Logo Société canadienne du cancer

Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Suivi après le traitement du cancer colorectal

Le suivi après le traitement du cancer colorectal est une composante importante des soins apportés aux personnes atteintes. Les spécialistes du cancer (oncologues), le chirurgien et le médecin de famille se partagent souvent cette responsabilité. Votre équipe de soins discute avec vous afin de décider quel suivi répond à vos besoins.

N’attendez pas au prochain rendez-vous fixé pour signaler tout nouveau symptôme et tout symptôme qui ne disparaît pas. Avisez votre équipe de soins si vous éprouvez :

  • une douleur à l’abdomen ou au bassin;
  • une toux sèche;
  • de la fatigue;
  • des nausées;
  • une perte de poids inexpliquée;
  • de la difficulté à aller aux toilettes.

Le risque de réapparition du cancer colorectal est le plus élevé pendant 5 ans, c'est pourquoi un suivi étroit est nécessaire durant ce temps.

Planification des visites de suivi

Les consultations après le traitement d’un cancer colorectal sont habituellement prévues en fonction du risque de récidive et de l’état général de santé. La plupart des personnes atteintes d’un cancer colorectal ont des visites de suivi aux 3 à 6 mois pendant les 5 années qui suivent leur première chirurgie.

Les personnes atteintes d’un cancer colorectal de stade IV qui n’ont pas de chirurgie, de chimiothérapie ou de traitement ciblé n’ont habituellement pas besoin de visites de suivi.

Au cours des visites de suivi

Lors d’une visite de suivi, votre équipe de soins vous pose habituellement des questions sur les effets secondaires du traitement et votre degré d’adaptation. Il est possible que votre médecin fasse un examen physique dont :

  • palper l’abdomen;
  • palper les ganglions lymphatiques du thorax, de l’abdomen et du bassin;
  • écouter les poumons;
  • faire un toucher rectal (TR).

Vous pourriez aussi passer les examens suivants dans le cadre du suivi.

On fait un test de détection de l’antigène carcinoembryonnaire (ACE) aux 3 à 6 mois pendant 5 ans. Une hausse du taux d’ACE au fil du temps pourrait signifier que le cancer est réapparu (récidive).

On fait une coloscopie un an après la chirurgie. Si les résultats sont normaux, on la fait ensuite aux 5 ans.

On fait une tomodensitométrie (TDM) du thorax et de l’abdomen pour savoir si le cancer est présent dans les ganglions lymphatiques, les poumons et le foie. On peut le faire chaque année au cours des 3 à 5 ans qui suivent la chirurgie. Si on vous a traité pour un cancer du rectum, vous pourriez aussi passer une TDM du bassin pour qu’on sache s’il y a une récidive locale. Les personnes traitées pour un cancer colorectal de stade 0, I ou II n’ont habituellement pas besoin d’un suivi par examens d’imagerie comme la TDM.

On fait une sigmoïdoscopie flexible aux 6 mois pendant 2 à 5 ans si vous avez été traité pour un cancer du rectum, en particulier si vous n’avez pas reçu de radiothérapie.

Si on observe une récidive, votre équipe de soins vous évaluera afin de déterminer les meilleures options de traitement.

Apprenez-en davantage sur les tests et interventions effectués lors du suivi.

Questions à poser sur le suivi

Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le suivi à votre équipe de soins.

Histoires

Kathleen Murphy Elle a mis de l’avant l’idée d’un bal sans bronzage pour les finissants de son école.

Lisez l’histoire de Kathleen

Création d’une stratégie nationale pour les proches aidants

Illustration d’aidants

La Société canadienne du cancer fait pression auprès du gouvernement fédéral afin qu’il adopte une stratégie nationale pour les aidants, de telle sorte que cet important groupe de personnes bénéficie d’un meilleur soutien financier.

Apprenez-en plus