Fiche d’information médias Statistiques canadiennes sur le cancer 2015 — Les faits en bref

27 mai 2015

Montreal -

Estimation des nouveaux cas et des décès

Le nombre de nouveaux cas de cancer et de décès par cancer continue de croître à mesure que la population canadienne augmente et vieillit. En 2015 :
  • Il y aura 50 100 nouveaux cas de cancer au Québec (196 900 au Canada) — exclusion faite de quelque 30 000 cas de cancer de la peau autre que le mélanome (78 300 au pays).
  • On estime qu’il y aura 20 900 décès causés par le cancer (78 000 au pays).
  • Plus de la moitié (51 %) des cas nouvellement diagnostiqués seront des cancers du poumon, du sein, de la prostate et colorectaux.
  • Au Canada, la grande totalité des cas de cancer (89 %) et 96 % des décès par cancer surviendront chez des personnes de plus de 50 ans.

Cancer de la prostate

  • Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les hommes canadiens (24 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancer chez les hommes).
  • En 2015, au Québec, on estime qu’environ 4600 hommes (24 000 Canadiens) recevront un diagnostic de cancer de la prostate et qu’environ 890 (4600 au pays) mourront de cette maladie.
  • Le taux d’incidence du cancer de la prostate et le taux de mortalité due à ce cancer sont tous les deux à la baisse. Le taux de mortalité a subi un recul important de 1,6 % par année entre 2006 et 2010, ce qui est vraisemblablement attribuable à une amélioration des traitements.
  • La survie relative à cinq ans du cancer de la prostate est de 96 %.

Cancer du sein

  • Le cancer du sein demeure le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les femmes canadiennes (26 % de l’ensemble des nouveaux cas de cancer chez les femmes).
  • En 2015, au Québec, on estime qu’environ 6100 femmes (25 200 Canadiennes) recevront un diagnostic de cancer du sein et qu’environ 1350 mourront de cette maladie (5000  au pays).
  • Le taux d’incidence du cancer du sein et le taux de mortalité due à ce cancer sont tous deux à la baisse. Dans le cas du taux de mortalité, la réduction est considérable, ayant été de 44 % depuis le sommet de 1986. De 2001 à 2010, le taux de mortalité a diminué de 2,5 % par année. Ce repli tient vraisemblablement à un diagnostic plus précoce grâce au dépistage par mammographie et à l’accessibilité à des traitements plus efficaces. Le taux de mortalité par cancer du sein est à son niveau le plus bas depuis 1950.
  • La survie relative à cinq ans du cancer du sein se situe à 88 %.

Cancer du poumon

  • Le cancer du poumon demeure la principale cause de décès imputables à cette maladie, tant chez les hommes que chez les femmes. Près du tiers des décès par cancer au Québec, soit 31 % (27 % au Canada), sont imputables à eux seuls à ce type de cancer.
  • Le cancer du poumon tue deux fois plus de Québécoises que le cancer du sein et quatre fois plus de Québécois que le cancer de la prostate.
  • En 2015, on estime qu’environ 8300 Québécoises (26 600 Canadiens) recevront un diagnostic de cancer du poumon et qu'environ 6500 Québécois (20 900 Canadiens) mourront de ce type de cancer.
  • Plus de 85 % des cancers du poumon sont causés par le tabagisme. Les autres causes sont le radon, l’exposition à l’amiante, la pollution atmosphérique, certaines pneumopathies, les antécédents familiaux de cancer du poumon et l’exposition à certains produits chimiques en milieu de travail.
  • Chez les femmes :
    • Le taux d’incidence du cancer du poumon est à la hausse depuis les années 1960 au moins, mais il s’est stabilisé de 2006 à 2010.
    • Le taux de mortalité s’est légèrement accru entre 2001 et 2010.
  • Chez les hommes :
    • Les taux d’incidence de cancer du poumon et de mortalité due à ce cancer ont commencé à se stabiliser dans la deuxième moitié des années 1980 après plusieurs décennies d’augmentation, et diminuent depuis.
    • Les taux d’incidence et de mortalité ont régressé entre 2001 et 2010.
      • Les différences entre les hommes et les femmes s’expliquent par le recul du tabagisme, qui s’est amorcé au début des années 1960 chez les hommes et beaucoup plus tard chez les femmes, soit dans les années 1980.
  • Dans le cas du cancer du poumon, la survie relative à cinq ans n’est que de 17 %.

Cancer colorectal

  • Le cancer colorectal a un impact important sur la mortalité chez les hommes et les femmes combinés (2e cause de mortalité globalement).
  • En 2015, on estime qu’environ 6600 Québécois (25 100 Canadiens) recevront un diagnostic de cancer colorectal et qu'environ 2450 Québécois (9300 Canadiens) en mourront.
  • Les taux de mortalité poursuivent leur mouvement à la baisse, tant chez les hommes que chez les femmes. Cette diminution s’explique vraisemblablement par l’amélioration des traitements, comme la chimiothérapie et le recours plus fréquent à des tests de dépistage.
  • Un programme organisé du cancer colorectal n’est toujours pas complètement implanté au Québec. De 230 à 275 vies seraient sauvées chaque année si au moins un Québécois sur deux, âgé de 50 à 74 ans, passait un test de dépistage de sang dans les selles tous les deux ans.
  • Le taux de survie relative à cinq ans pour un cancer colorectal se situe à 65 %, mais la probabilité de guérir d’un cancer colorectal est de 90 % s’il est détecté tôt.
Le rapport Statistiques canadiennes sur le cancer 2015 est préparé grâce au partenariat entre la Société canadienne du cancer, l’Agence de la santé publique du Canada, Statistique Canada et les registres du cancer provinciaux et territoriaux. Pour en savoir plus sur les Statistiques canadiennes sur le cancer 2015, visitez cancer.ca/statistiques.

À propos de la Société canadienne du cancer

Avec l’appui de 300 000 donateurs annuels et de 30 000 bénévoles, la SCC est l’organisme québécois lié au cancer qui a le potentiel de sauver le plus de vies. Chaque année, quelque 135 000 Québécois se tournent vers elle. La SCC met donc tout en œuvre pour faire grimper le taux de survie global du cancer, actuellement de 63 %, à 80 %, d’ici 2030.
L’argent recueilli par la SCC permet :
-    de prévenir plus de cancers et d’exiger des lois qui protègent la santé
-    de financer davantage de projets de recherche
-    de soutenir plus de personnes touchées par le cancer

Sauvons plus de vies. Visitez cancer.ca ou appelez-nous au 1 888 939-3333.

Renseignements :

André Beaulieu

Conseiller principal, Communication

Société canadienne du cancer

Division du Québec

Téléphone : (514) 393-3444