Logo Société canadienne du cancer

Cancer colorectal

Vous êtes ici:

Symptômes du cancer colorectal

Il est possible que le cancer colorectal ne cause aucun signe ni symptôme aux tout premiers stades de la maladie puisqu’il est alors très petit. Les symptômes apparaissent souvent une fois que la tumeur s’est développée dans les tissus et organes voisins. D’autres affections médicales peuvent causer les mêmes symptômes que le cancer colorectal.

Consultez votre médecin si vous éprouvez ces symptômes :

  • diarrhée;
  • constipation;
  • selles qui semblent plus étroites que d’habitude;
  • sensation que l’intestin n’est pas complètement vide après être allé à la selle;
  • sang dans les selles (il peut être rouge clair ou très foncé);
  • saignement du rectum;
  • gaz, crampes, ballonnements et sensation de plénitude;
  • douleur ou malaise au rectum;
  • masse dans l’abdomen ou le rectum;
  • fatigue et faiblesse;
  • anémie, qui peut causer de la fatigue et un essoufflement;
  • nausées et vomissements;
  • perte d’appétit;
  • perte de poids;
  • blocage dans l’intestin (occlusion intestinale), qui peut causer une douleur abdominale;
  • déchirure ou trou dans l’intestin (perforation intestinale), qui peut provoquer une infection généralisée (sepsie);
  • infections urinaires fréquentes;
  • ganglions lymphatiques enflés;
  • foie enflé (hépatomégalie);
  • jaunisse (affection caractérisée par le jaunissement de la peau et du blanc des yeux et par l’urine qui devient jaune foncé);
  • accumulation de liquide dans l’abdomen (ascite);
  • douleur à l’abdomen, aux fesses ou aux jambes;
  • troubles respiratoires.

Histoires

Sophie Lebel Ma famille est fière du travail que j’accomplis pour amener des changements positifs dans la vie des gens.

Lisez l’histoire de Dre Lebel

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus