Logo Société canadienne du cancer

Cancer du rein

Vous êtes ici:

Symptômes du cancer du rein

Il est possible que le cancer du rein ne cause aucun signe ni symptôme aux tout premiers stades de la maladie étant donné que les reins sont faits de peu de nerfs, donc que la tumeur peut se développer sans causer de douleur ou d'inconfort. Aussi, comme les reins sont enfouis profondément dans le corps, cela signifie qu'une tumeur a de l'espace pour devenir très grosse avant d’affecter d’autres organes. La personne commence souvent à éprouver des symptômes une fois que la tumeur s'est développée dans les tissus et organes voisins.

Jusqu'à un tiers des personnes qui ont une tumeur au rein reçoivent leur diagnostic alors qu’elles ne démontrent aucun signe ni symptôme. Dans ces cas-là, on détecte la tumeur lors d'une échographie ou d'une radiographie effectuée pour une autre raison. Puisque les tumeurs au rein ne causent pas de symptômes avant d’être grosses, chez la plupart des personnes atteintes d’un cancer du rein, la maladie est avancée quand on la diagnostique.

D’autres affections médicales peuvent causer les mêmes symptômes que le cancer du rein. Consultez votre médecin si vous éprouvez ces symptômes :

  • sang dans l’urine (hématurie);
  • douleur au dos et sur le côté de l'abdomen (flanc);
  • masse qu'on peut palper dans l'abdomen;
  • enflure (œdème) des jambes et des chevilles;
  • grosse veine enflée (varicocèle) pouvant apparaître soudainement dans le scrotum d’un homme âgé si une tumeur au rein a modifié le débit du sang dans le scrotum;
  • syndrome paranéoplasiquesyndrome paranéoplasiqueGroupe de symptômes qui se manifestent lorsque des substances libérées par des cellules cancéreuses perturbent le fonctionnement d'organes ou de tissus, que ces derniers soient proches ou éloignés de la tumeur..

Les signes et symptômes du syndrome paranéoplasique sont les suivants :

  • hausse de la pression artérielle (hypertension);
  • fatigue, pâleur et sensation générale d’inconfort ou de maladie, appelée malaise, engendrées par une baisse du nombre de globules rouges (anémie);
  • sueurs nocturnes;
  • perte de poids;
  • perte d'appétit;
  • fièvre.

Histoires

Dre Annette McWilliams La Dre Annette McWilliams fait appel à un à un nez électronique pour flairer le cancer du poumon.

Plus de details

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus