Faire face quand votre enfant a le cancer

Vous êtes ici:

L’école

Pour les enfants, l’école c’est plus qu’apprendre les mathématiques, l’histoire et les sciences. C’est un lieu où ils développent leurs aptitudes à communiquer et leur sociabilité. C’est aussi un endroit où les autres s’occupent de votre enfant et s’en soucient. Il est possible que l’enfant atteint de cancer ne soit pas en mesure d’aller à l’école parce qu’il est hospitalisé. Ou il peut rester à la maison parce que son risque d’infection est élevé ou qu’il ne se sent pas bien. Mais vous pouvez atténuer les effets du cancer sur l’éducation de votre enfant.

Tenir l’école au courant

Informez l’enseignant ou le directeur de votre enfant de son diagnostic le plus tôt possible. Puis tenez-les au courant de ce qui se passe. Le médecin de votre enfant pourrait être en mesure de vous donner une idée du temps qu’il ne passera pas en classe. La recherche a démontré qu’une communication ouverte entre l’école, les parents et l’enfant atteint de cancer peut réduire les effets du cancer sur son éducation. Quand vous informez les enseignants et les autres élèves de ce qui se passe avec votre enfant, ils peuvent mieux le soutenir pendant et après son traitement. Dans le cas de l’enfant plus âgé, c’est une bonne idée de lui parler d’abord et de lui demander s’il y a des choses qu’il ne veut pas que les autres sachent.

Il est également important de faire connaître le diagnostic aux enseignants de vos autres enfants. Cela permet aux enseignants et aux conseillers de soutenir tous vos enfants.

Il peut aussi être utile qu’un membre de l’équipe de soins rencontre le personnel de l’école et les élèves pour les renseigner sur le cancer. Demandez à votre équipe de soins quelles sont les ressources disponibles pour aider les gens à l’école, telles que Helping Schools Cope With Childhood Cancer (en anglais seulement).

Continuer l’apprentissage

À certains moments de votre expérience du cancer, être à jour dans les travaux scolaires ne sera pas une priorité. Ce n’est pas grave. Mais si votre enfant se sent assez bien, faire ses devoir et avoir une aide supplémentaire ou du tutorat pour les travaux manqués peut l’aider à se sentir mieux quand il retournera à l’école.

Pour aider votre enfant à suivre le rythme, demandez aux enseignants sur quoi ils travaillent à ce moment-là. Vous pourriez demander un deuxième exemplaire des manuels que vous conserverez à la maison afin de toujours les avoir sous la main. Demandez aussi à ce que les travaux scolaires vous soient envoyés à la maison par courriel ou remis par un frère ou une sœur ou un ami. Demandez aux enseignants si vous pouvez avoir une copie de leurs notes ou s’ils peuvent enregistrer leurs cours.

Soyez réaliste. Demandez à l’enseignant si la charge de travail peut être réduite de façon à ne traiter que des matières essentielles comme le français ou les mathématiques quand votre enfant se sent très fatigué ou mal en point. N’hésitez pas à demander à l’enseignant plus de temps pour remettre les devoirs. Les examens et les projets peuvent être reportés au besoin. Peut-être aussi est-il possible de passer les examens à l’hôpital ou à la maison.

Demandez à votre équipe de soins si les services d’un enseignant sont offerts à l’hôpital pour aider les enfants à se tenir à jour dans leurs travaux scolaires. Elle pourrait être en mesure de vous proposer d’autres façons de suivre les cours. Votre arrondissement scolaire pourrait peut-être aussi vous aider.

Garder des liens entre votre enfant et son milieu scolaire

L’école est le lieu où les enfants voient leurs amis. Quand votre enfant ne peut pas aller à l’école, aidez-le à comprendre que les autres pensent à lui. Il peut être utile de recevoir des cartes, des lettres, des photos ou des dessins de ses camarades de classe qu’il pourra accrocher à l’hôpital ou à la maison. Ses amis peuvent aussi avoir recours aux messages textes, aux courriels ou aux médias sociaux pour rester en contact avec lui, lui envoyer des messages de soutien ou le mettre au courant de ce qui se passe à l’école ou ailleurs. Quand votre enfant se sent assez bien, demandez à ses amis de le visiter à la maison ou à l’hôpital.

Arrangez-vous pour que votre enfant assiste à des événements spéciaux à l’école comme une compétition sportive, une assemblée ou une pièce de théâtre, si possible, et s’il s’en sent capable.

Retour à l’école

Certains enfants retournent à l’école de temps à autre au cours de leur traitement, mais d’autres ne le font qu’à la fin de leur traitement.

Les parents sont souvent anxieux quand vient le temps d’envoyer leur enfant à l’école après le diagnostic de cancer et le traitement. Vous pouvez être préoccupé par bien des choses – c’est trop pour lui, il va tellement se fatiguer, il peut être malade. Il est également normal de se demander comment votre enfant sera accepté à son retour à l’école, en particulier s’il présente un signe évident de maladie, comme une perte de cheveux ou une amputation.

L’enfant bénéficie d’un retour le plus rapide possible à l’école. Le milieu scolaire l’aide à se sentir normal et lui donne un but bien précis. Il lui permet aussi de reprendre contact avec ses amis. Les parents tirent également avantage du retour de leur enfant à l’école puisque leur routine de vie peut aussi redevenir plus normale.

La plupart des enfants veulent retourner à l’école le plus rapidement possible après avoir reçu leur diagnostic et leur traitement. Cependant, certains enfants, en particulier les adolescents, risquent d’appréhender ce retour. Leur apparence peut être différente et ils peuvent craindre les réactions de leurs camarades de classe. Les enfants risquent d’avoir peur de ne pas avoir suivi le rythme de la classe pour les travaux scolaires et de ne pas être en mesure de rattraper le retard. Certains enfants peuvent éprouver des troubles d’apprentissage à cause du traitement, ce qui risque d’amplifier leur anxiété face au retour à l’école.

