Cancer des os

Vous êtes ici:

Traitements de l’ostéosarcome

En présence d'un ostéosarcome, on peut avoir recours aux options de traitement suivantes. Votre équipe de soins vous proposera des traitements en fonction de vos besoins et discutera avec vous afin d’élaborer un plan de traitement.

Quand votre équipe de soins décide quels traitements vous proposer pour l’ostéosarcome, elle prend en considération les éléments suivants :

  • l’emplacement de la tumeur
  • le stade du cancer
  • votre mode de vie et vos activités
  • votre état de santé global

Chimiothérapie

On a recours à la chimiothérapie pour traiter l’ostéosarcome de haut grade.

On administre la chimiothérapie avant la chirurgie afin de réduire la taille de la tumeur et de traiter toutes les cellules cancéreuses qui peuvent avoir commencé à se propager dans le corps. On l’administre aussi après la chirurgie. Si la tumeur ne réagit pas à la chimiothérapie administrée avant la chirurgie, votre équipe de soins peut avoir recours à une association de médicaments différente après la chirurgie.

Les associations chimiothérapeutiques les plus fréquemment administrées pour traiter l’ostéosarcome sont les suivantes :

  • cisplatine et doxorubicine (Adriamycin)
  • méthotrexate à forte dose, cisplatine et doxorubicine
  • ifosfamide (Ifex), cisplatine et épirubicine (Pharmorubicin)
  • cisplatine, doxorubicine, ifosfamide et méthotrexate à forte dose

Si l’ostéosarcome ne réagit pas aux médicaments déjà administrés ou s’il réapparaît, on peut avoir recours aux médicaments suivants :

  • gemcitabine (Gemzar)
  • docétaxel (Taxotere) et gemcitabine
  • cyclophosphamide (Procytox) et étoposide (Vepesid, VP-16)
  • cyclophosphamide et topotécan (Hycamtin)
  • ifosfamide à forte dose, avec ou sans étoposide
  • ifosfamide, carboplatine (Paraplatin, Paraplatin AQ) et étoposide
  • méthotrexate à forte dose, étoposide et ifosfamide

On n’a pas très souvent recours aux associations chimiothérapeutiques à base de méthotrexate à forte dose chez les adultes âgés de 40 ans ou plus puisque les reins risquent davantage de ne pas évacuer le médicament du corps assez rapidement, ce qui peut causer de graves effets secondaires.

Chirurgie

On a recours à la chirurgie après la chimiothérapie pour traiter l’ostéosarcome. Le type de chirurgie que vous aurez dépend surtout de l’emplacement de la tumeur, de la grosseur de la tumeur et de sa réaction à la chimiothérapie.

Le but principal de la chirurgie est d’enlever toute la tumeur ainsi qu’une marge de tissu normal tout autour. La nécessité d’enlever d’autres tissus ou structures dépend d’où le cancer s’est propagé.

On peut proposer les types de chirurgie suivants pour l’ostéosarcome.

L’excision large consiste à enlever la tumeur osseuse ainsi qu’une large marge d’os et de tissus normaux autour de la tumeur. Ce type de chirurgie est également appelé résection monobloc. On peut y avoir recours pour un ostéosarcome de la mâchoire, de l’épaule, du bassin, du bras ou de la jambe.

La chirurgie de conservation d’un membre consiste à enlever la tumeur sans enlever, ou amputer, tout le bras ou toute la jambe (membre). Les chirurgiens enlèvent toute la tumeur et tous les tissus mous dans lesquels le cancer s’est propagé. Après ce type de chirurgie, on reconstruit le membre à l’aide de greffons osseux et cutanés. On peut avoir recours à la chirurgie de conservation d’un membre pour un ostéosarcome du bras, de la jambe ou du bassin.

L’amputation consiste à enlever, en partie ou en totalité, le bras ou la jambe où se trouve la tumeur. On peut y avoir recours si l’ostéosarcome a envahi les nerfs ou les vaisseaux sanguins ou si la tumeur est très grosse. Il est possible de faire une amputation si le cancer est réapparu dans la même région après une chirurgie de conservation d’un membre. La plupart des personnes qui subissent une amputation porteront un membre artificiel (prothèse) après la chirurgie.

On fait une chirurgie reconstructive en même temps que l’opération pratiquée pour enlever la tumeur. Il est possible qu’on fasse des greffes osseuses et cutanées pour remplacer les tissus enlevés lors de la chirurgie. On peut avoir recours à une endoprothèse pour remplacer une articulation enlevée lors de l’opération.

On peut faire une chirurgie des métastases pour traiter un ostéosarcome qui est réapparu (récidive) sous forme de métastases aux poumons si cela fait plus d’un an que le traitement a été administré. Si la chirurgie est une option de traitement des métastases pulmonaires, les médecins font souvent une résection cunéiforme pour enlever les tumeurs ainsi qu’un morceau de poumon en forme de triangle tout autour de la tumeur. Il existe d’autres options comme enlever un lobe du poumon ou tout le poumon. On fait souvent la chirurgie des métastases en même temps que la chirurgie pratiquée pour enlever la tumeur osseuse primitive.

Radiothérapie

On peut administrer une radiothérapie externe pour traiter l’ostéosarcome après une chirurgie qui n’a pas permis d’enlever complètement la tumeur. On peut y avoir recours au lieu de la chirurgie s’il n’est pas possible d’enlever la tumeur par chirurgie.

On a aussi recours à la radiothérapie pour traiter la douleur et maîtriser les symptômes d’un ostéosarcome qui a formé des métastases ou qui est réapparu (récidive).

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer

Vous pourriez envisager des soins qui visent à vous faire sentir mieux sans traiter le cancer même, peut-être parce que les traitements du cancer n’agissent plus, qu’il n’est plus probable qu’ils améliorent votre état ou que leurs effets secondaires sont difficiles à tolérer. D’autres raisons peuvent expliquer pourquoi vous ne pouvez pas ou ne voulez pas recevoir de traitement du cancer.

Discutez avec les membres de votre équipe de soins. Ils peuvent vous aider à choisir les soins et le traitement du cancer avancé.

Essais cliniques

Discutez avec votre médecin des essais cliniques sur le cancer des os. Les essais cliniques visent à trouver de nouvelles méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Apprenez-en davantage sur les essais cliniques.

Histoires

Donna Blundon Curieusement, cette période parmi les plus sombres de ma vie a aussi été au nombre des plus enrichissantes, et c’est à Daffodil Place que je le dois.

Lisez l’histoire de Donna

Réduire le fardeau du cancer

Icône – main avec signe de dollar flottant au-dessus d’elle

Les Canadiens peuvent aider la SCC à financer les meilleurs projets de recherche et à soutenir les personnes touchées par le cancer en étant donateurs ou bénévoles.

Apprenez-en plus