Logo Société canadienne du cancer

Cancer du col de l’utérus

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer du col de l'utérus

Il est possible que les femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus se posent des questions sur leur pronostic et leur survie. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul le médecin qui connaît bien les antécédents médicaux de la personne, le type de cancer dont elle est atteinte, le stade et les caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera un individu et comment il réagira au traitement. Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne que le médecin prend en considération lorsqu'il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble, et ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l'établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques du cancer du col de l'utérus.

Taille et volume de la tumeur et étendue locale

La taille de la tumeur équivaut à sa partie la plus large, c’est-à-dire sa plus grande dimension. Le volume se rapporte aux 3 dimensions de la tumeur, soit la hauteur, la largeur et l'épaisseur. Une petite taille et un petit volume sont un facteur pronostique plus favorable qu'une grande taille et un grand volume. 

L’étendue locale, c’est jusqu’où la tumeur s’est développée dans le tissu du stroma (couche de tissu conjonctif qui soutient le col de l’utérus) et les tissus voisins. Plus elle s’est développée en profondeur dans le tissu du stroma et les tissus voisins, moins le pronostic est favorable.

Stade

Le stade du cancer du col de l'utérus est un facteur pronostique important. Un cancer du col de l’utérus qui est précoce engendre un pronostic plus favorable qu’un cancer du col de l’utérus qui est à un stade plus avancé. Une tumeur qui a envahi les côtés du bassin (parois pelviennes), le tissu conjonctif lâche qui entoure le col et l'utérus (tissu du paramètre) ou d'autres régions du corps engendre un pronostic moins favorable qu’un cancer qui se trouve seulement dans le col de l’utérus.

Propagation aux ganglions lymphatiques

Un cancer du col de l’utérus qui ne s'est pas propagé aux ganglions lymphatiques engendre un meilleur pronostic qu’un cancer du col de l’utérus qui s’est propagé aux ganglions lymphatiques.

Envahissement lymphovasculaire

L’envahissement lymphovasculaire signifie qu’on observe le cancer dans les vaisseaux sanguins ou lymphatiques de la tumeur. Les vaisseaux lymphatiques sont les tubes dans lesquels la lymphe circule dans le corps. Un cancer qui ne s’est pas propagé aux vaisseaux sanguins ou lymphatiques engendre un meilleur pronostic qu’un cancer qui s’est propagé aux vaisseaux sanguins ou lymphatiques.

Âge et état général de santé

Les jeunes femmes ont tendance à avoir un meilleur pronostic que les femmes plus âgées. La femme dont l’état général de santé est bon, mis à part le cancer, a aussi tendance à avoir un meilleur pronostic.

Type de tumeur

Le carcinome épidermoïde a tendance à engendrer un meilleur pronostic que l’adénocarcinome. Le carcinome à petites cellules, le carcinome à cellules claires et le carcinome à cellules vitreuses sont des tumeurs agressives qui engendrent un pronostic moins favorable que d’autres types de cancer du col de l’utérus, même si on les détecte à un stade précoce.

Anémie

Les femmes atteintes d'anémie ne semblent pas réagir aussi bien que les femmes qui n'en font pas et elles semblent aussi avoir un pronostic plus sombre. Les femmes atteintes d’anémie ne réagissent pas aussi bien non plus à la radiothérapie. On ne comprend pas pourquoi l'anémie engendre cet effet chez les femmes atteintes du cancer du col de l’utérus. La transfusion sanguine ne parvient habituellement pas vraiment à renverser cet effet.

Apprenez-en davantage sur l’anémie.

Tabagisme

Les femmes qui fument ont tendance à avoir un pronostic plus sombre que les femmes qui ne fument pas.

Taux de l’antigène du carcinome épidermoïde

Un marqueur tumoral est une substance dans le corps qui peut indiquer la présence d’un certain type de cancer. L’antigène du carcinome épidermoïde est un marqueur tumoral qu’on peut détecter en grande quantité chez les personnes atteintes d’un carcinome épidermoïde.

Les femmes dont le taux d’antigène du carcinome épidermoïde est normal avant le traitement ont tendance à avoir un meilleur pronostic que celles dont le taux est élevé. Un taux élevé d’antigène du carcinome épidermoïde est souvent lié à un stade plus avancé du cancer du col de l’utérus et à des grosses tumeurs.

État sérologique vis-à-vis du VIH

Les femmes porteuses du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ont tendance à être atteintes d’un cancer du col de l’utérus agressif et à avoir un pronostic sombre.

Grade

Contrairement à la plupart des cancers, on ne sait pas si le grade joue un rôle dans l’établissement du pronostic du cancer du col de l’utérus chez la femme. Certaines études ont démontré que les grades plus élevés engendrent des pronostics plus sombres. D’autres études n’ont pas établi ce lien. Le grade, en tant que facteur pronostique, semble être plus important pour l'adénocarcinome du col de l’utérus.

Histoires

Woman at market in front of CCS poster Il s’agit vraiment d’un programme vital, et nous sommes très reconnaissants envers Husky Energy, qui l’a rendu possible.

Plus de details

Réconfort et sollicitude des bénévoles

Illustration de bénévoles

Dans les centres régionaux de cancer, les maisons d’hébergement et les hôpitaux communautaires, des milliers de bénévoles de la Société canadienne du cancer apportent leur soutien aux personnes qui reçoivent des traitements.

Apprenez-en plus