Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Vous êtes ici:

Classification histologique des tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Le grade est défini par l'apparence des cellules cancéreuses qu'on compare à celle des cellules normales. Pour établir le grade d’une tumeur au cerveau ou à la moelle épinière chez l’enfant, le pathologiste examine au microscope un échantillon de tissu prélevé dans la tumeur. Le pathologiste assigne un grade de I à IV à la tumeur au cerveau ou à la moelle épinière selon le système de classification histologique élaboré par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Plus ce nombre est bas, plus le grade l’est aussi.

Les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière peuvent contenir des cellules de plusieurs grades. Dans ce cas-là, le grade de la tumeur correspond au grade le plus élevé même si la plupart des cellules sont de bas grade.

On utilise le terme différenciation pour désigner à quel point les cellules cancéreuses sont différentes.

Les cellules cancéreuses de bas grade sont bien différenciées. Elles ont presque l’air de cellules normales. Elles ont tendance à se développer lentement et risquent moins de se propager. Les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière de grade I ou II sont de bas grade et sont souvent dites bénignes.

Les cellules cancéreuses de haut grade sont peu différenciées ou indifférenciées. Leur apparence est moins normale, ou plus anormale. Elles ont tendance à se développer plus rapidement et sont plus susceptibles de se propager que les cellules cancéreuses de bas grade. Les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière de grade III ou IV sont de haut grade et sont dites malignes.

Les tumeurs ne restent pas toujours pareil. Si une tumeur change, son nom et son grade peuvent aussi changer. Une tumeur de bas grade pourrait devenir de haut grade ou réapparaître (récidive) sous la forme d’une tumeur de haut grade.

Connaître le grade donne à votre équipe de soins une idée de la rapidité à laquelle le cancer peut se développer et de sa probabilité de propagation. Cela l’aide à planifier votre traitement. Le grade peut aussi aider l’équipe de soins à déterminer l’issue possible de la maladie (pronostic) et à prévoir comment le cancer pourrait réagir au traitement.

Histoires

Rosemary Pedlar Lorsqu’elle a lu, dans les pages d’un journal, que la Société canadienne du cancer recherchait des bénévoles, Rosemary a tout de suite compris que c’était là sa chance de mettre le pied à l’étrier.

Lisez l’histoire de Rosemary

Comment stopper le cancer avant qu’il n’apparaisse?

Découvrez l’impact de vos habitudes de vie sur le risque de cancer et voyez comment prendre les choses en main à l’aide de notre outil interactif – C’est ma vie!

Apprenez-en plus