Vous êtes ici:

Types de tumeurs

La tumeur est un groupe de cellules anormales qui forment une masse. Elle peut prendre naissance dans n’importe laquelle des milliers de milliards de cellules de notre corps. Les tumeurs se développent et se comportent différemment, selon qu’elles soient cancéreuses (malignes), non cancéreuses (bénignes) ou précancéreuses.

Tumeur cancéreuse

Le cancer peut prendre naissance dans n’importe quelle partie du corps. Quand les cellules cancéreuses forment une masse, on dit que la tumeur est cancéreuse. La tumeur est cancéreuse quand :

  • elle envahit les tissus voisins;
  • certaines cellules peuvent s’en détacher et circuler dans le sang ou le système lymphatique pour se propager aux ganglions lymphatiques et à des parties du corps éloignées.

Un cancer qui se propage à partir du premier lieu où il a pris naissance (tumeur primitive) jusqu’à une nouvelle partie du corps est appelé cancer métastatique. Quand les cellules cancéreuses se propagent et forment une nouvelle tumeur, on parle de métastases.

Tumeur non cancéreuse

La tumeur qui n’est pas cancéreuse est dite non cancéreuse. La tumeur non cancéreuse :

  • reste à un seul endroit et ne se propage pas à d’autres parties du corps;
  • ne réapparaît habituellement pas après avoir été enlevée;
  • a tendance à avoir une forme régulière et lisse et est recouverte d’une capsule.

État précancéreux

Les cellules précancéreuses sont anormales et elles peuvent se transformer en cancer si on ne les traite pas. Certaines de ces cellules présentent de légers changements susceptibles de disparaître sans traitement. Mais il y a des cellules précancéreuses qui transmettent des changements génétiques et qui deviennent ainsi graduellement de plus en plus anormales en se divisant jusqu’à ce qu’elles se transforment en cellules cancéreuses. Cela peut prendre beaucoup de temps avant qu’un état précancéreux devienne un cancer.

Les changements précancéreux peuvent varier de légers à graves. Il existe différentes façons de décrire les changements précancéreux selon qu’ils sont légers ou graves.

Hyperplasie signifie que les cellules anormales se divisent et augmentent en nombre plus rapidement qu’à la normale. Les cellules semblent normales au microscope, mais il y a plus de cellules qu’à l’habitude. Certains types d’hyperplasie sont précancéreux, mais la plupart ne le sont pas.

Atypie signifie que les cellules sont légèrement anormales, ou atypiques. Il arrive que l’atypie soit causée par la guérison et l’inflammation, mais certains types d’atypie sont précancéreux.

Métaplasie signifie qu’un changement a été subi par les types de cellules qu’on trouve normalement dans cette région du corps. Les cellules semblent normales, mais elles ne sont pas le type de cellules qu’on observe habituellement dans ce tissu ou cette région. La plupart des types de métaplasie ne sont pas précancéreux, mais certains le sont.

Dysplasie signifie que les cellules sont anormales, qu’il y a plus de cellules qu’à l’habitude, que les cellules se développent plus vite que normalement et qu’elles ne sont pas disposées comme des cellules normales. La dysplasie est un état précancéreux.

Le carcinome in situ est le type le plus grave de changement précancéreux. Les cellules sont très anormales, mais elles n’ont pas envahi le tissu voisin. D’habitude, on traite le carcinome in situ puisqu’il risque fortement de se transformer en cancer.

La personne atteinte d’un état précancéreux est habituellement examinée régulièrement afin qu’on puisse la traiter rapidement si les changements cellulaires s’aggravent ou se transforment en cancer.

Histoires

Lusomé Founder and CEO Lara Smith En voyant ma sœur Erin – une jeune mère de famille – lutter contre le tourbillon émotionnel puis affronter la douleur physique liée aux traitements contre le cancer, j’ai eu envie de faire quelque chose pour aider les femmes à se sentir en confiance.

Lisez l’histoire de Lara

Ensemble, nous pouvons réduire le fardeau du cancer

Icône – bécher

L’an dernier, avec les fonds dont nous disposions, nous avons réussi à financer seulement 40 pour cent des projets de recherche considérés comme de grandes priorités. Imaginez l’impact que nous pourrions avoir si nous étions capables d’en financer 100 pour cent.

Apprenez-en plus