Logo Société canadienne du cancer

Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Vous êtes ici:

Facteurs de risque du cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l'enfant

Un facteur de risque est quelque chose, comme un comportement, une substance ou un état, qui accroît le risque d’apparition du cancer. La plupart des cancers sont attribuables à de nombreux facteurs de risque, mais il arrive parfois que le cancer du cerveau et de la moelle épinière infantile se développe chez des enfants qui ne présentent aucun des facteurs de risques décrits ci-dessous.

La plupart des cas de cancers du cerveau et de la moelle épinière infantiles apparaissent au cours des 10 premières années de vie. Les garçons sont plus susceptibles que les filles d’être atteints d’un médulloblastome ou d’un épendymome. Les taux d’incidence pour tous les autres types de tumeurs sont semblables chez les garçons et les filles.

Les éléments qui suivent sont des facteurs de risque du cancer du cerveau et de la moelle épinière chez l’enfant. La plupart de ces facteurs ne sont pas modifiables. Cela signifie que vous ne pouvez pas les changer. D’ici à ce qu’on en sache davantage sur ces facteurs de risque, il n’y a pas de façon spécifique de réduire le risque de votre enfant.

Les facteurs de risque sont habituellement classés du plus important au moins important. Mais dans la plupart des cas, il est impossible de les classer avec une certitude absolue.

Note : Afin que le texte soit plus lisible, on parlera maintenant de cancer du cerveau ou de tumeur cérébrale au lieu de cancer du cerveau et de la moelle épinière et de tumeur au cerveau et à la moelle épinière.

Facteurs de risque connusFacteurs de risque possibles

Facteurs de risque connus

Des preuves convaincantes permettent d’affirmer que les facteurs suivants font augmenter le risque de cancer du cerveau chez l’enfant.

Troubles héréditaires

Un trouble héréditaire, ou génétique, est transmis des parents à leurs enfants au moyen des gènes. Les enfants qui sont atteints des troubles héréditaires suivants ont un risque plus élevé de développer des tumeurs cérébrales.

La neurofibromatose affecte les nerfs, les muscles, les os et la peau. La neurofibromatose de type 1 (maladie de von Recklinghausen, ou NF1) et la neurofibromatose de type 2 (neurinome acoustique, ou NF2) font toutes les deux augmenter le risque de cancer du cerveau chez l’enfant. Cependant, ces cancers apparaissent plus souvent chez les enfants atteints de NF1. D’après certaines recherches, les tumeurs cérébrales engendrées par la NF2 ont tendance à avoir une croissance lente et à être non cancéreuses.

Le syndrome de von Hippel-Lindau (VPL) est une affection rare caractérisée par la croissance des vaisseaux sanguins en nœuds appelés angiomes. Ces nœuds se forment dans les parties du corps riches en vaisseaux sanguins, comme le cerveau, la moelle épinière et les glandes surrénales.

Le syndrome de Li-Fraumeni accroît le risque de développer un certain nombre de cancers différents, dont une tumeur cérébrale.

La sclérose tubéreuse, aussi appelée maladie de Bourneville, est caractérisée par le développement de tumeurs non cancéreuses dans le cerveau et la moelle épinière, la peau, le cœur ou les reins.

Le syndrome de Turcot est caractérisé par le développement de multiples masses, appelées polypes, dans le côlon. Il engendre aussi des tumeurs cérébrales.

La nævomatose basocellulaire est aussi appelée syndrome de Gorlin ou carcinomatose basocellulaire. Elle cause des problèmes dans plusieurs organes et entraîne un risque accru de développer différents types de tumeurs, dont les tumeurs cérébrales.

Le syndrome de Cowden est caractérisé par le développement de nombreuses masses non cancéreuses, appelées hamartomes, dans la peau, le sein, la thyroïde, le côlon, l’intestin grêle et la bouche.

Le syndrome de Rubinstein-Taybi (SRT) porte aussi le nom de syndrome des pouces et des gros orteils larges. Les personnes atteintes de ce syndrome ont des caractéristiques faciales uniques, des pouces et des gros orteils larges et croches, une déficience intellectuelle et sont de petite taille. Le SRT accroît le risque d’être atteint de différents types de tumeurs, dont les tumeurs cérébrales.

Exposition à la radiation

Les chercheurs ont révélé que la radiation à la tête et au cou faisait augmenter le risque de développer des tumeurs cérébrales chez l’enfant. On peut administrer une radiothérapie à la tête pour traiter un cancer ou la teigne (une infection fongique du cuir chevelu). Les enfants qui ont déjà reçu une radiothérapie à la tête comme traitement d'un cancer ou de cette infection risquent davantage d'être atteints d'une tumeur cérébrale à l'âge adulte. Il est toutefois important de se rappeler que la hausse du risque d’une tumeur cérébrale provoquée par la radiothérapie est faible en comparaison du risque encouru si on ne traite pas le cancer d’origine.

La tomodensitométrie (TDM) et les rayons X peuvent aussi exposer l’enfant à la radiation, bien que la dose de radiation émise par ces tests d’imagerie soit plus faible de nos jours qu’elle l’était auparavant. Des résultats de recherche portent à croire à la présence d’un lien entre la TDM et un plus grand risque de tumeurs cérébrales. Selon certaines données probantes, l’enfant qui est exposé à des rayons X alors qu’il est dans l’utérus de sa mère risque davantage de développer une tumeur neuroectodermique primitive (TNEP), mais aucun autre type de tumeur cérébrale chez l’enfant. D’autres formes de rayons X, comme les rayons X dentaires,  ne semblent pas accroître le risque de tumeurs cérébrales chez l’enfant.

Il est important de ne pas oublier que les tests d’imagerie mentionnés permettent de diagnostiquer la maladie et d’assurer que vous ou votre enfant recevrez le traitement approprié. Les médecins prescrivent ces tests quand ils croient que vous ou votre enfant en avez besoin. Ils s’assureront que l’exposition à la radiation médicale soit la plus faible possible.

Facteurs de risque possibles

Le fait d’avoir une anomalie congénitale quelconque, en particulier une qui atteint le système nerveux, est un facteur de risque possible de cancer du cerveau chez l’enfant. Cela veut dire qu’on a établi un certain lien entre ce facteur et le cancer du cerveau chez l’enfant, mais qu’on ne possède pas suffisamment de preuves pour affirmer qu’il est un facteur de risque connu.

Les résultats de recherche laissent entendre qu’un enfant qui naît avec une anomalie congénitale du système nerveux court le plus grand risque d’être atteint d’un cancer du cerveau infantile.

Facteurs de risque inconnus

On ne sait pas s’il y a un lien entre les facteurs qui suivent et le cancer du cerveau chez l’enfant. Il se peut que les chercheurs n’arrivent pas à montrer un lien certain ou que les résultats d’études diffèrent. On doit faire plus de recherches afin de savoir si les éléments suivants sont des facteurs de risque du cancer du cerveau chez l’enfant :

  • sources de radiation non-ionisante, comme les téléphones cellulaires et les champs électromagnétiques (CEM)
  • antécédents familiaux de tumeur cérébrale
  • infections pendant la grossesse
  • poids plus élevé que 4 kg (environ 9 lb) à la naissance
  • avoir des parents plus âgés à la naissance de l’enfant
  • consommation par la mère de viandes transformées (telles que hot dog, bacon) au cours de la grossesse
  • exposition à des pesticides
  • avoir des parents qui ont une exposition professionnelle à des activités agricoles, aux pesticides, à des composantes d’appareils électroniques, aux produits textiles, aux gaz d’échappement de moteurs, aux produits du pétrole et à la peinture
  • avoir des parents qui fument pendant la grossesse

Questions à poser à votre équipe de soins

Posez des questions sur les risques à l’équipe de soins de votre enfant.

Histoires

Dre Christine Friedenreich Prévenir le cancer par l’activité physique

Plus de details

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus