Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Vue d’ensemble des statistiques sur le cancer

Les statistiques sur le cancer nous renseignent sur le nombre de Canadiens qui, chaque année, reçoivent un diagnostic de cancer et en meurent. Elles nous révèlent les tendances pour les nouveaux cas de cancer et les décès qui y sont liés. Les statistiques sur le cancer nous indiquent également quels sont la probabilité de survivre à un diagnostic de cancer et le pourcentage de personnes encore en vie des années après avoir reçu un diagnostic de cancer.

Les provinces et territoires canadiens recueillent des données sur les cas de cancer et les décès par cancer. On associe ces données pour obtenir un portrait de l’impact du cancer sur tous les Canadiens.

Les statistiques sont une constituante importante de la planification des soins de santé et de la mesure du succès de la lutte contre le cancer.

Incidence et mortalité

L’incidence correspond au nombre total de nouveaux cas de cancer. La mortalité correspond au nombre de décès causés par le cancer. Pour obtenir les statistiques sur le cancer les plus actuelles, les chercheurs ont recours aux données les plus à jour qui soient disponibles et  à des méthodes statistiques pour estimer le nombre de nouveaux cas de cancer et de décès pour l’année en cours.

On estime que 202 400 nouveaux cas de cancer et 78 800 décès causés par cette maladie surviendront au Canada en 2016. (Le nombre de nouveaux cas estimés ne comprend pas les cas de cancer de la peau autre que le mélanome.)

Le cancer est la principale cause de décès au Canada et il est responsable de 30 % de tous les décès.

Proportion des décès attribuables au cancer et à d'autres causes au Canada en 2012

On estime qu’en 2016 :

  • 102 900 hommes au Canada recevront un diagnostic de cancer et 41 700 en mourront;
  • 99 500 femmes au Canada recevront un diagnostic de cancer et 37 100 en mourront;
  • en moyenne, chaque jour, 555 Canadiens recevront un diagnostic de cancer;
  • en moyenne, chaque jour, 216 Canadiens mourront d’un cancer.

Les cancers du poumon, du sein, de la prostate ainsi que le cancer colorectal sont les types de cancer les plus couramment diagnostiqués au Canada (à l’exclusion du cancer de la peau autre que le mélanome). Selon les estimations de 2016 :

  • ces cancers représentent la moitié (50 %) de tous les nouveaux cas de cancer;
  • le cancer de la prostate représente environ le cinquième (21 %) de tous les nouveaux cas de cancer chez l’homme;
  • le cancer du poumon représente 14 % de tous les nouveaux cas de cancer;
  • le cancer du sein représente environ le quart (26 %) de tous les nouveaux cas de cancer chez la femme;
  • le cancer colorectal représente 13 % de tous les nouveaux cas de cancer.

Tendances des taux de cancer

Le cancer est une maladie qui affecte surtout les Canadiens âgés de 50 ans et plus, mais il peut apparaître à tout âge.

Dans tout le Canada, les taux d’incidence du cancer varient en raison des différences entre les facteurs de risque (dont les comportements à risque) et les pratiques de détection précoce. De même, les taux de mortalité par cancer varient à cause des différences d’incidence mais aussi en raison des variations possibles dans la disponibilité et les résultats des activités de lutte contre le cancer (dépistage, diagnostic, traitement et suivi par exemple) d’un bout à l’autre du pays.

Risque (probabilité) d’être atteint ou de mourir d’un cancer

Selon les estimations de 2010 :

  • on prévoit que 2 Canadiens sur 5 (45 % d’hommes et 42 % de femmes) seront atteints de cancer au cours de leur vie;
  • on prévoit que 1 Canadien sur 4 (29 % d’hommes et 24 % de femmes) mourra du cancer.

Prévalence

La prévalence, c’est le nombre total de personnes ayant reçu un diagnostic de cancer qui sont encore en vie à un moment donné. Cette statistique peut être utile pour planifier les services de soins de santé offerts aux personnes ayant récemment reçu un diagnostic de cancer et aux survivants au cancer.

En 2009, environ 810 045 Canadiens ayant reçu un diagnostic de cancer au cours des 10 années précédentes étaient encore en vie. Cela représentait environ 2,4 % de la population canadienne ou 1 Canadien sur 42.

Le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués au Canada est à la hausse, mais les taux de survie augmentent eux aussi. Cette amélioration des taux de survie s’explique entre autres par le nombre grandissant de survivants au cancer au Canada.

Survie

La survie est une estimation du pourcentage de personnes qui sont encore en vie à un moment donné après avoir reçu leur diagnostic de cancer. On peut calculer et consigner les statistiques de survie au cancer de bien des façons différentes. La plupart des statistiques de survie font référence à une période de temps spécifique, soit 5 ans.

  • Selon les estimations de 2006 à 2008, on s’attend à ce que plus de 60 % des Canadiens atteints de cancer vivent 5 ans ou plus après avoir reçu leur diagnostic.
  • Les taux de survie varient de faible à élevé en fonction du type de cancer. Selon les estimations de 2006 à 2008 par exemple :
    • le taux de survie nette après 5 ans pour le cancer du poumon est faible (17 %);
    • le taux de survie nette après 5 ans pour le cancer colorectal est à peu près moyen (64 %);
    • le taux de survie nette après 5 ans pour le cancer de la prostate est élevé (95 %) tout comme celui du cancer du sein (87 %).
  • Entre 1992 et 1994 et entre 2006 et 2008, les taux de survie ont augmenté, passant de 53 % à 60 % pour tous les cancers combinés.

Pour en savoir davantage sur les statistiques sur le cancer, cliquez sur le lien suivant : Publication Statistiques canadiennes sur le cancer.

Histoires

Rose-Marie LeBlanc Si je peux aider ne serait-ce qu’une personne au cours de ma vie, ça en vaut la peine.

Lisez l’histoire de Rose-Marie

Défense des intérêts des personnes atteintes de cancer

Illustration d’un mégaphone

Nos employés et bénévoles rencontrent les élus des divers paliers de gouvernement (municipal, provincial et fédéral) pour les convaincre de faire de la lutte contre le cancer une de leurs priorités.

Apprenez-en plus