Tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Vous êtes ici:

Diagnostic des tumeurs au cerveau et à la moelle épinière chez l’enfant

Le diagnostic est un processus qui permet d’identifier la cause d’un problème de santé. Le processus diagnostique des tumeurs au cerveau ou à la moelle épinière débute habituellement par une visite au médecin de votre enfant. Le médecin vous questionnera sur les symptômes éprouvés par votre enfant et il lui fera un examen physique. En se basant sur ces informations, il est possible que le médecin dirige votre enfant vers un spécialiste ou qu’il lui prescrive des examens afin de vérifier la présence d’une tumeur au cerveau ou à la moelle épinière ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des symptômes semblables à ceux des tumeurs au cerveau et à la moelle épinière. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de tumeur au cerveau ou à la moelle épinière. Si le médecin pense qu’il s’agit d’une tumeur au cerveau ou à la moelle épinière, votre enfant sera pris en charge par une équipe spécialisée dans les soins apportés aux enfants atteints de cancer.

On a habituellement recours aux tests qui suivent pour éliminer ou diagnostiquer les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière. Bien des tests permettant de poser le diagnostic de tumeur au cerveau ou à la moelle épinière sont également employés pour déterminer si la tumeur s’est propagée. Le médecin de votre enfant pourrait aussi lui faire passer d'autres examens afin de vérifier son état général de santé et d’aider à planifier son traitement.

Antécédents de santé et examen physique

Les antécédents de santé consistent en un bilan des symptômes, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux que votre enfant aurait pu éprouver dans le passé. Le médecin posera des questions sur ses antécédents personnels ou familiaux de certains troubles génétiques dont ceux-ci :

  • neurofibromatose
  • maladie de von Hippel-Lindau (VHL)
  • syndrome de Li-Fraumeni
  • sclérose tubéreuse
  • syndrome de Turcot
  • nævomatose basocellulaire
  • syndrome de Cowden
  • syndrome de Rubinstein-Taybi (SRT)

L'examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de tumeur au cerveau ou à la moelle épinière chez l'enfant. Lors de l’examen physique, le médecin fait un examen neurologique pour vérifier le fonctionnement du cerveau, de la moelle épinière et des nerfs de l’enfant. L’examen neurologique comporte habituellement une série de questions et de tests visant à évaluer l’état mental, la fonction des nerfs crâniens, la coordination, les mouvements et le fonctionnement des muscles, des sens et des réflexes. On fera un examen du champ visuel afin de vérifier sa vision centrale (ce qu’on peut voir quand on regarde droit devant) et sa vision périphérique (jusqu’où on peut voir dans toutes les directions quand on regarde droit avant). On pourrait aussi lui faire passer des tests auditifs.

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Imagerie par résonance magnétique

En imagerie par résonance magnétique (IRM), on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les images en clichés à 3 dimensions.

On considère que l’IRM est la meilleure façon d’observer les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière. L’IRM produit habituellement des images plus détaillées des tissus mous que la tomodensitométrie (TDM). L’examen d’IRM exige qu’on reste allongé immobile pendant de longues périodes. C’est pourquoi un jeune enfant pourrait recevoir une anesthésie générale ou un sédatif qui l’aiderait à rester immobile.

On peut avoir recours à d’autres types d’IRM.

L’IRM nucléaire (IRMN) comporte l’injection de gadolinium (produit de contraste) dans une veine afin d’améliorer la qualité de l’image et de rendre les vaisseaux sanguins plus faciles à voir.

L’angiographie par résonance magnétique (ARM) permet d’observer les vaisseaux sanguins dans le cerveau. Elle est utile à la planification de la chirurgie.

La spectroscopie par résonance magnétique (SRM) révèle certaines caractéristiques des tumeurs cérébrales qu’on ne voit pas clairement à l’IRM. Elle peut aider le médecin à établir le type possible de tumeur. On fait une SRM après le traitement afin de savoir si une région anormale est une tumeur ou seulement du tissu cicatriciel.

La perfusion par résonance magnétique (IRM de perfusion) révèle la quantité de sang traversant différentes parties du cerveau. Elle peut donner au médecin une idée de la rapidité à laquelle la tumeur se développe et l’aider à déterminer quel est le meilleur emplacement pour une biopsie. On fait une IRM de perfusion après le traitement afin de savoir si une région anormale est une tumeur ou seulement du tissu cicatriciel. Cet examen requiert l’injection d’un produit de contraste dans une veine ou une ligne intraveineuse.

L’IRM fonctionnelle (IRMf) est un type plus récent d’IRM qui permet de chercher des changements minimes du débit sanguin dans certaines parties du cerveau. On peut y avoir recours pour voir la partie du cerveau qui fonctionne lors d’une activité particulière, comme quand on parle, on pense, on touche quelque chose ou on bouge. Le médecin peut se servir de l’IRMf pour aider à planifier la chirurgie ou la radiothérapie. Elle révèle quelles régions doivent être évitées. Lors de l’IRMf, il faut que l’enfant réponde à des questions ou qu’il bouge certaines parties de son corps.

Apprenez-en davantage sur l’IRM.

Tomodensitométrie

Lors d'une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers afin de produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées. On n’a pas aussi souvent recours à la TDM qu’à l’IRM pour diagnostiquer ou stadifier une tumeur au cerveau ou à la moelle épinière, mais elle est utile dans certains cas. On peut employer la TDM pour avoir des détails plus précis des os situés près de la tumeur ou quand l’IRM n’est pas une option (si l’enfant est très malade, s’il est incapable de rester immobile ou s’il a peur de se sentir enfermé par exemple). On injecte parfois un produit de contraste à l’enfant avant de faire l’examen afin d’obtenir de meilleures images de la tumeur.

L’angiographie par tomodensitométrie (ATDM) montre les vaisseaux sanguins du cerveau et peut être utile à la planification de la chirurgie. Cet examen requiert l’injection d’un produit de contraste dans une veine ou une ligne intraveineuse.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Dosage des marqueurs tumoraux

Les marqueurs tumoraux sont des substances que l’on trouve dans le sang, les tissus et les liquides prélevés du corps. Un taux anormal d’un marqueur tumoral peut signifier qu’un enfant est atteint d’une tumeur au cerveau ou à la moelle épinière. On peut effectuer le dosage des marqueurs tumoraux pour évaluer la réaction de l’enfant au traitement du cancer, mais il peut aussi aider à diagnostiquer certains types de tumeurs au cerveau et à la moelle épinière. L’alpha-fœtoprotéine (AFP) et la gonadotrophine chorionique humaine (HCG) sont 2 marqueurs tumoraux dont le taux peut être élevé si l’enfant est atteint d’un certain type de tumeur, comme une tumeur germinale ou une tumeur pinéale.

Apprenez-en davantage sur le dosage des marqueurs tumoraux.

Biopsie

Lors d’une biopsie, le médecin prélève du tissu ou des cellules du corps afin de les analyser en laboratoire. Le rapport du pathologiste confirme ou non la présence de cellules cancéreuses dans l’échantillon.

Le type de biopsie auquel on a fréquemment recours pour les tumeurs au cerveau et à la moelle épinière est la biopsie chirurgicale (ouverte) ou la biopsie stéréotaxique (fermée).

On fait une biopsie chirurgicale (ouverte) quand la tumeur semble traitable par chirurgie selon les résultats des examens d’imagerie, ce qui veut dire qu’on fait une biopsie lors de la chirurgie visant à enlever la tumeur. Le type de chirurgie pratiqué pour enlever la tumeur au cerveau est une craniotomie. Lors de la craniotomie, on enlève une partie du crâne afin que le chirurgien puisse atteindre la tumeur, qu’il enlève en totalité ou presque. De petits prélèvements de tumeur sont examinés alors que l’enfant est toujours en salle d’opération, ce qui peut aider à diriger le traitement, dont faire une autre chirurgie à ce moment-là. L’os du crâne qu’on a enlevé afin de faire une ouverture est habituellement remis en place une fois que la tumeur a été retirée.

On peut faire une biopsie stéréotaxique (fermée) quand il semble qu’on ne pourra pas enlever la tumeur par chirurgie (tumeur qui se trouve dans une région vitale ou en profondeur dans le cerveau par exemple). On administre une anesthésie locale pour insensibiliser le cuir chevelu. Le crâne et le cerveau ne ressentent pas la douleur. Selon la situation, l’enfant est éveillé ou sous anesthésie générale. On fixe un cadre spécial à sa tête pour la maintenir en place afin d’aider le chirurgien à cibler la tumeur avec précision. Le chirurgien fait une petite coupure (incision) dans le cuir chevelu et perce un petit trou dans le crâne. On a habituellement aussi recours à l’IRM ou à la TDM pour aider le chirurgien à guider une aiguille creuse dans la tumeur afin de prélever du tissu (biopsie).

On peut faire une biopsie guidée par imagerie pour certains types de tumeurs. On dirige une aiguille creuse à l’aide d’un neuronavigateur à travers une petite ouverture pratiquée dans le crâne jusque dans la tumeur cérébrale.

On peut faire une biopsie transsphénoïdale pour certains types de tumeurs. On insère des instruments dans le nez et l’os sphénoïde jusqu’au cerveau.

Apprenez-en davantage sur la biopsie.

Tomographie par émission de positrons

Lors d'une tomographie par émission de positrons (TEP), on emploie une matière radioactive appelée produit radiopharmaceutique pour détecter des changements dans l’activité métabolique des tissus du corps. Un ordinateur analyse les modèles de distribution de la radioactivité et produit des images à 3 dimensions et en couleur de la région examinée.

La TEP permet de constater si les régions anormales observées à l’IRM ou à la TDM sont probablement cancéreuses. On pourrait aussi y avoir recours après le traitement afin de savoir si une région anormale est une tumeur ou du tissu cicatriciel.

Il est possible que la TEP ne soit pas offerte dans tous les centres de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur la TEP.

Ponction lombaire

La ponction lombaire sert à prélever une petite quantité de liquide céphalorachidien (LCR) dans la colonne vertébrale qu’on examinera au microscope. On peut faire une ponction lombaire pour établir le stade de la tumeur au cerveau ou pour savoir si elle s’est propagée au LCR. L’analyse du LCR peut aussi révéler une hausse du taux de gonadotrophine chorionique humaine (HCG) et d’alpha-fœtoprotéine (AFP), qui est possible en présence d’une tumeur pinéale.

Apprenez-en davantage sur la ponction lombaire.

Scintigraphie osseuse

Lors d'une scintigraphie osseuse, on emploie des matières radioactives qui se fixent sur les os (produits radiopharmaceutiques) et un ordinateur pour créer une image des os. On y a recours pour savoir si un certain type de cancer du cerveau appelé médulloblastome s’est propagé aux os. On peut faire une scintigraphie osseuse si l’enfant éprouve de la douleur osseuse ou si des analyses sanguines laissent croire à un trouble osseux.

Apprenez-en davantage sur la scintigraphie osseuse.

Ponction et biopsie de la moelle osseuse

Lors d’une ponction et d’une biopsie de la moelle osseuse, le médecin prélève du tissu ou des cellules de la moelle osseuse afin de les analyser en laboratoire. On fait une ponction et une biopsie de la moelle osseuse pour savoir si une certaine tumeur au cerveau appelée médulloblastome s’est propagée aux os ou à la moelle osseuse.

Apprenez-en davantage sur la ponction et la biopsie de la moelle osseuse.

Formule sanguine complète

La formule sanguine complète (FSC) permet d’évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. La FSC donne aux médecins des valeurs de référence auxquelles ils pourront comparer les résultats de prochaines FSC effectuées pendant le traitement.

Apprenez-en davantage sur la  formule sanguine complète (FSC).

Analyses biochimiques sanguines

Lors d'une analyse biochimique sanguine, on mesure le taux de substances chimiques dans le sang. Elle permet d'évaluer la qualité de fonctionnement de certains organes et aussi de détecter des anomalies.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Radiographie

Lors d'une radiographie, on emploie des radiations de faible dose pour produire des images de parties du corps sur film. On peut faire une radiographie pulmonaire après avoir détecté une tumeur au cerveau parce que les tumeurs au poumon se propagent souvent au cerveau. Il est possible qu’on fasse une radiographie de la colonne vertébrale si le médecin croit que le cancer peut s’être propagé (métastases) jusque dans l’espace qui entoure la moelle épinière.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Angiographie

Lors de l’angiographie, on injecte un produit de contraste dans la circulation sanguine, puis on fait des radiographies afin de cartographier la taille et la forme des vaisseaux sanguins. On y a recours pour observer les vaisseaux sanguins et le débit sanguin dans le cerveau et elle peut être utile pour planifier la chirurgie. Ces dernières années, on a souvent remplacé l’angiographie par d’autres examens, comme l’angiographie par résonance magnétique et l’angiographie par TDM.

Apprenez-en davantage sur l’angiographie.

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour votre enfant, posez des questions sur le diagnostic à son équipe de soins.

Histoires

David Rex Lorsque j’ai reçu mon diagnostic de cancer, une foule de questions me sont venues à l’esprit.

Lisez l’histoire de David

Investir pour réduire le fardeau du cancer

Icône – tirelire

L’an dernier, la SCC a financé la recherche sur le cancer à hauteur de 40 millions de dollars, grâce à nos donateurs. Découvrez comment vous pouvez aider à réduire le fardeau du cancer.

Apprenez-en plus