Logo Société canadienne du cancer

Cancer du poumon

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer du poumon

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Fumer du tabac est le plus important facteur de risque du cancer du poumon.

Le risque d'être atteint d'un cancer du poumon augmente avec l'âge. Plus de la moitié de tous les nouveaux cas de cancer du poumon sont diagnostiqués chez des personnes âgées de 60 ans ou plus. Les hommes sont atteints de ce cancer légèrement plus souvent que les femmes.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer du poumon.

Tabagisme

Fumer du tabac, en particulier sous forme de cigarette, est la principale cause du cancer du poumon. La fumée de tabac contient de nombreuses substances chimiques. Certaines de ces substances sont carcinogènes, ce qui signifie qu’elles causent des changements génétiques dans les cellules pulmonaires qui mènent à l’apparition d'un cancer du poumon.

Plus de 85 % des cas de cancer du poumon au Canada sont liés au tabagisme. Le risque d'être atteint d'un cancer du poumon augmente en fonction de la durée du tabagisme, de l'âge auquel vous avez commencé à fumer et du nombre de cigarettes fumées chaque jour. Le risque est aussi plus élevé si vous fumez et présentez d’autres facteurs de risque.

La pipe, le cigare, les cigarettes aux herbes, le houka, le tabac à priser ainsi que les cigarettes à faible teneur en goudron et les cigarettes à faible teneur en nicotine engendrent aussi le cancer et ne sont pas considérés comme inoffensifs.

Fumée secondaire

La fumée secondaire est celle qui est expirée par les fumeurs et celle qui se répand dans l'air depuis l'extrémité d'une cigarette, d'une pipe ou d'un cigare allumé. La fumée secondaire est aussi appelée fumée de tabac ambiante (FTA). L'inhalation de fumée secondaire est appelée tabagisme passif ou inhalation involontaire de fumée.

Aucune exposition à la fumée secondaire ne peut être considérée comme sécuritaire. La fumée secondaire contient les mêmes substances chimiques que la fumée directement inhalée. Les personnes qui sont exposées à la fumée secondaire risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du poumon. La fumée secondaire est un important facteur de risque du cancer du poumon chez les non-fumeurs.

Radon

Le radon est un gaz incolore, inodore et sans goût qui provient de la désintégration naturelle de l'uranium présent dans le sol et la pierre. Il n'y a habituellement pas lieu de s'inquiéter du radon quand on est à l'extérieur, car il est dilué dans l'atmosphère. Cependant, le radon peut s'infiltrer dans un bâtiment par des planchers en terre battue ou des fissures dans les fondations. Il peut ainsi atteindre des niveaux dangereux dans des espaces fermés ou peu aérés. L'inhalation du radon risque d’endommager les cellules qui tapissent les poumons.

L'exposition au radon fait augmenter le risque de cancer du poumon. Le radon est la principale cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs, et la deuxième plus importante cause de ce cancer chez les fumeurs.

Le risque d’apparition du cancer du poumon dépend de la quantité de radon à laquelle vous êtes exposé et de la durée de l'exposition. Le risque de cancer du poumon engendré par le radon est beaucoup plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.

Amiante

L'amiante est le nom donné à un groupe de minéraux naturels. Ces minéraux peuvent être séparés en longues fibres minces qui sont très fines. Lorsqu'une personne inhale ces fibres, celles-ci peuvent être emprisonnées dans les poumons.

L’amiante a été très utilisé dans les matériaux de construction et de nombreuses industries. Les personnes qui sont le plus à risque d’être exposées à l’amiante sont entre autres les suivantes :

  • Travailleurs de mines d’amiante
  • Travailleurs de l’industrie de l'automobile, dont les réparateurs de freins et d'embrayages
  • Travailleurs de chantiers navals
  • Travailleurs de cimenteries
  • Travailleurs dans le domaine de la plomberie et du chauffage
  • Travailleurs de la construction, peintres, charpentiers et électriciens

Des études montrent que les fumeurs qui sont exposés à l’amiante risquent encore plus d’être un jour atteints d’un cancer du poumon.

Exposition professionnelle à certaines substances chimiques

Certaines substances chimiques sont carcinogènes, ce qui signifie qu’elles causent le cancer. Ces substances chimiques peuvent causer le cancer du poumon chez les personnes qui sont exposées à ces substances en milieu de travail. En général, le risque de cancer du poumon est encore plus élevé chez les fumeurs qui sont exposés à ces substances chimiques.

Une exposition aux substances chimiques suivantes en milieu de travail engendre une augmentation du risque de cancer du poumon :

  • Arsenic et composés inorganiques d'arsenic
  • Béryllium et composés de béryllium
  • Cadmium et composés de cadmium
  • Substances chimiques utilisées dans la fabrication du caoutchouc, dans les fonderies de fer et d'acier et dans la peinture
  • Éther chlorométhylique et éther bis(chlorométhylique)
  • Composés de chrome (VI)
  • Gaz d'échappement de moteur diésel
  • Gaz moutarde
  • Minerais radioactifs comme l'uranium et le plutonium
  • Poudre de silice et silice cristalline
  • Certains composés de nickel
  • Certains types d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)
  • Bitume utilisé dans les toitures
  • Cobalt-carbure de tungstène

Certaines industries utilisent de nombreuses substances chimiques, c’est pourquoi il est difficile pour les chercheurs de savoir lesquelles parmi ces substances font augmenter le risque de cancer du poumon. Les personnes qui travaillent dans les industries suivantes présentent le plus grand risque d’être atteintes d’un cancer du poumon :

  • Fabrication du caoutchouc
  • Fonderies de fer et d'acier
  • Gazéification du charbon
  • Production de coke
  • Ramonage de cheminée
  • Peinture commerciale
  • Couverture de toit et asphaltage

Pollution de l'air extérieur

La pollution de l’air, ce sont les substances chimiques, les particules et autres éléments présents dans l’air en quantités susceptibles de causer du tort à l’environnement ou de nuire à la santé ou au confort des humains, des animaux et des plantes. Les types de polluants présents dans l'air varient d’un endroit à l’autre selon les sources d’émissions locales. Les émissions peuvent aussi provenir d'autres régions.

On a des preuves solides pour dire que l’exposition à la pollution de l’air extérieur cause le cancer du poumon. Plus votre exposition à la pollution atmosphérique est grande, plus votre risque est grand d’être atteint d’un cancer du poumon.

La recherche démontre que les différents composants de la pollution de l’air extérieur causent le cancer. Ces composants sont entre autres les gaz d’échappement des moteurs au diésel, le benzène, la matière particulaire et certains hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Antécédents personnels ou familiaux de cancer du poumon

Les personnes qui ont déjà été atteintes d'un cancer du poumon risquent davantage de développer un autre cancer du poumon. Vous pourriez aussi présenter un risque légèrement plus élevé de cancer du poumon si vous avez un parent au premier degré (frère, sœur, enfant, mère ou père) qui a déjà été atteint d’un cancer du poumon. Cette hausse du risque pourrait être attribuable à un certain nombre de facteurs, dont des habitudes de vie communes (comme le tabagisme) ou le fait de vivre dans un même endroit où il y a des carcinogènes (comme le radon).

Antécédents personnels d’affection pulmonaire

Certaines affections ou maladies pulmonaires peuvent laisser des cicatrices aux poumons et faire augmenter le risque d’apparition d’un cancer du poumon. Ce sont entre autres celles qui suivent :

  • Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), qui se caractérise par des dommages à long terme aux poumons et qui est souvent causée par le tabagisme
  • Tuberculose, qui est une infection pulmonaire causée par le bacille de la tuberculose
  • Infection pulmonaire causée par Chlamydophila pneumoniae

Exposition à la radiation

Les personnes ayant reçu une radiothérapie au thorax pour certains cancers, comme un lymphome hodgkinien ou un cancer du sein, risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du poumon. Ces personnes présentent un risque encore plus élevé si elles fument.

Les personnes qui ont été exposées aux rayonnements ionisants lors d'explosions de bombes atomiques ou d’accidents nucléaires risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du poumon.

Arsenic dans l’eau potable

L’arsenic peut s’infiltrer dans l’eau potable à partir de sources naturelles dans le sol ou de certains types d’industries, comme l’exploitation minière. Bien que les experts ne comprennent pas totalement comment l’arsenic cause des changements aux cellules, les études de nombreuses parties du monde montrent que des taux élevés d’arsenic dans l’eau potable font augmenter le risque de cancer du poumon. Le risque est encore plus élevé chez les personnes qui fument.

Polluants issus de la cuisson et du chauffage

Certains types d’appareils de cuisson et de chauffage peuvent libérer des polluants qui font augmenter le risque de cancer du poumon. Les taux de ces polluants peuvent être très élevés dans des espaces où il y  a une mauvaise circulation d’air.

Faire brûler du charbon à l’intérieur pour cuisiner ou chauffer a surtout été lié au cancer du poumon. La combustion de bois et d’autres combustibles, comme le fumier ou l’herbe, et la friture d’aliments dans l’huile à température élevée peuvent aussi accroître le risque de cancer du poumon.

Système immunitaire affaibli

L’infection au VIH et le sida peuvent affaiblir le système immunitaire. Les personnes atteintes du VIH ou du sida risquent davantage de développer plusieurs types de cancer, dont le cancer du poumon.

Les personnes qui ont eu une greffe d’organe prennent des médicaments pour freiner leur système immunitaire afin que le corps ne rejette pas l’organe greffé. Le fait d’avoir un système immunitaire affaibli fait augmenter le risque de cancer du poumon.

Lupus

Le lupus érythémateux disséminé (LED), ou simplement lupus, est une maladie auto-immunemaladie auto-immuneTrouble caractérisé par le système immunitaire qui attaque les tissus sains du corps.. Il peut affecter diverses parties du corps et causer l’inflammation de la peau, des articulations, des vaisseaux sanguins, du système nerveux et des organes internes comme le cœur, les poumons et les reins. Les personnes atteintes de lupus risquent davantage de développer un cancer du poumon.

Prise de suppléments de bêta-carotène chez les fumeurs

Le bêta-carotène est un type d’antioxydantantioxydantToute substance qui aide à protéger les cellules contre les dommages causés par les radicaux libres (molécules instables produites au cours du métabolisme, soit les processus chimiques nécessaires au fonctionnement, à la croissance et à la reproduction des cellules).. Certains essais cliniques ont révélé que les personnes qui ont fumé plus d’un paquet de cigarettes par jour et qui prenaient des suppléments à haute dose de bêta-carotène présentent un risque plus élevé de cancer du poumon.

Facteurs de risque possibles

On a établi un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du poumon, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour dire qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer du poumon.

Exposition professionnelle à certaines substances chimiques

Les chercheurs tentent de savoir si les produits chimiques suivants font augmenter le risque de cancer du poumon :

  • Bitume utilisé pour l’asphaltage
  • Dioxine utilisée dans les pesticides
  • Brumes d’acide chimique fort

Mutations génétiques

La recherche démontre que certaines familles ont des antécédents importants de cancer du poumon, ce qui peut signifier qu’elles présentent une mutation dans un certain gène pouvant causer le cancer du poumon. Les chercheurs tentent de savoir si un gène ou des gènes en particulier pourraient faire augmenter le risque de cancer du poumon. Certains chercheurs tentent aussi de trouver de très petits changements dans des gènes (polymorphisme génétique), qui pourraient faire augmenter le risque de cancer du poumon ou rendre les personnes, tout particulièrement les non-fumeurs, plus sensibles aux risques connus de cancer du poumon.

Usage de la marijuana

Les éléments de preuve qui laissent croire à la présence d'un lien entre l'usage de la marijuana à long terme et le cancer du poumon ne sont pas aussi solides ou nombreux que ceux qui associent le tabagisme au cancer. Lors de certaines études, on a constaté qu’un usage récréatif prolongé de la marijuana peut accroître le risque de cancer du poumon.

Inactivité physique

La recherche laisse entendre que les personnes qui ne pratiquent pas d'activités physiques peuvent présenter un risque accru de cancer du poumon, que ces personnes fument ou non.

Alimentation faible en fruits et légumes

Certaines études indiquent que les personnes dont l’alimentation est riche en fruits et légumes présentent un risque moins élevé de cancer du poumon.

Facteurs de risque inconnus

On ne sait pas s’il y a un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du poumon. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. On doit faire plus de recherches afin de savoir si les éléments suivants sont des facteurs de risque du cancer du poumon :

  • Exposition professionnelle à des fibres synthétiques (comme la laine de verre)
  • Exposition professionnelle au chlorure de vinyle
  • Arthrite rhumatoïde

Les chercheurs se penchent sur le rôle que pourrait jouer, chez les femmes, l’œstrogène dans l’apparition du cancer du poumon. Des études démontrent que des facteurs reproducteurs, comme le nombre d’enfants auquel une femme a donné naissance, l’âge auquel une femme a eu sa ménopause ou une ablation des ovaires, peuvent accroître le risque d’une femme d’être atteinte du cancer du poumon.

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Parker Murchison Ce que j’aime le plus du camp Goodtime, c’est la compagnie d’autres enfants qui ont survécu au cancer. Ils comprennent ce que tu vis et peuvent t’aider à traverser les moments difficiles.

Lisez l’histoire de Parker

Financement d’essais cliniques qui sauvent des vies

Illustration d’instruments scientifiques

La Société canadienne du cancer subventionne des essais cliniques d’une importance vitale, qui permettent aux personnes atteintes de cancer d’avoir accès aux plus récents types de traitement.

Apprenez-en plus