Cancer du foie

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer du foie

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. La cirrhose du foie et l’infection au virus de l’hépatite B ou C sont les plus importants facteurs de risque du cancer du foie.

Le risque d’être atteint d’un cancer du foie augmente avec l’âge. Il affecte plus d’hommes que de femmes. Le cancer du foie est plus fréquent dans les pays où les taux d'infection au virus de l'hépatite B et de l'hépatite C sont élevés.

Certaines personnes peuvent présenter un risque plus élevé que la moyenne d'être atteintes du cancer du foie. Discutez de votre risque avec votre médecin. S’il est supérieur à la moyenne, vous pourriez devoir consulter votre médecin plus souvent pour vérifier la présence du cancer du foie.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

La recherche démontre qu’il n’existe aucun lien entre la consommation de café et un risque plus élevé de cancer du foie.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer du foie.

Cirrhose du foie

Les personnes atteintes d’une cirrhose du foie risquent davantage d’avoir un carcinome hépatocellulaire, qui est le type le plus courant de cancer du foie. La cirrhose apparaît lorsque du tissu cicatriciel remplace le tissu sain du foie. Le tissu cicatriciel bloque la circulation du sang dans le foie, l’empêchant ainsi de fonctionner normalement. Les causes de la cirrhose peuvent être :

  • une infection au virus de l'hépatite B ou C;
  • une grande consommation d'alcool pendant une longue période;
  • des troubles métaboliques qui engendrent des dommages au foie.

Infection au virus de l’hépatite B ou C

Une infection chronique au virus de l'hépatite B (VHB), au virus de l'hépatite C (VHC) ou à ces deux virus accroît le risque de cancer du foie. Même si la cirrhose ne survient pas à la suite de l'infection, la hausse du risque de cancer du foie demeure.

Le VHB peut se transmettre d'une personne à une autre par le sang ou un autre liquide corporel dont le sperme ou le liquide vaginal. Quant au VHC, il se transmet seulement par un contact avec du sang infecté.

Alcool

Boire 3 boissons alcoolisées ou plus chaque jour fait augmenter le risque de cancer du foie. L'alcool peut causer des dommages au foie et engendrer une cirrhose alcoolique.

Une personne qui a une infection au virus de l'hépatite B ou C et qui consomme de l'alcool tous les jours risque davantage d'être atteinte d'un cancer du foie qu'une personne infectée par ce virus qui ne boit pas d'alcool.

Tabac

Le tabagisme accroît le risque de cancer du foie. Plus vous fumez et plus vous le faites longtemps, plus votre risque est élevé.

Aflatoxine

L’aflatoxine est un type de toxine produite par des moisissures et des champignons et qu’on appelle mycotoxine. Elle peut contaminer différents aliments dont le maïs, le riz et le blé ainsi que l'arachide, le soya et le tournesol. On peut également l’observer dans des épices comme le gingembre et le piment de Cayenne, ainsi que dans des noix telles que l'amande, la noix de Grenoble et la pistache.

Les aflatoxines peuvent être un problème dans les pays où le climat est chaud et humide et les installations d'entreposage inadéquates. Les gens sont plus susceptibles d’être exposés aux aflatoxines en Afrique et en Asie en raison du taux élevé de contamination des aliments, des grains entreposés, du sol et de l'eau.

Les aflatoxines ne causent pas d'inquiétudes au Canada. L'Agence canadienne d'inspection des aliments surveille et analyse les noix, les produits de noix et certains produits laitiers pour détecter, s'il y a lieu, une contamination possible aux aflatoxines.

Dioxyde de thorium

Le dioxyde de thorium (Thorotrast) est une solution radioactive. Elle était employée comme produit de contrasteproduit de contrasteSubstance utilisée pour certaines interventions diagnostiques qui permet de mieux voir des parties du corps lors d’une radiographie ou d’autres tests d’imagerie. dans les années 1950 pour améliorer les radiographies du système sanguin, des voies nasales et des cavités des sinus. Une fois injecté, ce produit s'accumule dans le foie, la rate et la moelle osseuse.

Les personnes qui ont été exposées au dioxyde de thorium ont un plus grand risque d'être atteintes d'un type rare de tumeur cancéreuse au foie appelée angiosarcome. Plus la dose est élevée, plus le risque est grand. Le cancer peut apparaître jusqu'à 45 ans après l'exposition au produit.

Hémochromatose

L'hémochromatose peut aussi être appelée surcharge de fer. C’est une affection génétique qui fait que le corps entrepose une quantité de fer plus élevée qu'à la normale. Cet excès de fer s'accumule dans divers tissus, en particulier dans le foie. Quand le foie emmagasine trop de fer et que l’affection n'est pas traitée, il peut subir des dommages.

Les personnes atteintes d'une hémochromatose non traitée risquent davantage d’avoir un cancer du foie.

Troubles métaboliques

Les personnes atteintes de certaines affections qui nuisent au métabolismemétabolismeProcessus chimiques se produisant dans le corps qui permettent de créer de l’énergie et de l’utiliser. Ce sont entre autres la décomposition des aliments et leur transformation en énergie, l’élimination des déchets et des toxines, la respiration, la circulation du sang et la régulation de la tempéra risquent davantage d'avoir un cancer du foie. Ces affections peuvent engendrer une insuffisance hépatique ou une cirrhose du foie. Elles peuvent aussi provoquer la formation de tumeurs non cancéreuses appelées adénomes hépatiques. Les troubles métaboliques susceptibles d’accroître le risque de cancer du foie sont entre autres celles-ci :

  • déficit en alpha-1 antitrypsine
  • porphyrie cutanée tardive et la porphyrie aiguë intermittente
  • tyrosinémie héréditaire
  • glycogénose de types I et III

Infections à certains types de douve

Les douves du foie sont des parasites qui infectent le foie. Les douves sont très présentes en Asie du Sud-Est dans des pays comme la Thaïlande, le Laos, le Vietnam et le Cambodge. La contamination se fait par la consommation de poisson cru qui contient des larves du parasite.

