FEUILLE D’INFORMATION POUR LES MÉDIAS - La vie secrète des jeunes Ontariens face au bronzage

26 avril 2012

TORONTO -

VUE D’ENSEMBLE

Le bronzage artificiel cause le cancer. La Société canadienne du cancer fait appel au gouvernement de l’Ontario pour qu’il appuie le nouveau projet de loi d’initiative parlementaire qui restreint l’usage d’équipement de bronzage artificiel par les jeunes de moins de 18 ans.

La Société exerce des pressions au sujet de cette question importante depuis plus de six ans parce que la recherche a démontré que l’utilisation de lits de bronzage avant 35 ans augmente de 75 % le risque d’une personne de développer un cancer de la peau. Le mélanome (cancer de la peau) est aussi un des types de cancer les plus fréquents et mortels chez les jeunes de 15 à 29 ans et il est un des plus évitables.

Le 26 avril, la Société a publié les résultats d’un sondage Ipsos Reid sur les comportements des jeunes ontariens de 12 à 17 ans face au bronzage. Les résultats du sondage renforcent davantage la demande de la Société pour obtenir une interdiction d’utilisation d’appareil de bronzage artificiel par les jeunes de moins de 18 ans.

RÉSULTATS GLOBAUX DU SONDAGE :

  • 52 % des jeunes se faisant bronzer ont dit que leurs parents payaient pour leur utilisation de lits de bronzage
  • 24% des jeunes se faisant bronzer ont dit que leurs parents les avaient initiés au bronzage
  • 21 % des jeunes de 12e année utilisent des lits de bronzage
  • 11 % des jeunes de 11e année utilisent des lits de bronzage
  • 8 % (1 sur 10) des jeunes en Ontario utilisent un lit de bronzage, hausse de 5 % comparativement à il y a six ans

    Données complètes sur le sondage disponibles sur demande.

QUE DEVRAIT FAIRE LE GOUVERNEMENT?

La Société canadienne du cancer fait appel au gouvernement de l’Ontario pour qu’il :

  • Interdise l’utilisation d’équipement de bronzage artificiel par les jeunes de moins de 18 ans.
  • Limite la publicité et le marketing du bronzage artificiel ciblant les jeunes.
  • Maintienne un registre ou un système de licences d’équipements de bronzage artificiel en usage en Ontario, les frais étant versés à la mise en application.
  • Instaure une formation obligatoire complète pour tout le personnel opérant de l’équipement de bronzage en Ontario. La formation devrait inclure les procédures de fonctionnement, le maintien et la façon d’identifier les personnes au teint clair à risque plus élevé de développer un cancer.
  • S’assure que les risques pour la santé associés aux appareils émettant des rayons UV soient placés bien à la vue des clients dans tous les établissements de bronzage artificiel.

ACTION DANS D’AUTRES JURIDICTIONS

À l’échelle internationale, la Californie, la France, l’Australie et le Royaume-Uni ont tous des lois interdisant aux jeunes l’utilisation d’équipement de bronzage. Le Brésil en a fait plus en interdisant l’utilisation d’équipement de bronzage artificiel à des fins esthétiques en 2009.

Au Canada, la Nouvelle-Écosse a adopté la Tanning Beds Act en décembre 2010 interdisant aux jeunes de moins de 19 ans d’utiliser de l’équipement de bronzage artificiel.

Plus récemment, la Colombie-Britannique a annoncé qu’elle présenterait des règlements pour interdire aux jeunes de moins de 18 ans d’utiliser de l’équipement de bronzage artificiel à l’automne 2012.

DÉMYSTIFIER LES MYTHES SUR LE BRONZAGE

Mythe : Un « bronzage de base » obtenu d’un lit de bronzage fournit une protection contre le soleil.
Réalité :
Un bronzage de base obtenu en utilisant les lits de bronzage ne protège pas contre le soleil. Un bronzage n’offre presque pas de protection contre la lumière du soleil ou les coups de soleil. Une peau bronzée est une peau endommagée. Une fois le bronzage disparu, les dommages, eux, demeurent.

Mythe : Les lits de bronzage sont plus sécuritaires que le soleil.
Réalité :
En 2009, le Centre international de recherche sur le cancer, qui fait autorité sur l’identification des causes du cancer, a classifié les appareils émettant des rayons ultraviolets, y compris les lits de bronzage, comme étant des carcinogènes connus. L’utilisation de lits de bronzage avant 35 ans augmente votre risque de 75 % de développer un mélanome (cancer de la peau). Certains lits de bronzage émettent des rayons UV cinq fois plus puissants que le soleil de midi en été.

Mythe : Le bronzage artificiel fournit une saine dose de vitamine D.
Réalité
: Étant donné que les appareils de bronzage artificiel émettent des rayons ultraviolets, ils constituent une façon dangereuse d’obtenir de la vitamine D. Il suffit de quelques minutes par jour d’exposition au soleil sans protection pour qu’une personne moyenne reçoive assez de vitamine D. Vous pouvez aussi obtenir de la vitamine D dans votre alimentation et en prenant des suppléments vitaminiques.

DONNÉES DE SONDAGES CONNEXES

Appui du public :
Un sondage demandé par la Société en 2011 a démontré que 83 % des Ontariens appuieraient une loi du gouvernement provincial restreignant l’utilisation d’équipement de bronzage artificiel pour les jeunes de moins de 18 ans.

Lignes directrices obligatoires requises :
Le respect volontaire des lignes directrices n’est pas suffisant. Une étude menée en 2008 par la Société sur l’industrie du bronzage artificiel à Toronto a déterminé que les salons de bronzage artificiel ne respectaient pas volontairement les lignes directrices établies par Santé Canada, ce qui a démontré que l’autoréglementation ne fonctionne pas.

Ampleur de la question :
Un sondage demandé en 2007 par la Société canadienne du cancer a démontré que plus de 50 000 élèves du niveau secondaire en Ontario avaient utilisé de l’équipement de bronzage artificiel.

LA LUTTE CONTRE LE CANCER

Afin de progresser dans la lutte contre le cancer, nous devons lutter de plusieurs manières. En plus de placer la question des jeunes et du bronzage artificiel sur le radar politique, la Société canadienne du cancer lutte contre le cancer grâce à des campagnes de prévention comme l’initiative Bal sans bronzage qui lance un défi aux jeunes d’accepter leur apparence naturelle et d’éviter de se faire bronzer pour leur bals de finissants. La Société offre aussi de l’information et des services de soutien qui aident à réduire le stress et l’anxiété chez les patients et les aidants.

L’œuvre de la Société est appuyée par ses bénévoles et les campagnes de financement comme le Mois de la jonquille en avril.

Pour plus d’information sur nos efforts de défense de l’intérêt public ou sur nos services d’information et de soutien, visitez www.cancer.ca.

 

Renseignements :

Justin Edmonstone

Affaires publiques

Société canadienne du cancer

Division de l’Ontario

Téléphone : 416-323-7026