Vous êtes ici:

Recherche sur le traitement hyperthermique

Le traitement hyperthermique est aussi appelé traitement thermique ou thermothérapie. Il a recours à la chaleur pour détruire les cellules cancéreuses et réduire la taille des tumeurs. On contrôle soigneusement la température pour limiter les dommages aux cellules et aux tissus normaux. La chaleur peut affecter et détruire les cellules cancéreuses en endommageant les protéines et les structures qu’elles contiennent. La chaleur endommage aussi les vaisseaux sanguins de la tumeur et réduit l'apport sanguin à la tumeur. Les chercheurs ont récemment découvert que l’hyperthermie peut déclencher une réaction immunitaire qui aide aussi à combattre le cancer.

Types de traitements hyperthermiques

Les chercheurs étudient de nombreux types de traitements hyperthermiques. Leur efficacité est liée à la température qu’on peut atteindre, à la durée du traitement et aux caractéristiques des cellules et des tissus traités. Les chercheurs étudient l’hyperthermie en essais cliniques pour essayer de savoir comment on peut l’employer comme traitement du cancer.

On peut administrer le traitement hyperthermique deux fois par semaine, une fois par semaine ou une fois par mois en fonction des autres traitements suivis. La plupart des traitements hyperthermiques durent de 60 à 90 minutes.  L’hyperthermie peut s’appliquer à une petite surface, c’est-à-dire localement, à une grande surface de tissu ou du corps, soit par région, ou au corps tout entier.

Hyperthermie locale

L’hyperthermie locale est aussi appelée ablation thermique. On applique une très grande chaleur sur une petite surface du corps, habituellement sur la tumeur même.

On peut administrer l’hyperthermie locale par voie externe ou interne. L’hyperthermie locale externe permet de traiter les tumeurs qui sont dans la peau ou juste en dessous. On met des applicateurs externes près de la tumeur et de l’énergie circule dans ces applicateurs pour chauffer la tumeur. L’hyperthermie locale interne a recours à des sondes ou à des aiguilles spéciales qu’on insère dans une cavité du corps (endoluminale) ou dans la tumeur (interstitielle) logée en profondeur.

On peut avoir recours à l’hyperthermie locale au lieu de la chirurgie pour traiter le cancer. L’hyperthermie locale est la plus efficace quand la surface traitée peut être maintenue dans une plage de température précise pendant un certain temps.

Voici différents types de traitements hyperthermiques locaux.

Ablation par radiofréquence

L'ablation par radiofréquence (ARF) a recours à un courant électrique de haute fréquence pour dégager de la chaleur qui détruira les cellules cancéreuses. Une sonde mince semblable à une aiguille émet le courant électrique directement dans la tumeur. Le médecin se sert de l’échographie, de l’IRM ou de la TDM pour diriger la sonde vers la tumeur. L’extrémité de la sonde libère une chaleur dont la température varie entre 50 °C et 100 °C. La séance de traitement dure de 10 à 30 minutes. Il est possible qu’on gèle la région avec un anesthésique local ou bien on pourrait vous administrer une anesthésie générale afin que vous soyez inconscient durant la séance.

On peut avoir recours à l’ARF pour traiter les tumeurs qu’il est impossible d’enlever par chirurgie. Les personnes qui ne sont pas de bonnes candidates à la chirurgie peuvent aussi être traitées par ARF. Plusieurs séances peuvent être nécessaires. Une fois que le traitement est fini, le médecin se sert de la TDM pour voir si la tumeur a diminué de taille ou si plus de séances sont nécessaires. L’ARF peut être associée à d’autres traitements du cancer.

L’ARF est la plus efficace contre les tumeurs de 4 cm ou moins. On y a le plus souvent recours pour les tumeurs au foie, au rein et au poumon. Les chercheurs étudient l’ARF comme traitement de plusieurs autres types de cancers.

Ablation par micro-ondes

L'ablation par micro-ondes est une forme de traitement hyperthermique local interne semblable à l'ARF. Le médecin insère une ou plusieurs sondes qui émettent des micro-ondes dans la tumeur. La plupart des recherches portent sur l'ablation par micro-ondes comme traitement des cancers du foie, du poumon et du rein.

Ultrasons focalisés de haute intensité

Les ultrasons focalisés de haute intensité (UFHI) sont une forme de traitement hyperthermique local externe. L'UFHI a recours à des ultrasons focalisés pour créer une chaleur intense qui détruit le tissu. L'IRM est souvent employée pour guider le faisceau d'ultrasons. À ce jour, les chercheurs ont surtout étudié cette intervention comme traitement principal d’hommes atteints d'un cancer de la prostate localisé. Ils évaluent aussi son efficacité pour d'autres types de cancer.

Hyperthermie régionale

L’hyperthermie régionale a recours à une faible chaleur pour traiter le cancer. On peut l’administrer pour chauffer de grandes surfaces de tissu comme un organe, une cavité corporelle ou un membre. Il est possible de l’associer à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

Voici différents types de traitements hyperthermiques régionaux.

Perfusion régionale

On prélève une certaine quantité de sang qu'on chauffe entre 40 °C et 45 °C. Le sang réchauffé est ensuite retourné par perfusion dans la région atteinte par le cancer. Il est possible qu’on administre une chimiothérapie également par perfusion au même moment. La perfusion régionale peut servir à traiter certains cancers au bras ou à la jambe comme un mélanome ou un sarcome des tissus mous. On peut aussi y avoir recours pour traiter un cancer du foie ou du poumon.

Chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale

La chimiothérapie hyperthermique intrapéritonéale (CHIP) est aussi appelée perfusion péritonéale continue hyperthermique (PPCH). On peut l’associer à la chirurgie pour traiter un cancer de la cavité abdominale (péritonéale) comme le mésothéliome péritonéal, le cancer de l’estomac, le cancer colorectal et le cancer du foie. Des agents chimiothérapeutiques réchauffés sont perfusés, au moyen d'un dispositif chauffant, dans la cavité péritonéale (abdominale).

Hyperthermie des tissus profonds

L’énergie des micro-ondes ou des fréquences radio est libérée d’un dispositif placé à la surface d’un organe ou d’une cavité du corps. Cette énergie émet de la chaleur, qu’on peut utiliser pour traiter la région atteinte par le cancer. L’hyperthermie des tissus profonds peut permettre de traiter un cancer du col de l’utérus ou de la vessie.

Hyperthermie corporelle totale

L'hyperthermie corporelle totale a recours à une faible chaleur pour faire augmenter la température du corps. On peut faire monter la température du corps de plusieurs façons, soit en immergeant la personne dans l’eau chaude ou en utilisant des couvertures remplies d'eau chaude ou bien des dispositifs spiralés spéciaux ou des cuves thermiques particulières qui ressemblent à de gros incubateurs. Les chercheurs étudient l’hyperthermie corporelle totale chez des personnes dont le cancer s'est propagé (cancer métastatique).

Hyperthermie et traitements du cancer

On associe habituellement l'hyperthermie à d'autres types de traitements du cancer comme la chimiothérapie et la radiothérapie. Elle pourrait rendre certaines cellules cancéreuses plus sensibles à la radiation ou détruire des cellules cancéreuses que la radiothérapie n'aurait pas détruites. L'hyperthermie peut aussi aider à accroître l'efficacité d’autres traitements du cancer, comme la chimiothérapie et l’immunothérapie.

Défis engendrés par les traitements hyperthermiques

Le défi principal engendré par l’hyperthermie est de s’assurer qu’elle est aussi efficace que la chirurgie ou la radiothérapie pour traiter le cancer. Jusqu’à ce jour, les résultats sont prometteurs et l’hyperthermie pourrait être aussi efficace que la chirurgie ou la radiothérapie pour traiter certaines tumeurs, mais on doit faire plus de recherches et d’études à long terme.

L’hyperthermie engendre aussi d’autres défis qu’on doit relever avant d’en faire un traitement standard du cancer. Ce sont entre autres de maintenir le corps à l’intérieur de la plage exacte de températures et d’être en mesure de surveiller avec précision la température à l’intérieur de la tumeur. Les chercheurs essaient de trouver de meilleures façons de surveiller la température au cours du traitement. Lors de certaines études, on se sert d’un thermomètre fixé à l’extrémité d’une sonde pour mesurer la température pendant le traitement. L’IRM peut aussi être utile pour surveiller la température.

Les chercheurs essaient aussi de savoir comment utiliser l’hyperthermie pour traiter les tumeurs affectant des organes situés en profondeur dans le corps.

immunothérapie

Traitement qui fait appel au système immunitaire et qui le renforce pour combattre la maladie dont le cancer.

L’immunothérapie est un type de thérapie biologique.

Histoires

Dr Daniel De Carvalho Déjouer les cellules souches cancéreuses pour stopper leur croissance

Plus de details

Quel est le risque à vie d’avoir le cancer?

Icône - 1 sur 2

Selon le plus récent rapport Statistiques canadiennes sur le cancer, environ la moitié des Canadiens pourraient recevoir un diagnostic de cancer au cours de leur vie.

Apprenez-en plus