Les résultats des sondages sur les élections sont peut-être divisés mais le public appuie toujours les questions liées au cancer

28 septembre 2011

Toronto -

Le débat des chefs de ce soir a inclus la mention d’une des questions de santé avec laquelle vivent chaque jour des milliers d’Ontariens… le cancer. Mais la discussion n’a pas continué. Comment les partis politiques prévoient-ils passer à l’action pour prévenir le cancer et aider les Ontariens qui vivent avec la maladie?

« Le cancer touche tout le monde. Il s’agit d’une question qui intéresse encore le public », dit Martin Kabat, chef de la direction. Société canadienne du cancer, Division de l’Ontario, suite au débat des chefs.

Dans le cadre de sa mission et par ses efforts de défense de l’intérêt public, la Société place les questions liées au cancer sur le radar politique.

« Les politiques publiques qui préviennent le cancer ou qui aident les patients sont des questions qu’appuieront toujours les résidents de l’Ontario », dit M. Kabat.

Les recommandations politiques de la Société à l’occasion des élections comprennent protéger les gens contre une exposition aux carcinogènes, limiter l’utilisation d’équipement de bronzage artificiel par les jeunes de moins de 18 ans et s’assurer que les patients aient accès aux médicaments anticancéreux.

Voici ce que les Ontariens disent :

Étiquetage des produits
Dans un sondagei de la Société canadienne du cancer effectué plus tôt cette semaine par Ipsos Reid, les résultats indiquent que 91 % des Ontariens sont d’accord pour que le prochain gouvernement ontarien s’assure que tous les produits de consommation et d’entretien contenant des carcinogènes connus portent une étiquette munie d’un avertissement ou d’un symbole.

Bronzage artificiel
En mars 2011, un sondageii de la Société a révélé que 83 % des Ontariens appuient une interdiction de bronzage artificiel pour les jeunes de moins de 18 ans. La Société demande au prochain gouvernement provincial de protéger la santé des jeunes de moins de 18 ans contre les dangers du bronzage artificiel, qui a été directement lié au cancer.

Accès équitable aux médicaments anticancéreux
Un sondageiii national effectué par la Société en septembre 2010 a révélé qu’une grande majorité de Canadiens (85 %) ont dit que s’ils recevaient un diagnostic de cancer, le coût des médicaments aurait un impact négatif sur leurs finances personnelles. La Société demande au prochain gouvernement ontarien de financer tous les médicaments recommandés par les experts d’Action Cancer Ontario.

« Étant donné ce que nous avons appris dans notre combat contre le tabagisme, nous ne pouvons pas attendre. Nous demandons aux candidats, si élus, de s’engager maintenant et de passer à l’action », ajoute M. Kabat.

« La lutte contre le tabagisme nous a montré comment obtenir du soutien et comment persévérer en ce qui a trait aux questions de santé importantes qui changeront des vies. Si l’objectif est d’avoir un Ontario plus en santé et de réduire le fardeau placé sur notre système de santé, le prochain gouvernement devrait passer à l’action maintenant à propos de nos recommandations. »

La Société canadienne du cancer encourage tous les Ontariens à combattre le cancer en votant. Avant d’aller voter le 6 octobre, les gens devraient demander à leurs candidats quelle est leur position puis voter pour la personne qui selon eux, en fera le plus pour prévenir le cancer et sauver des vies. Visitez www.cancer.ca/OntarioElection2011 pour envoyer un message aux candidats locaux pour leur dire que les questions liées au cancer sont importantes.


i Sondage Ipsos Reid effectué entre le 21 et le 26 septembre 2011 auprès d’un échantillon en ligne de 816 Ontariens de 18 ans et plus. La marge d’erreur estimée est de +/- 3,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

ii Sondage Ipsos Reid effectué entre le 6 et le 9 juin 2011 auprès d’un échantillon en ligne de 822 Ontariens de 18 ans et plus. La marge d’erreur estimée est de +/- 3,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

iii Du 9 au 13 septembre 2010, la firme Pollara a mené un sondage en ligne auprès d’un échantillon représentatif composé de 2 334 Canadiens de 18 ans et plus. La marge d’erreur généralement associée à un échantillon de cette taille serait de +/- 2 %, 19 fois sur 20.

Renseignements :

Justin Edmonstone

Affaires publiques

Société canadienne du cancer

Division de l’Ontario

Téléphone : 416-323-7026