Logo Société canadienne du cancer

Cancer du sein

Vous êtes ici:

Diagnostiquer un cancer du sein

Le diagnostic est un processus qui permet d’identifier la cause d’un problème de santé. Ce processus peut sembler long et décourageant, mais il est important que le médecin élimine toute autre cause pouvant être sous-jacente au problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer. On a habituellement recours aux épreuves visant à diagnostiquer un cancer du sein quand :

  • on observe des symptômes de cette maladie
  • le médecin soupçonne la présence d’un cancer du sein après avoir parlé avec la personne de sa santé et effectué un examen physique
  • une mammographie de dépistage semble indiquer un trouble mammaire

Un bon nombre des épreuves effectuées pour établir le diagnostic initial du cancer sont aussi employées pour déterminer le stade de la maladie (jusqu’où le cancer s’est propagé). Votre médecin pourra aussi vous faire passer d’autres examens afin de vérifier votre état de santé général et pour aider à planifier votre traitement. Ces épreuves ou examens peuvent comporter ceux qui suivent.

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux sont un recueil des symptômes présents, des facteurs de risque et de tous les évènements et troubles médicaux que la personne a eus dans le passé. Les antécédents médicaux de la famille de la personne peuvent aussi aider le médecin à diagnostiquer un cancer du sein.

Pour connaître les antécédents médicaux, le médecin posera des questions sur :

  • les antécédents personnels
    • d’affection mammaire ou de cancer du sein
    • d’hormonothérapie de remplacement
    • de radiothérapie antérieure à la poitrine
  • les antécédents familiaux
    • de cancer du sein
    • d’autres cancers comme le cancer de l’ovaire et le cancer colorectal
  • les signes et symptômes pouvant signaler un cancer du sein

Lors d’un examen physique, le médecin recherchera tout signe d’un cancer du sein. Il pourrait :

  • effectuer un examen clinique des seins (ECS) à la recherche des éléments suivants dans les seins ou les ganglions lymphatiques :
    • des masses dans les seins
    • un durcissement ou un épaississement du tissu mammaire
    • des changements de la peau des seins, dont la présence de capitons
    • des changements dans les mamelons
    • des ganglions lymphatiques enflés dans l’aisselle (creux axillaire) et au-dessus ainsi qu’au-dessous de la clavicule
  • palper l’abdomen pour vérifier si le foie est hypertrophié
  • écouter les bruits (ausculter) des poumons

Retour au menu

Mammographie diagnostique

La mammographie diagnostique est un examen radiographique qui emploie de faibles doses de radiation pour produire une image du sein sur un film (cliché). On y a recours pour :

  • faire un suivi de résultats anormaux observés lors d’une mammographie de dépistage ou d’un examen clinique des seins
  • diagnostiquer un cancer du sein
  • aider à trouver une région anormale dans laquelle on pourrait pratiquer une biopsie afin de prélever du tissu

Retour au menu

Échographie

L’échographie est un examen qui emploie des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images des structures du corps. L’échographie mammaire n’est pas aussi sensible que la mammographie pour diagnostiquer un cancer du sein. On peut y avoir recours pour :

  • examiner une masse ou une anomalie dans le sein détectée lors d’un examen clinique des seins ou d’une mammographie
  • déterminer si une masse est une tumeur solide ou un kystekysteGenre de sac habituellement rempli d'une substance liquide ou semi-solide qu’on trouve dans le corps. rempli de liquide
  • identifier une région anormale dans laquelle on pourra faire une biopsie

Retour au menu

Biopsie

Lors d’une biopsie, on prélève des cellules ou des tissus afin de les examiner en laboratoire. Le rapport de pathologie provenant du laboratoire confirmera la présence ou l’absence de cellules cancéreuses dans le prélèvement.

Seule une biopsie du sein permet de poser un diagnostic définitif de cancer du sein. La plupart des tissus prélevés par biopsie dans des masses du sein s’avèrent bénignes (non cancéreuses). Le type de biopsie sera choisi en fonction de la masse, à savoir si elle peut être sentie au toucher (palpable) ou non (non palpable). L’échographie ou la tomodensitométrie (TDM) peuvent être utilisées pour guider l’aiguille lors du prélèvement biopsique. On peut pratiquer les types de biopsie suivants :

On peut aussi effectuer une biopsie du sein, incluant souvent une biopsie de la peau, si on soupçonne la présence d’un cancer inflammatoire du sein. Enfin, lorsque le médecin croit qu’il pourrait s’agir d’une maladie de Paget du mamelon, il pratiquera une biopsie du mamelon.

