Les bonbons et les produits du tabac ne vont pas de pair

17 avril 2012

Toronto -

La Fondation des maladies du cœur et la Société canadienne du cancer applaudissent la présentation d’un projet de loi visant à éliminer la vente de produits du tabac aromatisés.

Des organismes de santé de l’Ontario accueillent favorablement la présentation d’un projet de loi visant à éliminer la vente de produits du tabac aromatisés conçus pour attirer les jeunes fumeurs. Le projet de loi d’initiative parlementaire, présenté aujourd’hui par la députée provinciale de Nickel Belt, France Gélinas, renforcera les règlements existants dans la Loi favorisant un Ontario sans fumée en aidant davantage à éliminer le marketing des produits du tabac aromatisés et en empêchant des nouveaux produits du tabac d’apparaître sur le marché.

« L’industrie du tabac a trouvé une nouvelle manière de cibler nos jeunes et nous sommes reconnaissants envers Mme Gélinas de proposer une loi qui renforce les lois de l’Ontario sur le tabac et protège nos jeunes contre les produits du tabac aromatisés dangereux », dit Rowena Pinto, directrice principale, Affaires publiques, Société canadienne du cancer, Division de l’Ontario. « Nous espérons que tous les députés provinciaux travailleront ensemble pour garantir l’adoption rapide de ce projet de loi. »

Depuis quelques années, les produits du tabac aromatisés aux saveurs de bonbons et de fruits sont devenus une menace importante pour les jeunes ontariens. Les données de Santé Canada indiquent que les ventes de cigarillos ont augmenté de plus de 300 % par année entre 2001 et 2006. En 2008-2009, 28 % des jeunes ontariens ont rapporté avoir essayé les cigarillos, tandis que 21 % ont rapporté avoir essayé les produits du tabac aromatisés en général.

La première tentative du gouvernement de l’Ontario pour légiférer des restrictions sur ces produits en 2010 a été contournée par l’industrie du tabac et les cigarillos, cigares et autres produits à saveur variée sont encore disponibles sur le marché aujourd’hui.

« En tenant compte de la dépendance et des autres effets sur la santé, ces produits sont aussi dangereux que les cigarettes. Parce qu’ils sont attrayants pour les jeunes ontariens, ils ont un risque supplémentaire d’être des produits « de démarrage » pour les gens qui autrement ne deviendraient peut-être jamais fumeurs », dit Mark Holland, directeur, Relations gouvernementales et partenariats santé, Fondation des maladies du cœur.

La Fondation des maladies du cœur affirme que le tabagisme est une cause principale de maladies cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux et de maladies cardiovasculaires tandis que la Société canadienne du cancer affirme que le tabagisme est responsable de 30 % de tous les décès par cancer et de 85 % des cas de cancer du poumon.

Organisme bénévole, la Fondation des maladies du cœur du Canada a pour mission d’améliorer la santé des Canadiens et Canadiennes, en favorisant la recherche, la promotion de la santé et les représentations en faveur de la santé afin de prévenir et réduire les invalidités et les décès dus aux maladies cardiovasculaires et aux accidents vasculaires cérébraux.

Renseignements :

Justin Edmonstone

Affaires publiques

Société canadienne du cancer

Division de l’Ontario

Téléphone : 416-323-7026