La Société canadienne du cancer félicite Belleville qui interdit aux jeunes de fréquenter les salons de bronzage

14 janvier 2013

Toronto -

La ville de Belleville a adopté un règlement qui interdit aux jeunes de moins de 18 ans d’utiliser des appareils de bronzage artificiel. Suite à cette décision, Belleville se joint à une liste croissante d’autres juridictions partout au pays qui sont passées à l’action à propos de cette importante question de santé publique.

Le bronzage artificiel avant 35 ans augmente grandement le risque d’une personne de développer un mélanome. Le mélanome est un des types de cancer de la peau les plus fréquents chez les jeunes Ontariens de 15 à 29 ans et est un des plus évitables. En 2009, le Centre international de recherche sur le cancer, qui fait autorité sur l’identification des causes de cancer, a classifié les appareils émettant des UV, y compris les lits de bronzage, comme des carcinogènes connus.

La Société canadienne du cancer et ses bénévoles défendent l’intérêt public relativement à cette question importante de prévention du cancer depuis plus de sept ans. L’an dernier, les efforts locaux de défense de l’intérêt public se sont intensifiés lorsque Kate Neale a partagé son histoire pour la cause. Mme Neale qui demeure à Belleville, a déjà travaillé dans un salon de bronzage et a commencé à se faire bronzer à 16 ans. Elle a reçu un diagnostic de mélanome en 2011 à l’âge de 21 ans.

« En tant que survivante du cancer de la peau, j’ai des cicatrices sur mon corps en raison de toutes les biopsies que j’ai dû subir. Je vis avec la peur que mon cancer pourrait revenir », dit Kate. « Je suis heureuse que le conseil municipal de Belleville ait décidé d’adopter ce règlement car il empêchera d’autres jeunes d’être exposés au risque. »

En tant que bénévole de la Société canadienne du cancer, Kate a raconté son histoire à Queen’s Park et dans les écoles secondaires pour éduquer les adolescents sur les dangers du bronzage artificiel. Pour appuyer le règlement de Belleville, Mme Neale a recueilli les signatures de plus de 80 médecins de Belleville et de la région.

« L’adoption de ce règlement est un excellent exemple de défense de l’intérêt public en action au niveau communautaire », dit Karen White, bénévole, présidente du conseil de l’Unité du comté de Hastings-Prince-Édouard de la Société canadienne du cancer. « Pour faire progresser cette question, nos bénévoles ont rencontré les députés provinciaux locaux, ont écrit des lettres aux rédacteurs en chef et ont travaillé avec les représentants du bureau de santé des comtés Prince-Édouard. »

Au niveau provincial, la Société fait appel au gouvernement de l’Ontario pour qu’il présente de nouveau un projet de loi similaire sur le bronzage artificiel, et ce, à la reprise de la session parlementaire. En septembre, le gouvernement McGuinty avait annoncé qu’il prévoyait adopter le projet de loi d’initiative parlementaire parrainé par une députée NPD visant à interdire aux jeunes de moins de 18 ans d’utiliser les appareils de bronzage artificiel mais le projet a expiré lorsque la législature a été prorogée en octobre.

Renseignements :

Camille Beaubien

Coordonnatrice principale, Relations publiques

Téléphone : (416) 323-7181