Retour au menu

Scintimammographie

La scintimammographie emploie une substance radioactive, appelée radio-isotope, et une caméra spéciale pour produire des clichés du sein. On y a recours :

  • pour vérifier les masses qui n'apparaissent pas clairement à la mammographie à cause de :
    • tissus cicatriciels s'étant formés à la suite d'une chirurgie ou d'une radiothérapie
    • tissu mammaire dense
    • implants mammaires
  • lorsqu'on a observé plusieurs tumeurs dans le sein
  • pour examiner par balayage les ganglions lymphatiques de l’aisselle (creux axillaire) afin de savoir s’ils contiennent des cellules cancéreuses

La scintimammographie n’est pas fréquemment pratiquée. Elle ne remplace pas la mammographie, qui demeure l’examen d’imagerie standard pour diagnostiquer le cancer du sein. Actuellement, on considère que la scintimammographie est un outil de diagnostic de deuxième intention qui peut être utilisé chez certaines femmes afin d'évaluer les anomalies du sein observées lors d'une mammographie.

Retour au menu

Galactographie

La galactographie est une intervention radiologique qu'on emploie parfois pour aider à déterminer la cause d'un écoulement mamelonnaire. On y a recours pour :

  • observer les canaux du sein
  • aider à diagnostiquer un papillome intracanalaire (cause non cancéreuse courante de l'écoulement mamelonnaire) et d'autres affections du sein

On n’emploie pas la galactographie au lieu de la mammographie pour diagnostiquer un cancer du sein, mais on peut l'associer à la mammographie diagnostique.

Retour au menu

Biopsie des ganglions lymphatiques

Une biopsie des ganglions lymphatiquesganglions lymphatiquesPetite masse de tissu lymphatique en forme de haricot longeant les vaisseaux lymphatiques (tubes dans lesquels la lymphe circule dans le corps). Les ganglions lymphatiques entreposent les lymphocytes (type de globule blanc qui combat les germes, les substances étrangères ou les cellules cancéreuses) est une intervention chirurgicale au cours de laquelle on enlève des ganglions en vue d’un examen microscopique afin de savoir s’ils contiennent des cellules cancéreuses.

Dans le cancer du sein, les ganglions de l'aisselle (creux axillaire) sont retirés puisque les cellules du cancer du sein peuvent circuler dans le système lymphatique, et le premier endroit où elles risquent de se propager se trouve à être les ganglions lymphatiques de l'aisselle. Le nombre de ganglions lymphatiques atteints aide à déterminer le stadestadeDescription de l’étendue du cancer dans le corps, y compris la taille de la tumeur, le degré de dissémination des cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques et la propagation de ces cellules de l’emplacement initial vers d’autres parties du corps. du cancer du sein.

Évidement ganglionnaire axillaire

L’évidement ganglionnaire axillaire est une intervention chirurgicale lors de laquelle on enlève les ganglions lymphatiques de l’aisselle.

  • Dans la plupart des cas de cancer du sein, on doit pratiquer cette intervention pour déterminer le stade du cancer.
  • Il s’agit de la méthode standard de vérification des ganglions lymphatiques utilisée dans la majorité des centres du Canada.

Biopsie du ganglion sentinelle

Le ganglion sentinelle est le premier ganglion d’une chaîne ou d’un amas de ganglions lymphatiques à recevoir la lymphe provenant de la région qui entoure la tumeur. Ce sont ces ganglions lymphatiques auxquels les cellules cancéreuses sont le plus susceptible de se propager. Lors d’une biopsie du ganglion sentinelle, on enlève ce ganglion afin de l'examiner pour savoir s’il contient des cellules cancéreuses.

On pourrait envisager d’offrir ce type de biopsie aux femmes atteintes d’une tumeur du sein d’un diamètre inférieur à 5 cm et dont les ganglions lymphatiques de l’aisselle ne peuvent être palpés lors de l’examen par le médecin.

La biopsie du ganglion sentinelle peut toutefois être contre-indiquée pour les femmes :

  • ayant déjà subi une chirurgie ou une radiothérapie mammaire
  • dont les ganglions lymphatiques axillaires peuvent être palpés par le médecin
  • atteintes d’un cancer du sein localement avancé ou avancé (tumeurs dont la taille est supérieure à 5 cm)
  • ayant des tumeurs dans plus d’une région du sein (tumeurs multifocales)
  • atteintes d’un cancer du sein métastatique
  • atteintes d’un cancer inflammatoire du sein
  • ayant déjà subi une réduction mammaire ou ayant des implants mammaires

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Les analyses biochimiques sanguines servent à mesurer certaines substances chimiques du sang. Elles révèlent la qualité de fonctionnement de certains organes et permettent de détecter des anomalies. On y a recours pour déterminer le stade du cancer du sein.

  • On peut mesurer les taux d’urée (azote uréique du sang) et de créatinine pour vérifier la fonction rénale. On évalue la fonction du rein avant d’administrer une chimiothérapie et on l’évaluera possiblement de nouveau pendant ou après le traitement.
  • Les taux d’alanine aminotransférase (ALT), d’aspartate transaminase (AST) et de phosphatase alcaline (PhoA) permettent de connaître la fonction hépatique.
    • Des taux élevés pourraient indiquer que le cancer s’est propagé au foie.
  • On peut également mesurer le taux de phosphatase alcaline pour savoir si le cancer est présent dans les os.
    • Des taux élevés pourraient indiquer que le cancer s'est propagé aux os.

Retour au menu

Scintigraphie osseuse

Lors d'une scintigraphie osseuse, on a recours à des matières radioactives qui se fixent sur les os, ou ostéotropes (produits radiopharmaceutiques), et à un ordinateur pour créer une image des os. Elle permet de savoir si le cancer du sein s'est propagé (métastases) aux os.

Il est possible de faire une scintigraphie osseuse lorsque :

  • le taux sanguin de phosphatase alcaline est élevé
  • des ganglions lymphatiques peuvent être palpés dans l’aisselle (ganglions lymphatiques axillaires)
  • la taille de la tumeur primitive est supérieure à 5 cm
  • la femme atteinte éprouve des douleurs légères, qui peuvent être causées par des métastases osseuses

La scintigraphie osseuse n’est pas envisagée chez une femme atteinte d’un cancer du sein de stade I.

Retour au menu

Échographie du foie

Lorsque les analyses biochimiques sanguines révèlent des taux d’enzymes hépatiques élevés, on peut avoir recours à une échographie du foie afin de vérifier si le cancer s’est propagé au foie (métastases hépatiques).

Retour au menu

Radiographie pulmonaire

La radiographie est un examen qui emploie de faibles doses de radiation pour produire sur film une image des structures du corps. On peut avoir recours à la radiographie pulmonaire pour savoir si le cancer du sein s'est propagé aux poumons.

Retour au menu

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Lors d’une imagerie par résonance magnétique, on emploie de puissantes forces magnétiques et des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les images en clichés à trois dimensions. L'IRM du sein n’est pas couramment utilisée pour diagnostiquer un cancer du sein, mais on peut y avoir recours dans certains cas pour :

  • identifier la tumeur primitive dans le sein
    • on peut envisager l’IRM quand le cancer est présent dans les ganglions lymphatiques axillaires ou si la femme est atteinte de la maladie de Paget du mamelon
  • déterminer l’étendue du cancer dans le tissu mammaire (atteinte locale)
    • on peut envisager l’IRM lorsque les résultats de l’examen physique, de la mammographie ou de l’échographie ne sont pas clairs
  • mieux examiner une anomalie observée lors de la mammographie
    • on peut faire une IRM lorsqu’on ne peut identifier l’anomalie par d’autres examens tels qu’un examen clinique des seins ou une échographie du sein
    • on peut aussi faire une IRM quand on observe l’anomalie sur un seul des clichés obtenus par mammographie
  • vérifier l’état des implants mammaires, en particulier si le médecin soupçonne qu’il y a une rupture d’implant

Retour au menu

Formule sanguine complète

La formule sanguine complète (FSC) permet d’évaluer le nombre et la qualité des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. On a recours à la FSC afin d’obtenir des valeurs de référence auxquelles on pourra comparer les résultats de prochaines FSC effectuées pendant et après le traitement.

Retour au menu

Analyse des récepteurs hormonaux

L’analyse des récepteurs hormonaux permet de déterminer la quantité de récepteurs d’oestrogène (ER) et de récepteurs de progestérone (PR) dans les cellules cancéreuses du sein. Ces renseignements aideront les médecins à établir le plan de traitement d’une femme.

Retour au menu

Analyse du statut HER2

L’ErbB2 est un gène qui a subi un changement (une mutation) et qui peut ainsi favoriser la croissance d’une tumeur (oncogèneoncogèneGène qui participe à la régulation de la croissance et de la division cellulaires et qui peut causer la prolifération de cellules cancéreuses.). Il est plus connu sous le nom de HER2 (ou HER2/neu). HER2 signifie humanepidermal growth factor receptor 2 (récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain).

On a recours à l’analyse du statut HER2 afin d’évaluer la quantité de la protéine HER2 qui est produite par la tumeur du sein. Ces renseignements aideront les médecins à établir le plan de traitement d’une femme.

Retour au menu

Consultez la liste de questions à poser à vote médecin sur les épreuves diagnostiques.

Histoires

Dr Marc Therrien Le Dr Marc Therrien s’emploie à bloquer une protéine impliquée dans le développement du cancer.

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus