Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière

Vous êtes ici:

Oligodendrogliome

L’oligodendrogliome est un type de gliome qui prend naissance dans les cellules gliales appelées oligodendrocytes. Les oligodendrocytes recouvrent et protègent les nerfs.

Tous les oligodendrogliomes présentent une anomalie chromosomique caractérisée par la délétion du bras p du chromosome 1 et du bras q du chromosome 19.

L’oligodendrogliome se propage parfois au liquide céphalorachidien mais rarement hors du cerveau ou de la moelle épinière.

Selon le système de classification histologique de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), les oligodendrogliomes sont de bas grade (grade 2) ou de haut grade (grade 3).

Oligodendrogliome de bas grade

L’oligodendrogliome de bas grade est une tumeur de grade 2. Il se développe lentement et peut être présent depuis de nombreuses années avant d’être diagnostiqué. Cette tumeur peut devenir plus agressive avec le temps. Les personnes atteintes d’un oligodendrogliome peuvent avoir des crises d’épilepsie depuis longtemps. On observe le plus souvent l’oligodendrogliome chez les personnes âgées entre 50 et 60 ans.

On peut avoir recours aux traitements qui suivent pour l’oligodendrogliome de bas grade.

On peut faire une chirurgie pour enlever toute la tumeur ou la plus grande partie possible de la tumeur.

On peut opter pour la surveillance active accompagnée d’examens d’IRM effectués sur une base régulière afin de vérifier si la tumeur se développe quand on ne peut pas l’enlever complètement par chirurgie.

On peut administrer une radiothérapie après la chirurgie si la tumeur ne peut pas être enlevée complètement ou si elle se développe de nouveau après la chirurgie et qu’une radiothérapie n’avait pas déjà été administrée.

On peut administrer une chimiothérapie après la chirurgie, qu’on associe habituellement à une radiothérapie, s’il n’est pas possible d’enlever complètement la tumeur. On peut aussi y avoir recours pour traiter une tumeur qui réapparaît après avoir été traitée (oligodendrogliome de bas grade récidivant).

L’agent chimiothérapeutique le plus souvent employé est le témozolomide (Temodal).

L’association chimiothérapeutique la plus fréquemment administrée est le protocole PCV, c’est-à-dire de la procarbazine (Matulane), de la lomustine (CeeNU, CCNU) et de la vincristine (Oncovin).

Oligodendrogliome anaplasique

L’oligodendrogliome anaplasique est une tumeur de haut grade. En général, il se développe rapidement. Il peut apparaître à un seul ou à plusieurs endroits dans tout le cerveau.

On peut avoir recours aux traitements qui suivent pour l’oligodendrogliome anaplasique.

On peut faire une chirurgie pour enlever toute la tumeur ou la plus grande partie possible de la tumeur qu’on fait suivre d’une radiothérapie, avec ou sans chimiothérapie.

On administre habituellement une radiothérapie après la chirurgie. La radiothérapie peut aussi être le traitement principal si on ne peut pas faire de chirurgie.

On administre une chimiothérapie après la chirurgie et on l’associe habituellement à une radiothérapie. On peut aussi y avoir recours pour traiter une tumeur qui réapparaît après avoir été traitée (oligodendrogliome anaplasique récidivant).

L’agent chimiothérapeutique le plus souvent employé est le témozolomide.

L’association chimiothérapeutique la plus fréquemment administrée est le protocole PCV (procarbazine, lomustine et vincristine.

Corticostéroïdes et anticonvulsivants (antiépileptiques)

D’autres médicaments administrés aux personnes  ayant une tumeur au cerveau ne traitent pas la tumeur mais aident à soulager les symptômes causés par la tumeur ou les traitements.

  • Les corticostéroïdes aident à atténuer l’enflure autour de la tumeur au cerveau et peuvent soulager les maux de tête et d’autres symptômes. Un corticostéroïde souvent employé est la dexaméthasone (Decadron, Dexasone).
  • Les anticonvulsivants (antiépileptiques) permettent de prévenir les crises d’épilepsie. On ne les administre habituellement pas, sauf si la tumeur a provoqué des crises. Un anticonvulsivant souvent employé est le phénytoïne (Dilantin).

Essais cliniques

Quelques essais cliniques sur l’oligodendrogliome sont en cours au Canada et acceptent des participants. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Tyler Cook La recherche a sauvé ma vie et celle de ma sœur. Sans ces travaux, le cancer de l’estomac aurait décimé la majeure partie de notre famille.

Lisez l’histoire de Tyler

Passer à l’action contre tous les cancers

Icône – point d’interrogation

Le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer révèle que les cancers du poumon, colorectal, du sein et de la prostate devraient représenter la moitié de tous les nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2017. Découvrez ce que vous pouvez faire pour réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus