Cancer du rein

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer du rein

Si vous êtes atteint d’un cancer du rein, vous vous posez peut-être des questions sur votre pronostic et votre survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type de cancer dont vous êtes atteint, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic. Le pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer vous affectera et comment il réagira au traitement.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou l’une de vos caractéristiques que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs du cancer du rein.

Stade

Le stade du cancer du rein est le facteur pronostique le plus important. Une personne dont la tumeur est confinée au rein a un meilleur pronostic qu’une personne dont le cancer s’est propagé hors du rein. Un cancer du rein qui s’est propagé à la grosse veine de l'abdomen qui mène au cœur (veine cave) engendre un pronostic sombre.

Grade

Une tumeur de bas grade engendre un meilleur pronostic qu’une tumeur de haut grade. La tumeur de bas grade est moins susceptible de se propager puisqu’elle se développe lentement. La tumeur de haut grade est plus agressive et a tendance à se propager rapidement.

Type de cancer du rein

Les carcinomes à cellules rénales (CCR) de type papillaire ou chromophobe engendrent un meilleur pronostic puisqu’ils sont souvent de bas grade.

Le carcinome des tubes collecteurs et le sarcome rénal engendrent un pronostic sombre puisqu’ils sont souvent très agressifs.

Niveau de risque

Le système qu’on utilise le plus souvent pour établir le pronostic des personnes atteintes d’un carcinome métastatique à cellules rénales est le International mRCC Database Consortium (IMDC). Il est constitué des 6 prédicteurs suivants :

  • L'indice fonctionnel de Karnofsky est inférieur à 80.
  • Moins de 1 an s’est écoulé entre le traitement et le diagnostic de cancer métastatique.
  • Le taux de calcium sanguin est anormalement élevé, ce qui peut signifier qu’il y a une insuffisance rénale.
  • Le nombre de globules rouges est moins élevé que la normale (anémie).
  • Le nombre de plaquettes est moins élevé que la normale (thrombocytopénie).
  • Le taux de neutrophiles est anormalement élevé (neutrophilie).

On associe ces prédicteurs pour former un niveau de risque :

  • Un risque favorable signifie que la personne ne présente aucun des prédicteurs.
  • Un risque moyen signifie que la personne présente 1 ou 2 prédicteurs.
  • Un mauvais risque signifie que la personne présente au moins 3 prédicteurs.

Les personnes atteintes d'un cancer du rein dont le risque est favorable ont un meilleur pronostic et une meilleure survie que les personnes dont le risque est mauvais.

échelle de l’indice fonctionnel de Karnofsky

Mesure normalisée de la capacité d’une personne à effectuer des tâches courantes et à poursuivre ses activités quotidiennes.

L’échelle de l’indice fonctionnel de Karnofsky est utilisée pour évaluer le pronostic d’une personne, pour détecter des changements dans sa capacité de fonctionner ou pour déterminer si elle peut participer à un essai clinique. L’indice fonctionnel d’une personne est coté selon un certain nombre sur cent. Plus la cote est élevée, plus la personne est capable de mener ses activités quotidiennes.

L’échelle de l’indice fonctionnel de Karnofsky est aussi appelée échelle de l’indice de Karnofsky ou échelle de Karnofsky.

neutrophile

Type de granulocyte (globule blanc) qui aide le corps à se défendre contre les bactéries, les virus et certains types de champignon.

Les neutrophiles sont un type de phagocyte (type de globule blanc qui entoure et tue les bactéries ou les micro-organismes, absorbe les substances étrangères, supprime les cellules vieilles ou endommagées et contribue à la stimulation du système immunitaire).

Histoires

Dr Connie Eaves Suivre la croissance des cellules souches

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus