Cancer de la vessie

Vous êtes ici:

Pronostic et survie pour le cancer de la vessie

Si vous êtes atteint d’un cancer de la vessie, vous vous posez peut-être des questions sur votre pronostic. Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue le mieux comment le cancer affectera une personne et comment il réagira au traitement. Le pronostic et la survie dépendent de nombreux facteurs. Seul un médecin qui connaît bien vos antécédents médicaux, le type de cancer dont vous êtes atteint, le stade et d’autres caractéristiques de la maladie, les traitements choisis et la réaction au traitement peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic.

Un facteur pronostique est un aspect du cancer ou une caractéristique de la personne, comme son âge et si elle fume, que le médecin prend en considération lorsqu’il fait un pronostic. Un facteur prédictif influence la façon dont le cancer répond à un certain traitement. On aborde souvent les facteurs pronostiques et les facteurs prédictifs ensemble. Ils jouent tous les deux un rôle dans le choix du plan de traitement et dans l’établissement du pronostic.

Les éléments suivants sont les facteurs pronostiques ou prédictifs du cancer de la vessie.

Profondeur et stade de la tumeur

La profondeur à laquelle la tumeur a envahi la paroi de la vessie est un facteur pronostique important. Plus la tumeur a envahi la paroi de la vessie en profondeur, moins le pronostic est favorable.

Un cancer de la vessie de stade avancé qui s’est propagé au-delà de cet organe jusqu’aux ganglions lymphatiques ou à d’autres parties du corps engendre un pronostic plus sombre qu’un cancer de stade précoce.

Grade

Un cancer de la vessie de bas grade n’envahit habituellement pas la couche musculaire de la paroi de la vessie et ne se propage généralement pas à d’autres parties du corps. C’est pourquoi un cancer de la vessie de bas grade a tendance à engendrer un bon pronostic. Un cancer de la vessie de haut grade risque davantage de se propager et d’engendrer un pronostic plus sombre.

Les tumeurs qui se trouvent seulement à la surface du revêtement interne de la vessie (tumeurs superficielles) sont habituellement bien différenciées. Cela signifie que les cellules cancéreuses ressemblent beaucoup aux cellules normales de la vessie. Ces tumeurs engendrent un bon pronostic.

Carcinome in situ (CIS)

La présence d’un carcinome in situ (CIS) dans la vessie est liée à un pronostic moins favorable. Il est plus susceptible de réapparaître (récidive) après le traitement. La probabilité qu’il évolue en cancer invasif de la vessie est également plus grande.

Type de tumeur

Le pronostic diffère pour chaque type de cancer de la vessie. Le carcinome urothélial papillaire a le meilleur pronostic. Le carcinome épidermoïde, l’adénocarcinome et le carcinome à petites cellules ont tendance à avoir un pronostic sombre. Ils sont habituellement invasifs et diagnostiqués à un stade plus avancé.

Nombre de tumeurs

Les personnes ayant de multiples tumeurs dans la vessie ou les voies urinaires risquent davantage une réapparition (récidive) du cancer que les personnes qui n’ont qu’une seule tumeur. Plus il y a de tumeurs ou de régions atteintes par le cancer, moins le pronostic est favorable.

Taille de la tumeur

Une tumeur de petite taille engendre un meilleur pronostic qu’une tumeur de grande taille.

Récidive

Un cancer de la vessie qui réapparaît après le traitement (récidive) engendre un pronostic plus sombre qu’un cancer de la vessie qui apparaît pour une première fois (tumeur primitive). Plus il y a de récidives, plus le pronostic est sombre.

Un cancer de la vessie non invasif qui réapparaît peu (quelques mois) après la fin du traitement a tendance à engendrer un pronostic moins favorable qu’un cancer qui réapparaît bien après le traitement (des années plus tard).

Vaisseaux lymphatiques ou sanguins atteints par le cancer

Si le cancer de la vessie s’est étendu jusqu’aux petits vaisseaux lymphatiques ou sanguins (envahissement lymphovasculaire ou ELV) ou aux ganglions lymphatiques entourant la vessie, le pronostic est plus sombre. Ces cancers risquent beaucoup plus de se propager à d’autres parties du corps.

stade

Description de l’étendue du cancer dans le corps, dont la taille de la tumeur, la présence de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques et la propagation de la maladie de l’emplacement initial vers d’autres parties du corps.

Les stades se basent sur des critères spécifiques de chaque type de cancer.

La méthode qui consiste à déterminer l’étendue du cancer dans le corps en se fondant sur des examens et des tests est appelée stadification.

vaisseau lymphatique

Tube dans lequel la lymphe circule dans le corps.

  • Besoin de plus d’information?

    Appelez-nous sans frais au 1 888 939-3333

    « Ou écrivez-nous. Nous vous répondrons par courriel ou par téléphone si vous nous laissez vos coordonnées. Si nous ne pouvons pas vous joindre par téléphone, nous vous laisserons un message vocal. »

    Si vous êtes à l'extérieur du Canada

    Nous pouvons fournir des renseignements sur les soins et les services de soutien pour le cancer au Canada uniquement. Si vous recherchez un organisme de lutte contre le cancer dans votre pays, visitez les sites de l’Union For International Cancer Control ou de l’International Cancer Information Service Group.

Histoires

Dr Paul Demers Le coût des cancers associés à l’amiante

Faire avancer la lutte contre le cancer

Icône – flèche

Le taux de survie au cancer après cinq ans a augmenté, passant de 25 pour cent dans les années 1940 à 60 pour cent aujourd’hui.

Apprenez-en plus