Logo Société canadienne du cancer
Vous êtes ici:

Recherche sur le cancer

La période actuelle est passionnante en recherche sur le cancer. Les progrès technologiques nous ont rapprochés d’une compréhension totale des causes du cancer, de la façon dont il se développe, des façons de le prévenir, des meilleures façons de le traiter et des façons d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de cette maladie.

La recherche sur le cancer au Canada et dans le monde entier continue de nous rapprocher du jour où on guérira la plupart des cancers et où d’autres seront traités en tant que maladie chronique comme le diabète et l’asthme. De nos jours, plus de 60 % des Canadiens atteints de cancer survivront au moins 5 ans après avoir reçu leur diagnostic. C’est une grande amélioration par rapport aux années 40 alors que le taux de survie après 5 ans était d’environ 25 %. Au fur et à mesure qu’on approfondit nos connaissances, les progrès dans la lutte contre le cancer seront encore plus grands.

La recherche sur le cancer est un processus par étape qui comprend  la collecte et l'analyse approfondie de données. Ces données peuvent provenir de laboratoires de recherche et d’études portant sur des personnes atteintes de cancer. Les nouvelles découvertes reposent souvent sur des études de recherche antérieures.

La recherche sur le cancer s’applique à une vaste gamme d’activités et d’aspects de l’étude scientifique. Les types de recherches sur le cancer qui suivent comptent parmi ceux qui nous permettent d’approfondir  notre compréhension de cette maladie.

Recherche fondamentale sur le cancer

La recherche fondamentale sur le cancer se déroule en laboratoire. Par le biais d’expériences, les chercheurs étudient le comportement des cellules cancéreuses et essaient de comprendre le cancer à son niveau le plus profond. Lors de certaines expériences, on étudie les cellules prélevées dans la tumeur de personnes atteintes de cancer soit dans une éprouvette, ou du matériel de laboratoire semblable, soit chez un animal, comme une souris, à qui on les a injectées afin que le cancer se développe. La compréhension des processus de base qui s’effectuent dans ces cellules peut aider les chercheurs à s’expliquer comment des cellules normales deviennent cancéreuses. Lors d’autres expériences, on peut faire apparaître de nouveaux cancers chez des animaux afin de trouver des substances qui causent le cancer ou d’étudier le degré d’efficacité d’un éventuel nouveau traitement et les effets secondaires d’un nouveau traitement.

Les chercheurs effectuent diverses études de recherche fondamentales sur le cancer pour :

  • comprendre ce qui contrôle la division et la mort des cellules;
  • savoir comment les cellules normales deviennent cancéreuses dans le but d’essayer de bloquer ce processus;
  • découvrir ce qui permet aux cellules cancéreuses de se propager à d'autres parties du corps (métastases);
  • chercher des substances appelées marqueurs tumoraux qu'on peut déceler chez les personnes atteintes de certains types de cancers;
  • identifier les caractéristiques uniques des cellules cancéreuses afin d’aider à concevoir de nouveaux traitements qui causent moins d'effets secondaires;
  • savoir pourquoi certaines cellules cancéreuses et tumeurs deviennent résistantes aux traitements;
  • comprendre l'aspect génétique lié aux différents cancers dans le but de savoir ce qui pourrait rendre une personne plus vulnérable au cancer ou de trouver les traitements les plus efficaces pour un certain type de cancer.

Recherche translationnelle

De nos jours, un thème dominant en recherche est la transposition des informations obtenues lors d’études de recherche en laboratoire en meilleures méthodes de prévention, de détection et de traitement du cancer. Les chercheurs essaient aussi de se baser sur les connaissances acquises par les médecins qui soignent des personnes atteintes de cancer pour proposer des sujets à étudier en laboratoire. Cette approche qui débute par la cueillette de données en laboratoire et qui se rend jusqu'au chevet des personnes atteintes où on les applique pour en tirer des conclusions qui reviennent en laboratoire porte le nom de recherche translationnelle.

Recherche clinique

Le traitement du cancer se base sur des observations scientifiques, ce qui signifie qu’elles ont été très bien évaluées d’abord en laboratoire sur des cellules et des animaux avant d’être étudiées chez des groupes de personnes atteintes de cancer. La recherche clinique est l'une des méthodes les plus importantes qui permettent d'améliorer le traitement et la prise en charge du cancer ainsi que de comprendre ce qui fait augmenter ou baisser le risque d’une personne d’être atteinte de cancer.

Essais cliniques

Un type important de recherche clinique est l’essai clinique. L’essai clinique est une étude de recherche lors de laquelle on évalue de nouvelles façons de prévenir, de détecter ou de traiter le cancer. Le Canada  est un chef de file international dans le domaine des essais cliniques. Les essais cliniques en cours portent sur :

  • des méthodes qui permettent de réduire votre risque de cancer;
  • de meilleures méthodes pour déceler le cancer à un stade précoce et plus guérissable;
  • de nouveaux médicaments contre le cancer;
  • de meilleures façons de pratiquer la chirurgie ou d'administrer la radiothérapie;
  • des façons plus efficaces d’associer les traitements;
  • la recherche des traitements complémentaires et parallèles qui pourraient aider les personnes atteintes de cancer;
  • les façons d’améliorer la vie des personnes atteintes de cancer.

Les médicaments contre le cancer engendrent souvent des résultats prometteurs lors des tests en laboratoire. Mais les chercheurs doivent démontrer que ces médicaments sont sans danger et qu’ils sont efficaces chez les humains avant que Santé Canada les approuve et que les médecins les prescrivent aux personnes atteintes de cancer.

Une caractéristique essentielle des essais cliniques est que les patients doivent donner leur consentement éclairé avant de participer à un essai. Cela signifie qu’on leur a donné des explications détaillées, tant verbalement que par écrit, sur les bienfaits et risques possibles (dont la possibilité de risques inconnus) d’une participation à l’étude. Le formulaire de consentement écrit doit être signé par le patient et le chercheur.

En ce qui a trait à la recherche sur les cancers pédiatriques, le Children’s Oncology Group (COG) travaille avec des chercheurs du monde entier dans le but de comprendre les causes du cancer chez l’enfant et de trouver de meilleurs traitements. Le COG est le plus vaste groupe d’essais cliniques multicentrique au monde et ses études sont menées dans des centres d’oncologie pédiatrique au Canada et à l’étranger.

Apprenez-en davantage sur les essais cliniques et le COG.

Études de base de données et de dossiers

Les études de base de données et de dossiers portent sur l’information provenant des dossiers d’hôpital de personnes atteintes de cancer ou de banques de renseignements comme un registre du cancer. Les bases de données sur le cancer emmagasinent des renseignements sur des groupes particuliers de personnes qui ont le cancer, comme celles atteintes d’un certain type de cancer, afin qu’on puisse faire des recherches un jour. De telles études peuvent aider à déterminer quelles personnes d’un groupe particulier bénéficieraient le plus ou le moins d’un test ou d’un traitement disponible à ce moment-là.

Recherche fondée sur la population

On mène souvent la recherche fondée sur la population à partir d’énormes bases de données qui conservent l’information mise à jour de personnes, comme toutes celles d’une province en particulier qui développent un cancer au cours d’une période donnée, afin d’essayer de connaître les causes du cancer. Les chercheurs comparent les risques d’apparition de cancers spécifiques chez différentes populations atteintes de cancer en fonction de facteurs comme l’âge, le sexe, la race ou l’ethnie, les antécédents familiaux de cancer ou le lieu de naissance. Cela aide les chercheurs à obtenir des indices sur les facteurs génétiques, environnementaux ou autres qui pourraient être des causes importantes d’un type particulier de cancer. Les chercheurs essaient aussi de savoir ce qui peut modifier le risque de cancer au fil du temps afin d’avoir d’autres indices.

La recherche fondée sur la population porte aussi sur la qualité des soins offerts aux personnes atteintes de cancer et leur facilité d’accès dans différentes communautés du pays afin de corriger toute différence.

Recherche comportementale

La recherche comportementale aborde comment notre mode de vie, dont l’alimentation, l’activité physique, le type de travail et la consommation de tabac ou d’alcool, affecte notre risque de cancer ou peut jouer un rôle dans la réapparition (récidive) d’un cancer ayant déjà été traité. Ce type de recherche porte aussi sur ce qui nous motive à adopter des comportements sains et sur ce qui fait que nous ne les privilégions pas toujours. La recherche comportementale peut aider à concevoir des stratégies qui incitent les gens à adopter des comportements sains comme ne pas fumer, appliquer de l’écran solaire, être actif physiquement et ne pas boire d’alcool en quantité excessive. Pour de nombreuses personnes, un mode de vie sain empêchera l’apparition du cancer ou améliorera le taux de guérison et favorisera une meilleure santé globale. La recherche comportementale peut être rétrospective et porter sur le comportement d’une personne jusqu’à ce moment-là ou être prospective et étudier le comportement en essai clinique.

Recherche psychosociale

La recherche psychosociale porte sur les répercussions émotionnelles, ou psychologiques, et sociales du cancer sur les personnes atteintes, leur famille et leurs aidants et étudie les meilleures façons d’aider à soutenir ces personnes. Les chercheurs psychosociaux étudient également diverses questions liées à la qualité de vie des personnes atteintes, des survivants et de leur famille.

Recherche sur la survie

La recherche sur la survie a pour objet la façon dont le cancer affecte les gens tout au cours de leur vie. L’un des domaines de la recherche sur la survie porte sur les complications et les effets secondaires tardifs du traitement. On tente de trouver la meilleure façon de traiter ou de prévenir les effets secondaires tardifs et on peut aussi comparer les effets secondaires à long terme des nouveaux traitements à ceux des traitements antérieurs. Les nouveaux traitements peuvent engendrer différents problèmes à long terme. Améliorer la santé des survivants à long terme est maintenant une composante importante des soins globaux offerts aux enfants atteints de cancer.

Recherche génétique

Beaucoup de gens risquent davantage d’être atteints de certains types de cancers parce qu’ils ont hérité d’un gène anormal de l’un de leurs parents. Il est possible que les personnes susceptibles d’avoir hérité d’un gène anormal passent un test afin qu’on le détecte si leurs antécédents familiaux de cancer sont importants ou si elles sont atteintes d’un certain type de cancer, souvent à un jeune âge, ou les deux. La recherche de nouveaux gènes du cancer est un domaine très actif. Dans les familles où le gène du cancer est présent, on peut tester les personnes qui n’ont jamais été atteintes de cancer afin de savoir si elles sont aussi porteuses du gène du cancer. Celles qui n’ont pas hérité du gène du cancer peuvent être rassurées parce que leur risque d’être un jour atteintes d’un cancer lié au gène anormal n’est pas plus élevé que celui d’une personne dont le risque est moyen. On peut conseiller aux membres de la famille qui ont hérité du gène anormal de prendre des mesures spéciales pour prévenir le cancer ou le détecter tôt.

Subventionner la recherche sur le cancer au Canada

Le processus de recherche coûte cher. Chaque année, des centaines de chercheurs canadiens qui œuvrent dans les hôpitaux, les centres de recherche et les établissements d’enseignement, comme les universités, ont besoin de subventions pour financer leur travail. Leurs projets varient de la simple recherche fondamentale en laboratoire à l’étude sur la santé de la population et l’essai clinique qui porte sur la prévention du cancer, le traitement de cette maladie et l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes.

Le gouvernement fédéral est le plus important investisseur dans la recherche sur le cancer au Canada. La Société canadienne du cancer est l’organisme national de bienfaisance qui finance le plus la recherche sur le cancer au Canada par le biais de l’Institut de recherche de la Société canadienne du cancer (IRSCC). L’IRSCC applique un processus d'examen rigoureux afin de s'assurer que seuls les projets excellents soient subventionnés.

Apprenez-en davantage sur la façon dont la Société canadienne du cancer finance la recherche.

Histoires

Dr Jessie Lee-McIsaac Prévenir le cancer par des politiques de vie saine en milieu scolaire

Plus de details

Du soutien de la part de quelqu’un qui « est passé par là »

Illustration d’une conversation

Le programme de soutien par les pairs de la Société canadienne du cancer est un service d’entraide téléphonique qui consiste à jumeler les personnes atteintes de cancer et leurs aidants à des bénévoles ayant reçu une formation spéciale.

Apprenez-en plus