L'infection à l'Opisthorchis viverrini et au Clonorchis sinensis font augmenter le risque de cholangiocarcinome, un type rare de cancer qui prend naissance dans les canaux biliaires qui se trouvent dans le foie.

Cholangite sclérosante primitive

La cholangite sclérosante primitive est une maladie caractérisée par l’inflammation des canaux biliaires du foie qui se cicatrisent et rétrécissent. Les personnes atteintes de cette maladie risquent davantage d’avoir un cholangiocarcinome.

Stéatohépatite non alcoolique

La stéatohépatite non alcoolique (NASH) est une forme plus avancée de la maladie du foie gras non alcoolique (NAFLD). La NAFLD se caractérise par l'accumulation de cellules graisseuses dans le foie de personnes qui ne consomment que très peu d'alcool. La NASH est caractérisée par l’inflammation du tissu graisseux du foie, ce qui provoque la formation de tissu cicatriciel. Le principal facteur de risque de  la NAFLD est l'obésité.

La NAFLD en soi n'endommage pas le foie de façon significative et n'augmente pas le risque de cancer du foie. Mais la NASH peut finir par causer des dommages au foie et une cirrhose, ce qui accroît le risque de cancer du foie.

Obésité

Des études ont démontré que l’obésité est liée à une hausse du risque de cancer du foie. C’est peut-être parce que la NAFLD affecte de nombreuses personnes obèses. La NAFLD peut évoluer en NASH, qui accroît le risque de cancer du foie.

Exposition professionnelle au chlorure de vinyle

Le chlorure de vinyle est employé dans l'industrie des plastiques afin de fabriquer du polychlorure de vinyle (PVC) qui est utilisé dans de nombreux produits. L'exposition professionnelle au chlorure de vinyle accroît le risque d’être atteint à la fois d’un carcinome hépatocellulaire et d’un angiosarcome du foie.

Exposition professionnelle au plutonium

Les travailleurs qui ont accidentellement inhalé du plutonium radioactif risquent davantage d’être atteints d’un cancer du foie, en particulier d’un angiosarcome.

Diabète

Il semble que les personnes atteintes de diabète risquent davantage d’avoir un cancer du foie. Des études démontrent que les personnes atteintes de diabète qui développent un cancer du foie ont parfois d’autres facteurs de risque comme une consommation excessive d’alcool, une infection à l’hépatite ou bien les deux. De nombreuses personnes atteintes de diabète ont aussi tendance à faire de l’embonpoint ou à être obèses, ce qui peut également accroître leur risque de cancer du foie.

Facteurs de risque possibles

On a établi un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du foie, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans le développement du cancer du foie.

Bilharziose

La bilharziose est une infection causée par un ver parasite. Une personne peut être infectée lorsqu’elle nage dans l’eau douce d’un lac, d’une rivière ou d’un ruisseau où se trouvent ces vers. La bilharziose est plus courante en Afrique, dans des régions de l’Asie du Sud-Est, de l’Amérique du Sud (Brésil, Vénézuéla et République du Suriname) et au Moyen-Orient. Un certain nombre d'études laissent entendre que la bilharziose peut accroître le risque de cancer du foie, mais les données ne sont pas encore concluantes.

Contraceptifs oraux

Les femmes qui prennent des contraceptifs oraux pendant plus de 5 ans risquent un peu plus d’être un jour atteintes d’un cancer du foie. On a observé ce risque dans d’anciennes études alors que les contraceptifs oraux étaient administrés à différentes doses et formulations. Lors d’études plus récentes, on n’a pas remarqué ce même risque.

Arsenic

Certaines études démontrent une hausse du taux de cancer du foie dans les régions où l'eau potable contient des quantités élevées d'arsenic. Cependant, un bon nombre de ces régions ont aussi des taux élevés d'infection au virus de l'hépatite B. On doit effectuer d'autres études afin de savoir si une exposition à l'arsenic fait augmenter le risque de cancer du foie.

Exposition au trichloroéthylène

Le trichloroéthylène (TCE) est un solvant employé pour enlever la graisse des métaux. On peut aussi s’en servir comme solvant lors du nettoyage à sec. Certaines études portent à croire qu’une exposition au TCE pourrait accroître le risque de cancer du foie.

Exposition aux biphényles polychlorés

Des études portant sur des travailleurs exposés aux biphényles polychlorés (BPC) établissent un lien entre l’exposition aux BPC et une hausse du risque de cancer du foie.

Chique de bétel

La chique de bétel (aussi appelée noix de bétel) est faite d'une noix d'arec et de lime enveloppées dans une feuille de bétel (paan). Chiquer du bétel est une pratique courante en Asie du Sud-Est. Certaines études ont démontré que les personnes qui chiquent du bétel risquent davantage d’être atteintes d’un cancer du foie.

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer si les stéroïdes anabolisants sont liés au cancer du foie. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Il faut mener d’autres recherches afin de savoir si les stéroïdes anabolisants sont un facteur de risque du cancer du foie.

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

Histoires

Dr Vuk Stambolic Le Dr Vuk Stambolic et ses collègues se penchent sur la capacité d’un médicament antidiabétique à combattre le cancer.

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus