Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière

Vous êtes ici:

Astrocytome

Gliome est un terme général qui désigne un groupe de tumeurs qui prennent naissance dans les tissus de soutien (cellules gliales) de l’encéphale ou de la moelle épinière. C’est le type le plus courant de tumeurs cérébrales primitives chez l’adulte puisqu’il représente environ 70 % de toutes les tumeurs malignes (haut grade) du système nerveux central (SNC).

La plupart des gliomes sont des astrocytomes. L’astrocytome prend naissance dans un type de cellule gliale appelé astrocyte (cellule en forme d’étoile qui entoure, soutient et protège les neurones). L’astrocytome peut se développer dans l’encéphale, le tronc cérébral ou la moelle épinière.

Selon le système de classification histologique de l’OMS, les astrocytomes peuvent être de bas grade ou haut grade (grades I à IV).

Les types de traitements administrés se basent sur les besoins uniques de la personne atteinte de cancer.

Astrocytomes de bas grade

Les astrocytomes de bas grade comprennent les tumeurs de grades I et II.

Astrocytome pilocytique

L’astrocytome pilocytique est une tumeur de grade I. Il a tendance à évoluer lentement et contient souvent des kystes. Il affecte le plus souvent les enfants et les jeunes adultes. Une personne atteinte de neurofibromatose risque davantage de développer un astrocytome pilocytique.

Astrocytome diffus ou infiltrant

L’astrocytome diffus, ou infiltrant, est une tumeur de grade II. Il a tendance à se développer lentement et à envahir les structures cérébrales voisines et il peut devenir malin (cancéreux). Il affecte typiquement les jeunes adultes. Une personne atteinte du syndrome de Li-Fraumeni risque davantage de développer un astrocytome diffus.

Les types d’astrocytome diffus sont entre autres ceux-ci :

  • fibrillaire
  • gémistocytique
  • protoplasmique

Traitement de l’astrocytome de bas grade

En présence d'un astrocytome de bas grade, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes :

  • surveillance active
    • On a habituellement recours à l’IRM pour surveiller un astrocytome de bas grade.
  • chirurgie
    • On peut faire une chirurgie pour obtenir un prélèvement (biopsie) et confirmer un diagnostic.
    • La chirurgie peut servir de traitement principal pour enlever toute la tumeur ou la plus grande partie possible.
    • On peut avoir recours à la chirurgie pour traiter une tumeur récidivante.
  • radiothérapie
    • On peut avoir recours à la radiothérapie externe :
      • si le médecin sait ou croit qu’il reste une partie de la tumeur après la chirurgie
      • comme traitement principal si la chirurgie n’est pas une option
      • pour traiter une tumeur récidivante si on n’a pas déjà administré une radiothérapie

Retour au menu

Astrocytome anaplasique

L’astrocytome anaplasique, aussi appelé astrocytome malin, est une tumeur de grade III. L’âge moyen lors du diagnostic est de 41 ans.

  • Cette tumeur est faite de cellules dont l’apparence est anormale et elle a tendance à se développer rapidement.
  • L’astrocytome de bas grade peut évoluer en astrocytome anaplasique.
  • L’astrocytome anaplasique a tendance à évoluer en glioblastome multiforme.

Traitement de l’astrocytome anaplasique

En présence d'un astrocytome anaplasique, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes :

  • chirurgie
    • La chirurgie, si elle est possible, constitue le premier traitement afin qu’on enlève la plus grande partie possible de la tumeur.
    • On fait suivre la chirurgie d’une radiothérapie, avec ou sans chimiothérapie.
  • radiothérapie
    • On administre une radiothérapie externe après la chirurgie, avec ou sans chimiothérapie.
    • On peut aussi y avoir recours comme traitement principal si la chirurgie n’est pas une option.
  • chimiothérapie
    • On peut administrer une chimiothérapie ainsi qu’une radiothérapie après la chirurgie.
    • On peut aussi y avoir recours pour traiter un astrocytome anaplasique récidivant.
    • L’agent chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent seul pour traiter l’astrocytome anaplasique est le témozolomide (Temodal).
    • On a recours à d’autres types d’agent chimiothérapeutique pour traiter l’astrocytome anaplasique :
      • carmustine (BiCNU, BCNU)
      • lomustine (CeeNU, CCNU)
      • cisplatine (Platinol AQ)
      • chlorhydrate de procarbazine (Matulane)
      • vincristine (Oncovin)
    • L’association chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent pour traiter l’astrocytome anaplasique est le protocole PCV – chlorhydrate de procarbazine, lomustine et vincristine.
    • Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.

Retour au menu

Glioblastome multiforme

Le glioblastome multiforme, aussi appelé simplement glioblastome ou GBM, est une tumeur de grade IV. C’est la tumeur cérébrale maligne la plus courante chez l’adulte puisqu’elle représente environ 50 à 60 % de tous les astrocytomes et environ 12 à 15 % de tous les types de tumeurs cérébrales. La plupart affectent les gens âgés entre 45 et 70 ans.

  • Cette tumeur est faite de cellules dont l’apparence est très anormale.
  • Le glioblastome multiforme a tendance à se développer rapidement et à se propager aux tissus voisins.
  • Il peut apparaître à un seul ou à plusieurs endroits dans toute l’encéphale.

Traitement du glioblastome multiforme

En présence d'un glioblastome multiforme, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes :

  • chirurgie
    • La chirurgie, si elle est possible, constitue le premier traitement afin qu’on enlève la plus grande partie possible de la tumeur.
    • On fait suivre la chirurgie d’une radiothérapie, avec ou sans chimiothérapie.
  • radiothérapie
    • On administre une radiothérapie externe après la chirurgie, avec ou sans chimiothérapie.
    • On peut aussi y avoir recours comme traitement principal si la chirurgie n’est pas une option.
  • chimiothérapie
    • On peut administrer une chimiothérapie au même moment que la radiothérapie après la chirurgie.
    • On peut aussi y avoir recours pour traiter un glioblastome multiforme récidivant.
    • Lors de la chirurgie, on peut placer des gaufrettes contenant une dose concentrée de carmustine (BiCNU, BCNU) là où se trouvait la tumeur qu’on a enlevée ou tout près.
    • L’agent chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent seul pour traiter le glioblastome multiforme est le témozolomide (Temodal).
    • On a recours à d’autres types d’agent chimiothérapeutique pour traiter le glioblastome multiforme :
      • carmustine (BiCNU, BCNU)
      • lomustine (CeeNU, CCNU)
      • cisplatine (Platinol)
      • chlorhydrate de procarbazine (Matulane)
      • vincristine (Oncovin)
    • L’association chimiothérapeutique qu’on administre le plus souvent pour traiter le glioblastome multiforme est le protocole PCV – chlorhydrate de procarbazine, lomustine et vincristine.
    • Pour obtenir des renseignements sur des médicaments spécifiques, consultez la section Sources d’information sur les médicaments.
  • thérapie biologique
    • Le médicament biologique employé pour traiter le glioblastome multiforme est le bévacizumab (Avastin).

Retour au menu

Gliome du tronc cérébral

Le gliome du tronc cérébral est un astrocytome qui prend naissance dans le tronc cérébral. Il peut être de bas grade ou de haut grade (grade I à III). Cette tumeur affecte rarement l’adulte. Lorsque c’est le cas, c’est le plus souvent entre 30 et 40 ans.

Traitement du gliome du tronc cérébral

En présence d'un gliome du tronc cérébral, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes :

  • chirurgie
    • On peut pratiquer une chirurgie si la tumeur est localisée, c’est-à-dire qu’elle ne s’est pas propagée, et qu’on peut l’atteindre.
    • La plupart des tumeurs envahissent différentes régions du tronc cérébral et ne peuvent pas être enlevées par chirurgie.
  • radiothérapie
    • On administre une radiothérapie si la personne éprouve de nombreux symptômes.
    • Si la personne n’éprouve pas de symptômes, on peut retarder la radiothérapie jusqu’à ce que la tumeur se développe ou que des symptômes apparaissent.
  • chimiothérapie
    • On administre une chimiothérapie si la tumeur évolue après une radiothérapie.

Retour au menu

Traitement de soutien

On peut avoir recours au traitement de soutien pour soulager les symptômes causés par l’astrocytome. Les médicaments de soutien qui suivent peuvent être administrés :

  • anticonvulsivants
    • Ces médicaments préviennent les crises d’épilepsie.
    • On les administre aux personnes qui ont déjà fait une crise d’épilepsie.
    • L’anticonvulsivant auquel on a le plus souvent recours est le phénytoïne (Dilantin).
  • corticostéroïdes
    • Ces médicaments permettent de réduire l’œdème cérébral, soit l’accumulation de liquide dans le cerveau.
    • Le corticostéroïde le plus souvent employé est la dexaméthasone (Decadron, Dexasone).

Retour au menu

Essais cliniques

On peut offrir aux personnes atteintes d'un astrocytome la possibilité de participer à des essais cliniques. Pour obtenir plus de renseignements, consultez la section « Essais cliniques ».

Retour au menu

Histoires

Dr Shawn Li Je suis infiniment reconnaissant envers la Société canadienne du cancer pour son soutien à ma recherche par une Subvention pour l’innovation.

Plus de détails

Création d’une stratégie nationale pour les proches aidants

Illustration d’aidants

La Société canadienne du cancer fait pression auprès du gouvernement fédéral afin qu’il adopte une stratégie nationale pour les aidants, de telle sorte que cet important groupe de personnes bénéficie d’un meilleur soutien financier.

Apprenez-en plus