Cancer de la vessie

Vous êtes ici:

Symptômes du cancer de la vessie

Il est possible que le cancer de la vessie ne cause aucun signe ni symptôme aux tout premiers stades de la maladie. Les symptômes apparaissent une fois que la tumeur a grossi ou qu’elle s’est développée dans les couches profondes de la paroi de la vessie. D’autres affections médicales peuvent causer les mêmes symptômes que le cancer de la vessie. Consultez votre médecin si vous éprouvez les symptômes qui suivent.

Le symptôme le plus fréquent du cancer de la vessie est la présence de sang dans l’urine, qu’on appelle hématurie. La couleur de l’urine sanglante peut varier du jaune roux pâle au rouge rouille ou au rouge vif. Le sang peut être toujours présent dans l’urine ou il peut apparaître puis disparaître. Il arrive parfois qu’on ne le voie qu’au microscope ou qu’on le détecte seulement lors d’autres analyses d’urine.

D’autres symptômes du cancer de la vessie peuvent être présents :

  • besoin d'uriner souvent (mictions fréquentes);
  • besoin pressant d'uriner (mictions urgentes);
  • difficulté à uriner;
  • douleur ou sensation de brûlure lorsqu’on urine.

Les signes et symptômes tardifs se manifestent quand le cancer grossit ou se propage à d'autres parties du corps, dont d'autres organes. Les symptômes tardifs du cancer de la vessie sont entre autres ceux-ci :

  • perte de l'appétit;
  • perte de poids;
  • anémie;
  • fièvre;
  • changements du transit intestinal;
  • douleur au rectum, à l’anus, au bassin, au flanc (côté du corps) au-dessus de l'os pubien ou aux os;
  • masse au bassin;
  • enflure des jambes, du scrotum (sac de peau sous le pénis qui contient les testicules) ou de la vulve (organes sexuels externes de la femme).

Histoires

Nikki Ross Agir comme bénévole durant le Mois de la jonquille est une façon amusante d’afficher son soutien envers les personnes atteintes de cancer et les survivants.

Lisez l’histoire de Nikki

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus