A A A

La Société se désole du vote du gouvernement fédéral contre la motion sur l’amiante

06 décembre 2012

Toronto -

La Société canadienne du cancer est profondément déçue et mécontente du rejet par la Chambre des communes, le 5 décembre, d’une motion visant à protéger les Canadiens de l’amiante.

Les députés du Parti conservateur et du Bloc Québécois ont en effet voté contre la motion du NPD (M-381),déposée par François Lapointe et demandant :

  1. la création d’un registre fédéral des immeubles qui contiennent de l’amiante;
  2. l’inclusion de l’amiante sur la liste des substances dangereuses établie par la Convention de Rotterdam; et
  3. la mise sur pied d’un plan de diversification pour les régions dont l’économie repose encore sur l’industrie de l’amiante.

« Toutes les formes d’amiante causent le cancer et le manque de volonté du Canada face à cette importante question de santé préoccupe grandement la Société, déclare Paul Lapierre, vice-président aux affaires publiques et à la lutte contre le cancer, Société canadienne du cancer. La santé des Canadiens et de toutes les populations dans le monde doit absolument passer au premier plan. »

À l’échelle mondiale, quelque 107 000 personnes sont emportées chaque année par des maladies liées à l’exposition professionnelle à l’amiante.

La Société intervient activement depuis plusieurs années auprès du gouvernement fédéral afin de protéger les Canadiens et les autres populations de l’amiante; nous continuerons à travailler avec acharnement afin que cesse toute exposition à l’amiante. Nous entendons plus particulièrement maintenir la pression exercée sur le gouvernement fédéral pour qu’il remplisse sa promesse de ne plus s’opposer à l’inclusion du chrysotile sur la liste des substances dangereuses de la Convention de Rotterdam lorsque le vote aura lieu, au printemps 2013.

La Société canadienne du cancer est d’avis qu’il faut déployer tous les efforts possibles pour éliminer l’exposition à l’amiante de même que les maladies liées à cette matière. La Société demande instamment au gouvernement fédéral d’adopter une stratégie globale prenant en compte tous les aspects du dossier de l’amiante, soit :

  • l’établissement immédiat d’un calendrier précis pour l’élimination progressive de l’utilisation et de l’exportation de l’amiante;
  • la mise en place d’un système national de surveillance afin de vérifier l’état de santé des personnes ayant été exposées à l’amiante;
  • la création d’un registre public des immeubles qui contiennent de l’amiante;
  • le versement d’une aide financière à la transition pour les communautés concernées;
  • l’inclusion du chrysotile sur la liste des substances dangereuses de la Convention de Rotterdam (aussi appelée liste des matières soumises à la « procédure de consentement préalable en connaissance de cause »).

Pour en savoir plus

La Société canadienne du cancer combat cette maladie en faisant tout ce qu'elle peut pour prévenir le cancer, sauver des vies et soutenir les personnes qui en sont atteintes. Pour en savoir plus à propos du cancer, consultez notre site Web à l'adresse cancer.ca ou appelez notre Service d'information sur le cancer, un service gratuit et bilingue, au 1 888 939-3333.