Logo Société canadienne du cancer

Cancer de l’anus

Vous êtes ici:

Diagnostic du cancer de l’anus

Le processus diagnostique du cancer de l’anus débute habituellement par une visite à votre médecin de famille. Il vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur ces informations, votre médecin pourrait vous diriger vers un spécialiste ou vous prescrire des examens afin de vérifier la présence d’un cancer de l’anus ou d’autres problèmes de santé.

Le processus diagnostique peut sembler long et décourageant. C’est normal de s’inquiéter, mais essayez de ne pas oublier que d’autres affections médicales peuvent causer des symptômes semblables à ceux du cancer de l’anus. Il est important que l’équipe de soins élimine toute autre cause possible du problème de santé avant de poser un diagnostic de cancer de l’anus.

On a couramment recours aux épreuves qui suivent pour éliminer ou confirmer un diagnostic de cancer de l’anus. De nombreux examens permettant de poser un diagnostic de cancer sont également employés pour en déterminer le stade, c’est-à-dire l’étendue de la progression de la maladie. Votre médecin pourrait aussi prescrire d’autres examens pour évaluer votre état de santé général et aider à planifier votre traitement.

Antécédents médicaux et examen physique

Les antécédents médicaux consistent en un bilan des symptômes, des facteurs de risque et de tous les événements et troubles médicaux qu’une personne a éprouvés dans le passé. Au moment de vérifier vos antécédents médicaux, votre médecin vous posera des questions sur vos antécédents personnels de :

  • symptômes pouvant indiquer la présence d’un cancer de l’anus
  • infection au virus du papillome humain (VPH)
  • certains comportements sexuels, y compris le nombre de partenaires sexuels et les relations sexuelles anales
  • facteurs de risque ou infection au virus de l’immunodéficience humaine (VIH)

Votre médecin peut aussi vous poser des questions sur vos antécédents familiaux de :

  • cancer de l’anus
  • facteurs de risque du cancer de l’anus
  • autres cancers

L’examen physique permet au médecin de rechercher tout signe de cancer de l’anus. Lors de l’examen physique, il est possible que le médecin :

  • examine la région anale pour déceler toute masse ou région où la peau est anormale
  • fasse un toucher rectal (TR) pour déceler toute masse ou enflure
  • palpe l’aine pour déceler des ganglions lymphatiques enflés
  • effectue un examen pelvien et un test Pap pour vérifier l’état du vagin et du col de l’utérus

Apprenez-en davantage sur l’examen physique.

Retour au menu

Formule sanguine complète (FSC)

La formule sanguine complète (FSC) permet d’évaluer la quantité et la qualité des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On l’effectue pour vérifier la présence d’une anémie due à un saignement de l’anus ou du rectum qui dure depuis longtemps (chronique).

Apprenez-en davantage sur la formule sanguine complète (FSC).

Retour au menu

Analyses biochimiques sanguines

Lors des analyses biochimiques sanguines, on mesure le taux de certaines substances chimiques dans le sang. Elles permettent d’évaluer le fonctionnement de certains organes et de détecter des anomalies. Les analyses biochimiques sanguines suivantes comptent parmi celles effectuées pour établir le stade du cancer de l’anus et évaluer votre état de santé global.

Les tests de la fonction hépatique permettent d’évaluer le fonctionnement du foie. Des taux élevés de certaines substances pourraient signifier que le cancer de l’anus s’est propagé au foie.

Les tests de la fonction rénale permettent d’évaluer le fonctionnement des reins.

Apprenez-en davantage sur les analyses biochimiques sanguines.

Retour au menu

Endoscopie

L’endoscopie permet au médecin d’observer l’intérieur des cavités du corps à l’aide d’un tube flexible au bout duquel sont fixées une lumière et une lentille. Cet instrument est appelé endoscope. Les médecins effectuent habituellement une endoscopie s’ils détectent une anomalie lors d’un toucher rectal. Ils y ont aussi recours pour déterminer la cause de certains symptômes comme un saignement de l’anus ou du rectum. Une biopsie peut être pratiquée au cours d’une endoscopie.

Différents types d’endoscopie peuvent être effectués pour diagnostiquer le cancer de l’anus et en établir le stade. Leurs noms varient selon les structures ou les organes qu’ils permettent d’examiner.

Une anuscopie permet au médecin d’observer l’intérieur du canal anal et de la dernière partie du rectum à l’aide d’un anuscope.

La rectoscopie permet d’observer l’entièreté du rectum.

La sigmoïdoscopie permet d’observer le rectum et le côlon sigmoïde (la dernière partie du côlon).

Les médecins peuvent avoir recours à la rectoscopie ou à la sigmoïdoscopie au lieu de l’anuscopie pour déterminer si le cancer de l’anus a envahi le rectum.

Apprenez-en davantage sur l’endoscopie.

Retour au menu

Biopsie

Lors d’une biopsie, le médecin prélève des tissus ou des cellules du corps afin de les analyser en laboratoire. Le rapport issu du laboratoire confirme la présence ou l’absence de cellules cancéreuses dans l’échantillon.

La biopsie est habituellement pratiquée au cours d’une endoscopie (on parle alors de biopsie endoscopique). Le médecin enlève une petite quantité de tissu ou des polypes dans l’anus, le rectum ou les deux.

On peut effectuer une biopsie à l’aiguille fine pour vérifier la présence de cancer dans des ganglions lymphatiques enflés de l’aine. Le médecin utilise une aiguille très fine et une seringue pour prélever une petite quantité de liquide ou de cellules dans un ganglion lymphatique.

Apprenez-en davantage sur la biopsie et la biopsie à l’aiguille fine.

Retour au menu

Échographie transrectale (ETR)

Lors d’une échographie, on a recours à des ondes sonores de haute fréquence pour produire des images des structures du corps. Lors d’une échographie transrectale (ETR), on insère un transducteur (sonde) ultrasonore dans l’anus jusqu’au rectum. Parfois, la sonde est placée dans le canal anal seulement. On parle alors d’une échographie endoanale.

L’ETR est utilisée pour déterminer le stade du cancer de l’anus. Elle permet aux médecins de voir la taille de la tumeur et de savoir si le cancer s’est propagé au sphincter anal, au vagin (chez les femmes) ou à la prostate (chez les hommes).

Apprenez-en davantage sur l’échographie transrectale (ETR).

Retour au menu

Tomodensitométrie (TDM)

Lors d’une tomodensitométrie (TDM), on emploie des appareils radiographiques particuliers pour produire des images à 3 dimensions et en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images détaillées.

On a recours à la TDM pour vérifier si le cancer de l’anus s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou aux organes de la poitrine, de l’abdomen ou du bassin.

Apprenez-en davantage sur la TDM.

Retour au menu

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Lors d’une imagerie par résonance magnétique (IRM), on a recours à de puissantes forces magnétiques et à des ondes radio-électriques pour produire des images en coupes des organes, tissus, os et vaisseaux sanguins du corps. Un ordinateur assemble les clichés en images à 3 dimensions.

On peut employer l’IRM pour vérifier si le cancer de l’anus s’est propagé aux ganglions lymphatiques et aux organes de l’abdomen et du bassin, en particulier les ganglions lymphatiques de l’aine.

Apprenez-en davantage sur l’IRM.

Retour au menu

Radiographie pulmonaire

Lors d’une radiographie, on emploie de faibles doses de radiation pour produire des images des structures du corps sur film. On a recours à la radiographie pulmonaire pour vérifier si le cancer de l’anus s’est propagé aux poumons.

Apprenez-en davantage sur la radiographie.

Retour au menu

Tomographie par émission de positons associée à la tomodensitométrie (TEP/TDM)

Lors d’une tomographie par émission de positrons (TEP), on emploie des matières radioactives (appelées produits radiopharmaceutiques) pour détecter des changements dans l’activité métabolique des tissus du corps. Un ordinateur analyse les modèles de distribution de la radioactivité et produit des images à 3 dimensions et en couleurs de la région examinée.

La TEP/TDM associe une TEP à une TDM. Les deux épreuves sont faites en même temps, avec la même machine. On peut avoir recours à la TEP/TDM pour aider à établir le stade du cancer de l’anus et vérifier s’il s’est propagé aux ganglions lymphatiques ou aux organes de la poitrine, de l’abdomen ou du bassin. La TEP/TDM peut aussi aider les médecins à planifier une intervention chirurgicale.

Apprenez-en davantage sur la TEP.

Retour au menu

Dépistage du virus de l’immunodéficience humaine (VIH)

Être atteint d’une infection au VIH représente un facteur de risque du cancer de l’anus. Si les médecins croient ou confirment qu’une personne est atteinte de cancer de l’anus, ils peuvent prescrire une analyse sanguine pour savoir si elle est infectée au VIH.

Le VIH infecte les cellules CD4, un type de cellules T. Les cellules T sont un type de globules blancs (lymphocytes). Les médecins demandent généralement une numération des cellules CD4 chez les personnes atteintes de cancer de l’anus qui sont aussi infectées au VIH. Cette numération des cellules CD4 les aide à planifier le traitement.

Retour au menu

Questions à poser à votre équipe de soins

Apprenez-en davantage sur le diagnostic. Afin de prendre les bonnes décisions pour vous, posez des questions sur le diagnostic à votre équipe de soins.

Histoires

Mary Antonenko Nous avons tous besoin du soutien de nos proches, mais même le meilleur entourage du monde ne peut remplacer le contact avec d’autres survivants.

Lisez l'histoire de Mary

Une célébration pour les survivants du cancer au Relais pour la vie

Illustration du Relais pour la vie

La Société canadienne du cancer fournit une occasion en or de célébrer le courage des survivants du cancer dans la bataille contre la maladie. Lors des centaines d’événements du Relais pour la vie qui ont lieu d’un bout à l’autre du pays, des milliers de gens se réunissent pour effectuer le Tour des survivants.

Apprenez-en plus