Vous êtes ici:
A-|A|A+

Dr Daniel Durocher

Prix Bernard et Francine Dorval corécipiendaire en 2010

Dr Dan DurocherLe Dr Durocher est chercheur principal au Centre de biologie anatomique (Centre for Systems Biology) de l’Institut de recherche Samuel Lunenfeld à l’Hôpital Mount Sinai de Toronto. Il a entre autres mis au jour un important commutateur stoppant le mécanisme de réparation de l’ADN, approfondi la biologie des réarrangements chromosomiques et étudié la régulation des extrémités des chromosomes (ou « télomères ») dans les cellules. Toutes ces percées ont permis d’apporter un éclairage nouveau sur la transformation des cellules saines en cellules cancéreuses.

Le Dr Durocher a obtenu son doctorat à l’Université McGill en 1998 et s’est joint à l’Institut de recherche Samuel Lunenfeld en 2001 à titre de chercheur rattaché au Centre de biologie anatomique. En 2007, il a été promu professeur agrégé au Département de génétique moléculaire de l’Université de Toronto. Il est souvent appelé à encadrer des chercheurs stagiaires et de jeunes professeurs à titre de mentor.

Le Dr Durocher a de nombreuses récompenses à son actif, notamment une nomination parmi les 40 Canadiens performants de moins de 40 ans (Canada’s Top 40 Under 40) en 2009. Il a publié 47 articles scientifiques, le plus souvent comme auteur principal ou auteur-ressource. Les invitations qu’il reçoit pour participer à des réunions internationales témoignent du respect dont il fait l’objet dans ce domaine des plus compétitifs. Il jouit aussi d’une reconnaissance à l’échelle canadienne, étant titulaire d’une chaire de recherche du Canada de niveau 2, renouvelée en 2006.

A-|A|A+

Histoires

Le Dr David Malkin, chercheur Le Dr David Malkin contribue à accroître la survie des patients grâce au dépistage.

Plus de details

D’immenses progrès ont été accomplis

Icône – flèche

Pour certains cancers, comme ceux de la thyroïde et du testicule, les taux de survie dépassent 90 pour cent. Pour d’autres cancers, comme ceux du pancréas, du cerveau et de l’œsophage, les taux de survie demeurent très bas.

Apprenez-en plus