Cancer de la trompe de Fallope

Vous êtes ici:

Traitements du cancer de la trompe de Fallope

Si vous êtes atteinte d’un cancer de la trompe de Fallope, votre équipe de soins élaborera un plan de traitement spécialement pour vous. Ce plan sera basé sur votre état de santé et sur des renseignements propres au cancer. Au moment de décider quels traitements vous proposer, votre équipe de soins prendra en considération le stade et le grade du cancer.

Il est possible qu’on vous propose un ou plusieurs des traitements suivants pour le cancer de la trompe de Fallope.

Chirurgie

La chirurgie est souvent le premier traitement du cancer de la trompe de Fallope.

Lors de l’intervention, le chirurgien enlève des échantillons de tissu qui semble anormal dans différentes parties du bassin et de l’abdomen, des ganglions lymphatiques ainsi que les trompes de Fallope. Les échantillons sont ensuite analysés en laboratoire afin de déterminer si le cancer s’y est propagé. Cette étape de la chirurgie est appelée stadification chirurgicale.

L’opération la plus souvent pratiquée est l’hystérectomie totale avec salpingo-ovariectomie bilatérale, qui consiste généralement à enlever l’utérus, les ovaires et les trompes de Fallope. On retire parfois aussi les ganglions lymphatiques avoisinants, l’épiploon et tous les autres tissus qui paraissent anormaux au moment de la chirurgie.

Lors d’une salpingo-ovariectomie, on enlève un ovaire et une trompe de Fallope. Elle peut être unilatérale (d’un seul côté du corps) ou bilatérale (des deux côtés du corps). Il est possible qu’on pratique une salpingo-ovariectomie pour traiter un cancer de la trompe de Fallope de stade précoce.

Lors d’une chirurgie de réduction tumorale, on enlève la plus grande partie possible du cancer dans l’abdomen et le bassin.

On peut pratiquer certaines interventions chirurgicales pour soulager les symptômes d’un cancer de la trompe de Fallope de stade avancé. On parle alors de chirurgie palliative.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent surtout du type d’opération et de votre état de santé global. Apprenez-en davantage sur les effets secondaires de la chirurgie.

Chimiothérapie

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux (cytotoxiques) pour détruire les cellules cancéreuses. On administre habituellement une chimiothérapie après la chirurgie du cancer de la trompe de Fallope.

Pour traiter un cancer de la trompe de Fallope, la chimiothérapie peut être administrée par voie intraveineuse (dans une veine) ou par voie intrapéritonéale (IP). Quand les agents chimiothérapeutiques sont administrés par voie IP, ils circulent dans tout l’abdomen et traitent les tumeurs qui s’y trouvent. Ils sont également absorbés dans la circulation sanguine.

La chimiothérapie IP est seulement envisagée lorsque le cancer s’est propagé dans l’abdomen et qu’il reste très peu de cancer après la chirurgie. Dans le cas de la chimiothérapie IP, les médicaments sont injectés directement dans l’abdomen au moyen d’une chambre d’injection. Celle-ci permet d’administrer les médicaments de façon sécuritaire et de réduire au minimum son déversement dans les tissus environnants. Le chirurgien peut installer la chambre d’injection durant l’opération visant à traiter le cancer de la trompe de Fallope ou lors d’une autre intervention.

On peut également avoir recours à la chimiothérapie pour soulager la douleur ou pour maîtriser les symptômes d’un cancer de la trompe de Fallope de stade avancé (on parle alors de chimiothérapie palliative).

L’association chimiothérapeutique la plus couramment utilisée pour traiter le cancer de la trompe de Fallope est le paclitaxel (Taxol) et le carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ).

Les autres agents chimiothérapeutiques pouvant être employés comprennent :

  • cisplatine
  • doxorubicine liposomale pégylée (Caelyx)
  • topotécan (Hycamtin)

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent principalement du type de médicament, de la dose, du mode d’administration et de votre état de santé global. Apprenez-en davantage sur les effets secondaires de la chimiothérapie.

Traitement ciblé

Le traitement ciblé consiste à employer des médicaments qui ciblent des molécules spécifiques (comme des protéines) situées à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses. Ces molécules contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. En ciblant ces molécules, les médicaments interrompent la croissance et la propagation des cellules cancéreuses tout en limitant les dommages causés aux cellules normales. Le traitement ciblé est parfois aussi appelé traitement à ciblage moléculaire.

Vous pourriez recevoir un traitement ciblé pour maîtriser la croissance d’un cancer de la trompe de Fallope de stade avancé.

L’olaparib (Lynparza) peut être offert aux femmes porteuses d’une mutation du gène BRCA1 ou BRCA2. On le prend habituellement deux fois par jour, par voie orale (par la bouche). Il peut aussi être administré comme traitement d’entretien aux femmes (porteuses ou non d’une mutation du gène BRCA) atteintes d’un cancer de l’ovaire récidivant de stade avancé qui a réagi à une chimiothérapie constituée d’un médicament à base de platine comme le carboplatine ou le cisplatine.

Le bévacizumab (Avastin) peut être employé en association avec un médicament à base de platine comme le carboplatine, un taxane comme le paclitaxel ou d’autres agents chimiothérapeutiques au moment du diagnostic ou après une récidive. Il est administré toutes les 2 à 3 semaines, par voie intraveineuse. En présence d’un cancer récidivant, le bévacizumab est généralement associé au paclitaxel et à la doxorubicine liposomale pégylée ou au topotécan pour augmenter l’efficacité de ces agents chimiothérapeutiques.

Les effets secondaires du traitement ciblé dépendent surtout du type de médicament ou d’association médicamenteuse employé, de la dose, du mode d’administration et de votre état de santé global. Apprenez-en davantage sur les effets secondaires du traitement ciblé.

Radiothérapie

En radiothérapie, on emploie des rayons ou à des particules de haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses. On y a rarement recours pour traiter le cancer de la trompe de Fallope. Vous pourriez recevoir de la radiothérapie :

  • si vous ne pouvez pas recevoir de chimiothérapie en raison votre âge ou de problèmes de santé
  • pour traiter de petites régions atteintes de cancer récidivant ou métastatique provoquant des symptômes
  • pour soulager la douleur ou maîtriser les symptômes d’un cancer de la trompe de Fallope de stade avancé (on parle alors de radiothérapie palliative)

Les effets secondaires de la radiothérapie dépendent principalement de la taille de la zone de traitement, de la région ou des organes traités, de la dose totale de radiation et du mode d’administration. Apprenez-en davantage sur les effets secondaires de la radiothérapie.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux sans traiter le cancer lui-même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement du cancer avancé.

Suivi

Le suivi après le traitement est une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes de cancer. Vous devrez régulièrement avoir des visites de suivi, en particulier au cours des cinq premières années suivant la fin du traitement. Ces visites permettront à l’équipe de soins de surveiller votre évolution et de savoir comment vous vous rétablissez du traitement.

N’attendez pas au prochain rendez-vous fixé pour signaler tout nouveau symptôme et tout symptôme qui ne disparaît pas.

Les visites de suivi après le traitement d’un cancer de la trompe de Fallope ont habituellement lieu :

  • tous les 3 à 4 mois pendant les 2 ou 3 premières années après la fin du traitement initial
  • tous les 4 à 6 mois pendant les 3 années suivantes
  • une fois l’an par la suite

Lors d’une visite de- suivi, votre équipe de soins vous pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et sur votre degré d’adaptation. Il est possible que votre médecin fasse un examen physique, lors duquel il pourrait :

  • effectuer un examen pelvien et un examen rectal
  • palper le cou, l’abdomen et les jambes à la recherche d’une enflure
  • palper les ganglions lymphatiques de l’aine

Le suivi comporte souvent des examens. Vous pourriez subir les épreuves suivantes :

  • On peut faire un dosage des marqueurs tumoraux pour surveiller la réaction au traitement. Une hausse du taux d’un marqueur tumoral peut signifier que le cancer est réapparu (récidive).
  • On peut effectuer des analyses biochimiques sanguines pour évaluer le fonctionnement de certains organes. Elles peuvent aussi servir à détecter des anomalies pouvant indiquer que le cancer s’est propagé à certains organes.
  • On peut vous prescrire des examens d’imagerie comme une radiographie pulmonaire, une tomodensitométrie (TDM), une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomographie par émission de positrons (TEP) pour évaluer l’efficacité du traitement ou chercher la cause de nouveaux symptômes.
  • Si votre équipe de soins découvre que le cancer est réapparu, elle discutera avec vous afin de planifier votre traitement et vos soins.

Essais cliniques

Parlez à votre médecin des essais cliniques sur le cancer de la trompe de Fallope qui pourraient être en cours au Canada et accepter des participantes. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Questions à poser sur le traitement

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le traitement à votre équipe de soins.

chambre d’injection

Dispositif spécial qui est inséré sous la peau et qui est relié à une grosse veine par un cathéter (tube flexible).

Une chambre d’injection permet d’avoir accès facilement à la veine et, de cette manière, on peut prélever du sang plusieurs fois ou administrer des médicaments sans avoir à piquer la personne atteinte de nouveau.

traitement d’entretien

Traitement administré après le traitement de première intention (premier traitement ou traitement standard) afin de maîtriser une maladie (comme le cancer) ou pour prévenir sa réapparition (récidive). Ce traitement peut être administré pendant une longue période.

Le traitement d’entretien peut inclure des médicaments, des vaccins, des anticorps ou des hormones.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Alison Allan Le rôle des os dans la propagation du cancer du sein

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus