Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Traitements du cancer du rectum

En présence d’un cancer du rectum, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Les traitements offerts dépendent du stade du cancer du rectum. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Stade 0

La chirurgie est le traitement standard du cancer du rectum de stade 0.

Chirurgie

On pratique habituellement une excision locale (résection locale) pour enlever la tumeur ou le polype et une petite quantité de tissu tout autour. Le type d’excision locale auquel on a recours est souvent la polypectomie, qu’on fait au cours d’une coloscopie ou d’une sigmoïdoscopie. On peut faire une exérèse transanale locale pour les petites tumeurs au rectum qui sont près de l’anus. Si on découvre des cellules cancéreuses dans le tissu enlevé avec la tumeur, on pratique alors une résection de l’intestin. Le type de résection intestinale effectué dépend de l’emplacement de la tumeur.

Stade 1

La chirurgie est le traitement principal du cancer du rectum de stade 1. On peut aussi avoir recours à la chimioradiothérapie ou à la radiothérapie.

Chirurgie

La chirurgie comporte habituellement une résection de l’intestin. Le type de résection intestinale effectué dépend de l’emplacement de la tumeur.

Dans certains cas, on peut faire une exérèse transanale locale ou une microchirurgie endoscopique transanale pour enlever une petite tumeur de bas grade et du tissu qui l’entoure. On préfère habituellement la résection de l’intestin à ces chirurgies puisqu’elles engendrent un risque plus élevé de récidive et qu’il sera plus difficile d’enlever complètement le cancer s’il réapparaît (récidive).

Selon le type d’opération pratiqué, il pourrait être nécessaire de faire une colostomie temporaire ou permanente. La colostomie consiste à créer une ouverture dans le côlon vers l’extérieur du corps à travers la paroi abdominale. On forme ainsi une nouvelle voie de sortie pour les matières fécales (selles) et on peut la faire après une résection de l’intestin.

Chimioradiothérapie

La chimioradiothérapie associe la radiothérapie à la chimiothérapie. On administre ces 2 traitements pendant la même période. On peut vous proposer une chimioradiothérapie après la chirurgie d’un cancer du rectum de stade 1, mais il n’est habituellement pas nécessaire d’administrer d’autres traitements après l’opération sauf si le cancer est plus avancé qu’on ne le croyait avant la chirurgie.

Radiothérapie

On peut administrer seulement une radiothérapie après une exérèse transanale locale ou une microchirurgie endoscopique transanale ou bien si vous n’êtes pas en assez bonne santé pour être opéré.

Stade 2

La chirurgie est le traitement principal du cancer du rectum de stade 2. On peut aussi avoir recours à d’autres traitements comme la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chimioradiothérapie.

Chirurgie

La résection de l’intestin est la chirurgie qu’on pratique. Le type de résection intestinale effectué dépend de l’emplacement de la tumeur. Selon le type d’opération pratiqué, il pourrait être nécessaire de faire une colostomie temporaire ou permanente. La colostomie consiste à créer une ouverture dans le côlon vers l’extérieur du corps à travers la paroi abdominale. On forme ainsi une nouvelle voie de sortie pour les selles.

Chimioradiothérapie

La chimioradiothérapie associe la radiothérapie à la chimiothérapie. On administre ces 2 traitements pendant la même période. On peut avoir recours à la chimioradiothérapie avant la chirurgie. Elle comprend habituellement de 25 à 30 séances de radiothérapie et une chimiothérapie à base de 5-fluorouracil (Adrucil, 5-FU) ou de capécitabine (Xeloda) administrée pendant 5 à 6 semaines. Il arrive qu’on administre une chimioradiothérapie après une chirurgie.

Radiothérapie

On propose presque toujours une radiothérapie pour un cancer du rectum de stade 2. On peut l’administrer seule ou dans le cadre d’une chimioradiothérapie. La radiothérapie externe est le type de radiothérapie le plus courant, mais on peut administrer une curiethérapie dans certains cas.