Comment les parents peuvent aider

Après le cancer, de nombreux enfants s’adaptent à l’école en éprouvant peu de difficultés. Mais il est quand même important de parler avec votre enfant de son retour à l’école. Dites-lui qu’il est possible que les choses soient différentes au début, mais que tout le monde s’habituera à son retour, tout comme lui. Essayez de préparer votre enfant aux questions qui pourraient lui être posées, comme pourquoi il n’a pas de cheveux. Discutez des façons dont il peut gérer les taquineries relatives à son apparence ou à ses capacités qui ont changé.

Il est possible que votre enfant veule faire une petite visite à ses camarades de classe avant son retour. Il peut être utile que vous, votre enfant ou un membre de l’équipe de soins leur parle du cancer, du traitement, de ce qui s’est passé lorsqu’il était à l’hôpital et de comment il se sent maintenant.

Essayez de garder la communication ouverte avec l’enseignant de votre enfant et le personnel de l’école. Il est possible que votre enfant doive commencer par aller à l’école à temps partiel. Il risque de manquer des cours à cause des rendez-vous chez le médecin. Il peut encore être trop fatigué ou ne pas se sentir assez bien pour aller à l’école certains jours. Vous pourriez vouloir demander aux enseignants de votre enfant que sa charge de travail ou son horaire soit réduit jusqu’à ce qu’il se soit adapté à son retour.

Demandez à l’équipe de soins de votre enfant de préparer une lettre pour le personnel de l’école qui peut comprendre les informations suivantes :

  • l’état général de santé de votre enfant et comment il risque d’affecter sa présence en classe
  • les effets du cancer et de son traitement sur son apprentissage et sa réflexion
  • des demi-journées ou des journées complètes en classe selon l’équipe de soins
  • l’autorisation de participer sans restriction aux cours d’éducation physique, aux activités sportives, aux récréations ou aux jeux
  • la description de tout changement qui affecte son apparence
  • ses émotions face à son retour à l’école
  • les changements de comportement prévus à cause des médicaments ou du traitement
  • un rappel de ne jamais lui administrer de médicaments (vaccination par exemple) à l’école sans en avoir d’abord discuté avec vous
  • toutes considérations particulières comme des collations supplémentaires, des problèmes alimentaires, plus de temps pour passer d’une salle de cours à une autre ou pour terminer ses devoirs ou faire ses examens
  • les directives sur son exposition à des maladies transmissibles comme la varicelle, le zona ou la rougeole
  • la liste de signes et de symptômes qui doivent vous être mentionnés immédiatement comme la fièvre, la nausée, la douleur, l’enflure, une ecchymose ou un saignement de nez

Parlez aux parents des amis de votre enfant. Dites-leur qu’il serait très utile que leurs enfants accueillent votre enfant à l’école et qu’ils soient simplement là pour le soutenir tant qu’il se réadaptera à son retour. Demandez-leur si leurs enfants pourraient se rendre avec lui à l’école en marchant ou l’attendre près de l’école et y entrer avec lui afin qu’il n’ait pas à le faire seul.

Écoutez les inquiétudes et les craintes de votre enfant et discutez-en. N’essayez pas de les minimiser ou de les repousser. Comme pour le diagnostic et le traitement, votre enfant doit savoir qu’il peut partager ses émotions avec vous et que vous êtes là pour l’écouter.

Soyez préparé pour les bons jours comme pour les mauvais jours. Au début, votre enfant peut être excité de retourner à l’école. Une fois l’émotion passée, il est possible qu’il soit fatigué ou que les effets secondaires l’importunent à nouveau.  Les choses s’arrangeront avec le temps.

Une fois que votre enfant est de retour à l’école, vérifiez régulièrement auprès de lui ou de ses enseignants comment ça se passe pour les travaux scolaires et l’adaptation avec les amis et les camarades de classe. Réglez les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentent afin qu’ils ne s’amplifient pas. Votre enfant saura qu’il peut compter sur vous pour l’aider.

Recevoir de l’aide si votre enfant éprouve des troubles d’apprentissage

Il y a des traitements qui peuvent causer une diminution de la mémoire ou d’autres difficultés d’apprentissage. Certaines de ces difficultés disparaîtront avec le temps, mais d’autres peuvent être des problèmes à long terme ou permanents. N’hésitez pas à demander de l’aide. Certaines incapacités sont physiques et sont plus visibles, mais les troubles d’apprentissage risquent de ne pas être aussi évidents.

Il y a des enfants qui développent des problèmes d’apprentissage comme effets tardifs des traitements d’un cancer au cours de l’enfance. Apprenez-en davantage sur les troubles d’apprentissage.

Si votre enfant éprouve des problèmes à l’école, vous ou son médecin pouvez demander au directeur de l’école de l’évaluer afin de savoir si des troubles d’apprentissage sont apparus à cause du traitement du cancer.

L’orientation et l’évaluation peuvent varier selon l’école mais habituellement un enseignant, un psychologue, un orthophoniste et d’autres spécialistes des ressources d’apprentissage y participent.

Votre équipe de soins peut également aider à organiser des évaluations neuropsychologiques, en particulier quand le traitement est fini. Vous pouvez choisir les parties du rapport que vous voulez envoyer à l’école afin d’aider à l’apprentissage de votre enfant.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Robert Heimbecker Les enfants ne devraient pas s’inquiéter à propos de chirurgie et de chimiothérapie.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez comment 16 facteurs peuvent affecter votre risque de cancer et comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie! Présenté en partenariat avec Desjardins.

Apprenez-en plus