Cancer de l’œil

Vous êtes ici:

Chimiothérapie du cancer de l’œil

En chimiothérapie, on a recours à des médicaments anticancéreux, ou cytotoxiques, pour détruire les cellules cancéreuses. On administre parfois une chimiothérapie pour traiter le cancer de l’œil. Votre équipe de soins prendra en considération vos propres besoins pour choisir les agents chimiothérapeutiques, les doses et les modes d’administration. On peut administrer seulement une chimiothérapie, mais on l’associe parfois à une radiothérapie pour traiter le cancer de l’œil. C’est ce qu’on appelle une chimioradiothérapie. Les 2 traitements sont administrés pendant la même période. Vous pourriez aussi recevoir d’autres traitements.

On administre une chimiothérapie pour différentes raisons. Vous pouvez recevoir une chimiothérapie pour :

  • détruire les cellules cancéreuses;
  • soulager la douleur ou contrôler les symptômes d’un cancer de l’œil avancé (chimiothérapie palliative).

On peut administrer la chimiothérapie de différentes façons quand on traite un cancer de l’œil.

  • La chimiothérapie systémique circule dans le sang pour atteindre et détruire les cellules cancéreuses présentes dans tout le corps, dont celles qui auraient pu se détacher de la tumeur primitive à l’œil.
  • La chimiothérapie topique est appliquée sur la peau entourant l’œil ou administrée sous forme de goutte directement à la surface de l’œil ou de la paupière.
  • La chimiothérapie intraoculaire est injectée dans l’œil.
  • La chimiothérapie intrathécale est injectée dans le liquide céphalorachidien (LCR) entourant l’encéphale et la moelle épinière.
  • La chimiothérapie à forte dose est une chimiothérapie systémique à laquelle on a parfois recours pour traiter un cancer de l’œil qui ne réagit pas aux doses standards de chimiothérapie. La chimiothérapie à forte dose cause des dommages à la moelle osseuse, c’est pourquoi ce traitement est suivi d’une greffe de cellules souches.
  • La perfusion intra-artérielle hépatique est parfois administrée pour traiter un cancer de l’œil qui s’est propagé au foie (métastases hépatiques). On administre la chimiothérapie directement dans la tumeur au foie par l’artère principale du foie, soit l’artère hépatique. La perfusion intra-artérielle hépatique est aussi appelée chimioembolisation.

Apprenez-en davantage sur les différentes façons de recevoir une chimiothérapie.

Agents chimiothérapeutiques administrés pour le cancer de l’œil

Le type d’agent chimiothérapeutique administré dépend du type de cancer de l’œil. Voici certains agents chimiothérapeutiques employés pour traiter le cancer de l’œil :

  • méthotrexate
  • cytarabine (Cytosar, Ara-C)
  • thiotépa (ThioTEPA)
  • chlorhydrate de procarbazine (Matulane)
  • vincristine (Oncovin)
  • 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU)
  • mitomycine (Mutamycin)
  • dacarbazine (DTIC)
  • témozolomide (Temodal)

Chimiothérapie administrée pour des types spécifiques de cancer de l’œil

Le lymphome de l’œil est dans la plupart des cas un type de lymphome non hodgkinien. Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie du lymphome non hodgkinien.

La chimiothérapie à laquelle on a recours pour traiter le mélanome de la conjonctive ou de la paupière est habituellement celle qu’on administre pour traiter le mélanome de la peau. Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie du mélanome de la peau.

La plupart des tumeurs de la paupière et de la conjonctive ressemblent aux types de cancer de la peau autre que le mélanome. Ces types de cancer de l’œil sont souvent traités d’une manière semblable au cancer de la peau autre que le mélanome. Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie du cancer de la peau autre que le mélanome.

Effets secondaires

Peu importe le traitement du cancer de l’œil, il est possible que des effets secondaires se produisent, mais chaque personne les ressent différemment. Certaines en ont beaucoup alors que d’autres en éprouvent peu ou pas du tout.

La chimiothérapie peut causer des effets secondaires puisqu’elle risque d’endommager les cellules saines tout en détruisant les cellules cancéreuses. Si des effets secondaires se manifestent, ils peuvent le faire n’importe quand pendant la chimiothérapie, tout de suite après ou quelques jours voire quelques semaines plus tard. Il arrive que des effets secondaires apparaissent des mois ou des années à la suite de la chimiothérapie (effets tardifs). La plupart disparaissent d’eux-mêmes ou peuvent être traités, mais certains risquent de durer longtemps ou d’être permanents.

Les effets secondaires de la chimiothérapie dépendent surtout du type de médicament, de la dose, de la façon de l’administrer, de l’emplacement traité et de votre état de santé global. Voici certains effets secondaires fréquents des agents chimiothérapeutiques administrés pour traiter le cancer de l’œil :

Les effets secondaires les plus fréquents de la chimiothérapie topique sont les problèmes de peau et les troubles oculaires. Cela dépend de l’endroit où l’on a appliqué la chimiothérapie, soit sur la peau entourant l’œil ou à la surface de l’œil. Les problèmes de peau sont entre autres la sécheresse, les démangeaisons, la sensation de brûlure ou l’enflure, et les troubles oculaires comportent la rougeur de l’œil ou le larmoiement. Les troubles oculaires, dont l’infection, sont également un effet secondaire de la chimiothérapie intraoculaire.

Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez ces effets secondaires ou d’autres que vous croyez liés à la chimiothérapie. Plus vite vous leur mentionnez tout problème, plus rapidement ils pourront vous dire comment aider à les soulager.

Informations sur des médicaments anticancéreux spécifiques

Les renseignements sur des médicaments spécifiques changent régulièrement. Apprenez-en davantage sur les sources d’information sur les médicaments ainsi que sur les sites où vous pouvez obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques.

Questions à poser sur la chimiothérapie

Apprenez-en davantage sur la chimiothérapie et les effets secondaires de la chimiothérapie. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur la chimiothérapie à l’équipe de soins.

liquide céphalorachidien (LCR)

Liquide présent dans les cavités situées à l’intérieur et autour de l’encéphale et de la moelle épinière qui leur sert de protection et de coussinet.

Histoires

Dr Sean McKenna De nouveaux traitements pour déjouer le cancer

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus