Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Vous êtes ici:

Statistiques sur le cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l'enfant

Les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière (ou cancers du système nerveux central) sont le 2ième type de cancer le plus couramment diagnostiqué chez les enfants au Canada.

Plusieurs années peuvent être nécessaires pour recueillir et confirmer des données sur le cancer, c’est pourquoi les nombres de nouveaux cas de cancer et de décès survenus au cours des dernières années pourraient ne pas être disponibles avant un certain temps. Voici les plus récentes données disponibles.

Incidence et mortalité

L'incidence correspond au nombre total de nouveaux cas de cancer. La mortalité correspond au nombre de décès causés par le cancer diagnostiqués chaque année.

Les plus récentes statistiques d’incidence sur les types de cancer du cerveau et de la moelle épinière chez les enfants âgés de 0 à 14 ans sont celles de 2006 à 2010.

  • 860 enfants canadiens ont reçu un diagnostic de cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant.
  • 100 enfants ont reçu un diagnostic d’épendymome.
  • 370 enfants ont reçu un diagnostic d’astrocytome.
  • 190 enfants ont reçu un diagnostic de tumeurs embryonnaire intracrânienne et intramédullaire.

Les plus récentes statistiques de mortalité sur le cancer du cerveau et de la moelle épinière chez les enfants âgés de 0 à 14 ans sont celles de 2008 à 2012.

  • 208 enfants canadiens sont morts d’un cancer du cerveau et de la moelle épinière

Pour en savoir davantage sur les statistiques sur le cancer, cliquez sur le lien suivant :

Publication Statistiques canadiennes sur le cancer.

Histoires

Rose-Marie LeBlanc Si je peux aider ne serait-ce qu’une personne au cours de ma vie, ça en vaut la peine.

Lisez l’histoire de Rose-Marie

Une meilleure qualité de vie grâce à un essai clinique

Illustration d’éprouvettes

Lors d’un essai clinique dirigé par le Groupe d’essais cliniques de l’INCC pour la Société, on a découvert que les hommes atteints d’un cancer de la prostate qui reçoivent un traitement hormonal intermittent vivent aussi longtemps que ceux dont le traitement est ininterrompu.

Apprenez-en plus