Cancer de la trompe de Fallope

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer de la trompe de Fallope

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition d’un cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque. Mais il arrive que le cancer de la trompe de Fallope se développe chez des femmes qui ne présentent aucun des facteurs de risque décrits ci-dessous.

La plupart des femmes atteintes d’un cancer de la trompe de Fallope sont âgées de 40 à 60 ans, l’âge moyen étant de 55 ans.

Les facteurs de risque du cancer de la trompe de Fallope sont peu compris. Puisqu’il s’agit d’un cancer si rare, des affections plutôt courantes sont peu susceptibles d’être des facteurs de risque. Par contre, un grand nombre de facteurs de risque du cancer de la trompe de Fallope sont les mêmes que ceux du carcinome épithélial de l’ovaire. Certains experts croient que c’est peut-être parce que certains carcinomes épithéliaux de l’ovaire prennent naissance dans une trompe de Fallope.

Certaines femmes peuvent présenter un risque plus élevé que la moyenne d'être atteintes du cancer de la trompe de Fallope. Discutez de votre risque avec votre médecin. S’il est plus élevé que la moyenne, vous pourriez avoir besoin d’un plan de dépistage personnalisé.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter votre risque de cancer de la trompe de Fallope.

Antécédents familiaux de certains cancers

Il arrive qu’on observe dans une famille plus de cas de cancer de la trompe de Fallope que ce à quoi on s'attend par hasard. Il est possible qu’on ne sache pas avec certitude si cette disposition familiale est attribuable au hasard, à un mode de vie que des membres de la famille ont en commun, à un risque génétique transmis des parents à leurs enfants ou bien à une association de ces facteurs. Si plusieurs de vos parentes sont atteintes du cancer du sein, du cancer de l’ovaire ou du cancer de la trompe de Fallope, votre risque d’être atteinte du cancer de la trompe de Fallope peut être plus élevé.

Mutations des gènes BRCA

Le gène 1 du cancer du sein (BRCA1) et le gène 2 du cancer du sein (BRCA2) aident normalement à contrôler la croissance des cellules cancéreuses. Des changements dans ces gènes (qui peuvent être transmis par le père ou la mère) font augmenter le risque de cancer du sein et de cancer de l’ovaire. Ces changements font également augmenter le risque de cancer de la trompe de Fallope. Mais ce ne sont pas toutes les femmes porteuses de mutations des gènes BRCA qui seront atteintes d’un cancer de la trompe de Fallope.

Le cancer de la trompe de Fallope est probablement lié à une mutation héréditaire du gène BRCA1 ou BRCA2 si :

  • plusieurs membres de la famille sont atteints du cancer du sein, du cancer de l’ovaire ou du cancer de la trompe de Fallope;
  • une parente ou plus a été atteinte du cancer du sein avant d’avoir 50 ans;
  • une parente est atteinte du cancer du sein et du cancer de l’ovaire;
  • des membres de la famille ont été atteints d’un cancer dans les deux seins (cancer du sein bilatéral);
  • un parent de sexe masculin est atteint du cancer du sein;
  • la femme est de descendance juive ashkénaze (Europe de l’Est).

Les femmes atteintes d’un cancer de la trompe de Fallope lié à une mutation des gènes BRCA présentent également un risque plus élevé que la moyenne d’être atteintes du cancer du sein, du cancer de l’ovaire et d’autres cancers. Discutez de vos risques avec votre médecin. L'évaluation du risque génétique et le dépistage génétique pourraient être une option pour certaines femmes.

Facteurs de risque possibles

On a établi un certain lien entre les facteurs qui suivent et le cancer de la trompe de Fallope, mais on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu'ils sont des facteurs de risque connus. On doit faire plus de recherches pour clarifier le rôle de ces facteurs dans l’apparition du cancer de la trompe de Fallope.

Hormonothérapie substitutive

On a recours à l’hormonothérapie substitutive (HTS) pour contrôler les symptômes de la ménopause comme les bouffées de chaleur, la sécheresse vaginale et les sautes d’humeur.

L’information sur la recherche liée à l’HTS et à l’incidence du cancer primitif de la trompe de Fallope est limitée en raison du petit nombre de cas de ce type de cancer. Selon certains renseignements collectés, l’HTS pourrait accroître le risque de cancer de la trompe de Fallope.

Aucun accouchement

Des études de recherche ont démontré que le fait pour une femme de n’avoir jamais donné naissance à un enfant pourrait accroître le risque de cancer de la trompe de Fallope. Le cancer de la trompe de Fallope est observé chez les femmes ayant des antécédents d’infertilité (incapacité de concevoir un enfant).

Facteurs de risque inconnus

On n’arrive pas encore à déterminer s’il y a un lien entre l’inflammation chronique des trompes de Fallope et le cancer de la trompe de Fallope. C’est peut-être parce que les chercheurs ne parviennent pas à établir définitivement ce lien ou que les études ont engendré différents résultats. Bien qu’il y ait souvent une inflammation en présence d’un cancer de la trompe de Fallope, l’inflammation chronique des trompes de Fallope (salpingite) affecte habituellement les deux trompes tandis que l’inflammation liée au cancer de la trompe de Fallope n’affecte généralement que la trompe atteinte par le cancer. On doit faire plus de recherches afin de savoir si l’inflammation chronique des trompes de Fallope est un facteur de risque du cancer de la trompe de Fallope.

Questions à poser à votre équipe de soins

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur les risques à votre équipe de soins.

hormonothérapie substitutive (HTS)

Traitement qui consiste à remplacer les hormones sexuelles femelles (oestrogène, progestérone, ou les deux) lorsqu’elles ne sont plus produites par les ovaires.

La HTS peut être administrée aux femmes postménopausées.

L’hormonothérapie substitutive est aussi appelée thérapie hormonale de la ménopause.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Shana Kelley Une analyse sanguine ultrasensible pour détecter le cancer

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus