine kinase du R-EGF (ITK R-EGF) comme premier traitement d’un cancer du poumon non à petites cellules qui est R-EGF positif (R-EGF+). R-EGF+ signifie que les cellules cancéreuses présentent la mutation R-EGF. On n’administre pas d’ITK R-EGF quand le statut R-EGF est négatif ou inconnu puisque le traitement pourrait ne pas être efficace.

Voici les types d’ITK R-EGF qu’on peut proposer :

  • gefitinib (Iressa)
  • erlotinib (Tarceva)
  • afatinib (Giotrif)

On peut proposer un médicament qui cible l’ALK au lieu d’une chimiothérapie comme traitement du cancer du poumon non à petites cellules qui présente un remaniement dans le gène ALK puisqu’il est plus efficace que la chimiothérapie pour réduire la taille des tumeurs. Le médicament qui cible l’ALK qu’on administre est le crizotinib (Xalkori).

On peut aussi administrer du crizotinib au lieu d’une chimiothérapie pour un cancer du poumon non à petites cellules qui présente la mutation du gène ROS1.

Les inhibiteurs de l’angiogenèse interrompent la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, dont les tumeurs ont besoin pour obtenir les éléments nutritifs nécessaires à leur survie. L’inhibiteur de l’angiogenèse administré pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules avancé ou métastatique est le bévacizumab (Avastin). On l’associe habituellement au carboplatine et au paclitaxel. Si le cancer réagit à la chimiothérapie, on administre seulement du bévacizumab jusqu’à ce que le cancer recommence à se développer.

Immunothérapie

On peut proposer une immunothérapie à base de nécitumumab (Portrazza) qu’on associe aux agents chimiothérapeutiques appelés gemcitabine (Gemzar) et cisplatine pour un cancer du poumon non à petites cellules de type épidermoïde et de stade 4. L’immunothérapie peut être le premier traitement offert aux personnes incapables de subir une chirurgie.

Traitements endobronchiques

Les traitements endobronchiques sont pratiqués à l’intérieur des grosses voies respiratoires des poumons (bronches) afin de dégager un blocage et d’atténuer les symptômes. On y a recours pour traiter et prévenir les symptômes d’un cancer du poumon non à petites cellules de stade 4 comme la toux, les troubles respiratoires, un saignement et la douleur.

Le type de traitement endobronchique choisi dépend de la rapidité à laquelle on doit traiter les symptômes.

Les traitements endobronchiques qui soulagent rapidement les symptômes sont ceux-ci :

  • débridement bronchique
  • mise en place d’une endoprothèse
  • chirurgie au laser
  • électrocautérisation

Les traitements endobronchiques qui agissent plus lentement dans le but de prévenir l’apparition de symptômes sont les suivants :

  • curiethérapie
  • thérapie photodynamique (TPD)
  • cryochirurgie – rarement employée

Radiothérapie

On administre une radiothérapie externe pour traiter un cancer du poumon non à petites cellules de stade 4 chez les personnes qui ne sont pas en mesure de recevoir une chimiothérapie. On y a recours pour soulager les symptômes causés par le cancer (radiothérapie palliative). On peut aussi administrer une radiothérapie pour traiter un cancer du poumon non à petites cellules qui s’est propagé aux os ou au cerveau.

Apprenez-en davantage sur les métastases osseuses, les métastases cérébrales et les métastases hépatiques.

Chirurgie

On peut faire une chirurgie pour traiter un cancer du poumon non à petites cellules de stade 4 qui s’est propagé à la glande surrénale, au cerveau ou au foie. Dans le cas des métastases au cerveau, on y a recours quand on observe une seule zone de cancer dans le cerveau. Pour les métastases au foie, on peut proposer une chirurgie quand on observe une zone de cancer dans le foie ou quelques zones rapprochées. Certaines personnes atteintes d’un cancer du poumon non à petites cellules de stade 4 ne sont pas assez bien pour subir une chirurgie.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux plutôt qu’à traiter le cancer, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement du cancer avancé.

Essais cliniques

On peut vous demander si vous voulez participer à un essai clinique sur le cancer du poumon non à petites cellules. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Researcher Dr John Bell Combattre le cancer au moyen de virus sur mesure

Plus de details

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus