Logo Société canadienne du cancer

Cancer du poumon

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer du poumon non à petites cellules

Il est possible que les personnes atteintes d'un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC)  se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Cancer du poumon non à petites cellules

Les éléments suivants sont des facteurs pronostiques du cancer du poumon non à petites cellules.

Stade

Le stade est le plus important facteur pronostique du cancer du poumon non à petites cellules. En générale, les stades les plus précoces, soit les stades 0 et I, engendrent un pronostic plus favorable.

Statut des ganglions lymphatiques

Le statut des ganglions lymphatiques est une composante de la stadification du cancer du poumon non à petites cellules. L’emplacement des ganglions lymphatiques dans lesquels le cancer s’est propagé influence le pronostic et la survie. En général, les ganglions lymphatiques de niveau N1 engendrent un pronostic plus favorable que les ganglions lymphatiques de niveau N2 ou N3.

Ablation chirurgicale

Si on peut enlever (réséquer) complètement la tumeur pulmonaire par chirurgie, le pronostic est plus favorable que lorsqu'on ne peut pas l'enlever en entier.

Tumeur inopérable

Il arrive parfois qu’une personne dont la tumeur peut être enlevée par chirurgie n’est pas en mesure de subir cette opération pour d’autres raisons médicales. On lui administre alors une radiothérapie pour traiter la tumeur.

Les facteurs pronostiques favorables d’une tumeur inopérable sont les suivants :

  • tumeur de petite taille
    • On peut plus facilement traiter par radiothérapie une tumeur qui mesure moins de 3 cm.
  • bonne fonction respiratoire
    • Une personne ayant une bonne fonction respiratoire est plus en mesure de tolérer la radiothérapie.
  • bon indice fonctionnelindice fonctionnelMesure de la capacité d’une personne à effectuer des tâches courantes ainsi que ses activités quotidiennes.

Tumeur de l’apex pulmonaire (tumeur de Pancoast)

La tumeur de l’apex pulmonaire, ou tumeur de Pancoast, se développe sur le bord supérieur du poumon, très près de la colonne vertébrale et d’autres nerfs. Cette tumeur engendre un pronostic moins favorable parce qu’il arrive souvent qu’on ne peut pas l’enlever par chirurgie.

Perte de poids

Une personne atteinte d’un cancer du poumon non à petites cellules qui a perdu du poids a un pronostic moins favorable.

Sexe

Une femme atteinte d’un cancer du poumon non à petites cellules a un pronostic un peu plus encourageant que celui d’un homme atteint de la même maladie.

Troubles pulmonaires

Une personne éprouvant les troubles pulmonaires suivants a un pronostic moins favorable :

Cancer avancé du poumon non à petites cellules

Les éléments suivants sont des facteurs pronostiques du cancer du poumon non à petites cellules qui est avancé et métastatique :

  • nombre de foyers de métastases
    • Un foyer métastatique unique engendre un pronostic plus favorable que plusieurs foyers différents.
    • Une métastase unique, en particulier au cerveau, peut être enlevée par chirurgie.
  • type de métastases
    • La présence de métastases dans les os ou les glandes surrénales engendre un pronostic plus favorable que des métastases au cerveau ou au foie.
  • syndrome de compression de la veine cave supérieure
    • Une personne atteinte du syndrome de la veine cave supérieur a un pronostic moins favorable.
  • résultats des analyses biochimiques sanguines
    • Des taux normaux de lacticodéshydrogénase (LDH), d'albumine et d'hémoglobine sont des facteurs pronostiques favorables.

Histoires

Catherine Coulson Peu à peu, j’ai pris conscience que moi aussi, je pouvais faire partie des survivants.

Plus de détails

Information sur le cancer dans plus de cent langues

Illustration d’un point d’interrogation

Le Service d’information sur le cancer (SIC) de la Société canadienne du cancer est le seul service téléphonique national, bilingue et sans frais au Canada à offrir de l’information sur le cancer dans plus de cent langues.

Apprenez-en plus