Il est possible qu’on ait recours uniquement à la radiothérapie avant la chirurgie. On peut administrer 5 séances de radiothérapie, ce qu’on appelle parfois radiothérapie de courte durée. Il arrive qu’on administre seulement une radiothérapie après la chirurgie.

Si vous n’êtes pas en mesure de recevoir de chimiothérapie, on peut vous administrer seulement une radiothérapie de longue durée, soit de 25 à 30 séances habituellement.

Chimiothérapie

On peut administrer seulement une chimiothérapie après une chirurgie. Si on n’a pas eu recours à la radiothérapie ou à la chimioradiothérapie avant la chirurgie, on peut administrer une chimiothérapie en plus d’une chimioradiothérapie après la chirurgie.

On administre habituellement la chimiothérapie pendant 6 mois environ, mais la durée dépend de la dose de radiothérapie ou de chimioradiothérapie reçue avant la chirurgie.

Les types de chimiothérapie administrés sont entre autres ceux-ci :

  • FOLFOX – leucovorine (acide folinique), 5-fluorouracil et oxaliplatine (Eloxatin)
  • 5-fluorouracil et leucovorine
  • CAPOX (aussi appelé XELOX) – capécitabine et oxaliplatine
  • capécitabine seulement

Stade 3

La chirurgie est le traitement principal du cancer du rectum de stade 3. On peut aussi avoir recours à d’autres traitements comme la chimiothérapie, la radiothérapie ou la chimioradiothérapie.

Chirurgie

La résection de l’intestin est la chirurgie qu’on pratique. Le type de résection intestinale effectué dépend de l’emplacement de la tumeur. Selon le type d’opération pratiqué, il pourrait être nécessaire de faire une colostomie temporaire ou permanente. La colostomie consiste à créer une ouverture dans le côlon vers l’extérieur du corps à travers la paroi abdominale. On forme ainsi une nouvelle voie de sortie pour les selles. On peut administrer seulement une chimioradiothérapie ou une radiothérapie avant la chirurgie.

Chimioradiothérapie

La chimioradiothérapie associe la radiothérapie à la chimiothérapie. On administre ces 2 traitements pendant la même période. On peut avoir recours à la chimioradiothérapie avant la chirurgie. Elle comprend habituellement de 25 à 30 séances de radiothérapie et une chimiothérapie à base de 5-fluorouracil ou de capécitabine administrée pendant 5 à 6 semaines. Il arrive qu’on administre une chimioradiothérapie après une chirurgie.

Radiothérapie

On propose presque toujours une radiothérapie pour un cancer du rectum de stade 3. On peut l’administrer seule ou dans le cadre d’une chimioradiothérapie. La radiothérapie externe est le type de radiothérapie le plus courant, mais on peut administrer une curiethérapie dans certains cas.

Il est possible qu’on ait recours uniquement à la radiothérapie avant la chirurgie. On peut administrer 5 séances de radiothérapie, ce qu’on appelle parfois radiothérapie de courte durée. Il arrive qu’on administre seulement une radiothérapie après la chirurgie.

Si vous n’êtes pas en mesure de recevoir de chimiothérapie, on peut vous administrer seulement une radiothérapie de longue durée, soit de 25 à 30 séances habituellement.

Chimiothérapie

On peut administrer seulement une chimiothérapie après une chirurgie. Si on n’a pas recours à la radiothérapie ou à la chimioradiothérapie avant la chirurgie, en général, on administre aussi une chimiothérapie après la chirurgie.

On administre habituellement la chimiothérapie pendant 6 mois environ, mais la durée dépend de la dose de radiothérapie ou de chimioradiothérapie reçue avant la chirurgie.

Les types de chimiothérapie administrés sont entre autres ceux-ci :

  • FOLFOX – leucovorine, 5-fluorouracil et oxaliplatine 
  • 5-fluorouracil et leucovorine
  • CAPOX (aussi appelé XELOX) – capécitabine et oxaliplatine
  • capécitabine seulement

Stade 4 ou récidive

Les options de traitement sont souvent les mêmes pour un cancer du rectum de stade 4 ou une récidive de cancer du rectum. Le stade 4 signifie que le cancer s’est propagé à un ou à plusieurs autres organes. Si le cancer du rectum récidive, il réapparaît habituellement dans un emplacement éloigné comme le foie.

Les traitements et l’ordre dans lequel on les administre dépendent de la possibilité d’enlever le cancer par chirurgie (résécabilité) ou de l’impossibilité de l’enlever par chirurgie (non-résécabilité).

Chimiothérapie

On propose habituellement une chimiothérapie pour un cancer du rectum de stade 4 ou une récidive de cancer du rectum. On peut l’administrer comme traitement principal d’une tumeur au rectum non résécable ou de métastases au foie. On peut aussi y avoir recours avant la chirurgie pour réduire la taille de la tumeur afin qu’elle soit plus facile à enlever. Si le cancer est résécable, on administre habituellement la chimiothérapie après la chirurgie dans le but de détruire toutes les cellules cancéreuses qui pourraient rester et de prévenir la réapparition du cancer.

La durée de la chimiothérapie dépend du type de chimiothérapie administré, de la réponse du cancer au médicament ou à l’association de médicaments et de la réalisation d’une chirurgie. Quand le cancer du rectum est résécable, on administre habituellement la chimiothérapie pendant 6 mois. Quand le cancer du rectum n’est pas résécable, on peut administrer une chimiothérapie tant que le cancer y répond ou jusqu’à ce que la maladie évolue.

Lorsqu’on décide quel agent chimiothérapeutique ou quelle association de médicaments employer, on prend en considération votre état de santé global et les effets secondaires possibles des médicaments. Il se peut qu’on vous administre un médicament ciblé avec la chimiothérapie.

Voici des agents chimiothérapeutiques couramment administrés :

  • capécitabine
  • irinotécan (Camptosar)
  • oxaliplatine
  • 5-fluorouracil et leucovorine
  • raltitrexed (Tomudex)
  • trifluridine et tipiracil (Lonsurf)

Voici des associations chimiothérapeutiques couramment administrées :

  • FOLFIRI – leucovorine, 5-fluorouracil et irinotécan 
  • FOLFOX – leucovorine, 5-fluorouracil et oxaliplatine
  • FOLFOXIRI – leucovorine, 5-fluorouracil, oxaliplatine et irinotécan
  • CAPOX (aussi appelé XELOX) – capécitabine et oxaliplatine
  • CAPIRI – capécitabine et irinotécan

On peut faire une perfusion intra-artérielle hépatique pour traiter des métastases au foie quand le cancer ne s’est propagé qu’au foie et qu’on ne peut pas l’enlever par chirurgie. Ce type de perfusion permet d’administrer la chimiothérapie directement dans les tumeurs au foie par l’artère principale du foie, soit l’artère hépatique. La floxuridine (FUDR) est l’agent chimiothérapeutique le plus employé.

Traitement ciblé

On propose habituellement un traitement ciblé pour un cancer du rectum de stade 4 ou une récidive de cancer du rectum. En général, on l’associe à la chimiothérapie, mais on peut aussi l’administrer seul. Les médicaments ciblés employés pour traiter un cancer du rectum de stade 4 ou une récidive de cancer du rectum sont entre autres ceux-ci :

  • bévacizumab (Avastin, Mvasi), habituellement associé au FOLFIRI, au FOLFOX ou au CAPOX
  • cétuximab (Erbitux), habituellement employé seul ou associé à l’irinotécan
  • panitumumab (Vectibix), habituellement employé seul
  • régorafénib (Stivarga), si le cancer évolue après d’autres traitements

Chimioradiothérapie

La chimioradiothérapie associe la radiothérapie à la chimiothérapie. On administre ces 2 traitements pendant la même période. On peut avoir recours à la chimioradiothérapie avant la chirurgie dans le but de réduire la taille de la tumeur au rectum afin qu’on puisse l’enlever par chirurgie. On associe la radiothérapie au 5-fluorouracil ou à la capécitabine. La dose de radiation administrée dépend de l’emplacement de la tumeur et d’où le cancer s’est propagé. Si vous avez déjà eu une radiothérapie au bassin, il est possible que vous ne puissiez pas recevoir une autre radiothérapie.

Chirurgie

On peut proposer une chirurgie pour un cancer du rectum de stade 4 ou une récidive de cancer du rectum. Que la chirurgie soit ou non une option dépend de l’emplacement de la tumeur et de votre état de santé global.

On peut faire une excision locale (résection locale) pour enlever un cancer qui récidive localement ou pour soulager des symptômes comme la douleur.

On effectue une résection de l’intestin pour enlever le cancer du rectum si on ne l’a pas déjà fait. On peut aussi y avoir recours pour traiter un blocage dans l’intestin (occlusion intestinale). Le type de résection intestinale pratiqué dépend de l’emplacement de la tumeur ou du blocage.

On fait une chirurgie pour enlever les tumeurs métastatiques quand le cancer s’est propagé à seulement un organe éloigné, comme le foie ou un poumon. Le type de chirurgie pratiqué dépend d’où le cancer s’est propagé.

On peut faire une exentération pelvienne dans certains cas pour traiter un cancer du rectum qui s’est propagé à de nombreuses régions du bassin. Apprenez-en davantage sur l’exentération pelvienne.

La colostomie consiste à créer une ouverture dans le côlon vers l’extérieur du corps à travers la paroi abdominale. On forme ainsi une nouvelle voie de sortie pour les selles qui peut être faite après une résection de l’intestin. La colostomie peut être temporaire ou permanente. Apprenez-en davantage sur la colostomie et l’iléostomie.

La colostomie de dérivation est une colostomie lors de laquelle on n’enlève pas une partie de l’intestin. On peut y avoir recours pour traiter une occlusion intestinale en créant un passage afin que les selles puissent être évacuées du corps avant d’atteindre la partie bloquée dans l’intestin.

On peut mettre un extenseur en place pour traiter ou prévenir l’occlusion intestinale. Le médecin peut insérer un tube en mailles métalliques (extenseur) dans l’intestin pour le garder ouvert afin que les selles s’y déplacent normalement. On a souvent recours à l’extenseur pour soulager les symptômes d’un cancer avancé.

Ablation par radiofréquence

Il est possible de faire une ablation par radiofréquence (ARF) pour traiter des métastases au foie qu’on ne peut pas enlever par chirurgie. L’ARF a recours à un courant électrique de haute fréquence pour détruire les cellules cancéreuses. Apprenez-en davantage sur l’ablation par radiofréquence.

Radiothérapie

On peut proposer une radiothérapie pour un cancer du rectum de stade 4 ou une récidive de cancer du rectum. On peut l’administrer seule ou dans le cadre d’une chimioradiothérapie. La radiothérapie externe est le type de radiothérapie le plus courant.

On peut avoir recours seulement à la radiothérapie pour maîtriser des symptômes du cancer avancé comme la douleur et les saignements. Il est possible d’administrer une radiothérapie à l’abdomen ou au bassin si le cancer du rectum n’est pas résécable. On peut aussi y avoir recours pour traiter des métastases aux os ou au cerveau.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux sans traiter le cancer même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement du cancer avancé.

Essais cliniques

Demandez à votre médecin s’il y a des essais cliniques en cours au Canada pour les personnes atteintes d’un cancer du rectum. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr David Huntsman and Dr Sohrab Shah Comparaison des génomes de sous-types de cancer de l’ovaire

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus