Fiche d’information médias : Statistiques canadiennes sur le cancer 2012

09 mai 2012

Toronto -

Le cancer au Canada : les faits en bref

La Société canadienne du cancer a publié aujourd’hui les Statistiques canadiennes sur le cancer 2012.

Estimation des nouveaux cas et des décès

En 2012 :

  • On estime que 186 400 nouveaux cas de cancer seront diagnostiqués au Canada (exclusion faite de quelque 81 300 cas de cancer de la peau autre que le mélanome).
  • On estime qu’il y aura 75 700 décès causés par le cancer.

En moyenne, toutes les heures, 21 personnes apprendront qu’elles souffrent d’un cancer et neuf personnes mourront d’un cancer.

  • Plus de la moitié (soit 53 %) des nouveaux cas diagnostiqués seront des cancers de la prostate, du poumon, du sein ou colorectal.
  • En 2012, près de 70 % des nouveaux cas de cancer et 62 % des décès par cancer toucheront des Canadiens de 50 à 79 ans. C’est chez les Canadiens de 60 à 69 ans qu’on enregistrera la plus forte proportion de nouveaux cas de cancer (28 %, soit 51 200 cas) et chez ceux de 80 ans ou plus que les décès par cancer seront les plus nombreux (34 %, soit 25 400 décès).

Le nombre de nouveaux cas de cancer continue de croître de façon soutenue à mesure que la population canadienne augmente et vieillit.

De 1988 à 2007, le taux de mortalité global par cancer a diminué de 21 % chez les hommes et de 9 % chez les femmes.

Cancer de la prostate

  • Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez les Canadiens (27 %).
  • En 2012, on estime qu’environ 26 500 Canadiens recevront un diagnostic de cancer de la prostate et qu’environ 4000 mourront de cette maladie.
  • On a assisté à une lente diminution des taux d’incidence et de mortalité, avec un recul significatif de 4,3 % par année entre 2001 et 2007, lequel est vraisemblablement attribuable au recours plus fréquent aux tests de dépistage et à une amélioration du traitement.

Cancer du sein 

  • Le cancer du sein demeure le cancer le plus fréquemment diagnostiqué chez Canadiennes (26 %).

  • En 2012, on estime qu’environ 22 700 Canadiennes recevront un diagnostic de cancer du sein et qu’environ 5100 mourront de cette maladie.

  • L’incidence de ce cancer est à la baisse, mais c’est le taux de mortalité qui affiche le recul le plus marqué, ayant diminué de près de 40 % depuis le sommet de 1986. On observe une réduction de 2,2 % par année depuis 1998. Ce repli tient vraisemblablement à un diagnostic plus précoce grâce à la par mammographie de dépistage et à l’accessibilité de traitements plus efficaces. Le taux de mortalité par cancer du sein est à son niveau le plus bas depuis 1950.

Cancer du poumon

  • Le cancer du poumon demeure la principale cause de décès imputable au cancer, tant chez les hommes que chez les femmes.
  • Le cancer du poumon tue plus de Canadiens chaque année que les cancers du sein, de la prostate et colorectal réunis.
  • Environ 85 % des cancers du poumon sont causés par le tabagisme. Pour l’autre tranche de 15 %, les responsables sont le radon, la fumée secondaire, l’exposition à l’amiante, la pollution atmosphérique, les pneumopathies, les antécédents familiaux de cancer du poumon et l’exposition à certains produits chimiques en milieu de travail.
  • Chez les femmes

    • Le taux d’incidence du cancer du poumon est à la hausse depuis les années 1960, au moins.

    • Le taux d’incidence a progressé de 1,1 % par année entre 1998 et 2007, mais il se stabilise.
    • Le taux de mortalité pendant cette même période s’est légèrement accru, à savoir de 0,7 % par année.
  • Chez les hommes, la hausse des taux d’incidence et de mortalité liés au cancer du poumon a commencé à s’atténuer au milieu des années 1980 après plusieurs décennies d’augmentation, et ils diminuent depuis. Les taux d’incidence ont régressé de 1,8 % par année depuis 1998 et les taux de mortalité, de 2,3 % par année depuis 1998 également.

Les différences entre les hommes et les femmes s’expliquent par le recul du tabagisme, qui s’est amorcé au début des années 1960 chez les hommes et dans les années 1980 chez les femmes.

Cancer colorectal

  • Bien que la tendance à long terme des taux d’incidence chez les deux sexes soit complexe, on assiste depuis peu à un léger repli. De fait, le taux d’incidence a régressé de 0,8 % par année depuis 2000, tant chez les hommes que chez les femmes.
  • Les taux de mortalité poursuivent leur mouvement à la baisse, tant chez les hommes que chez les femmes : le recul annuel est de 2,6 % chez les hommes depuis 2003 et de 1,8 % chez les femmes depuis 1998. Cette diminution s’explique vraisemblablement par l’amélioration des traitements, comme la chimiothérapie, et le recours plus fréquent à des tests de dépistage plus accessibles.

Le rapport des Statistiques canadiennes sur le cancer 2012 est préparé et distribué grâce à la collaboration de la Société canadienne du cancer, de l’Agence de la santé publique du Canada, de Statistique Canada ainsi que des registres du cancer provinciaux et territoriaux.

Pour en savoir plus sur les Statistiques canadiennes sur le cancer 2012, visitez le site Web de la Société à l’adresse cancer.ca.

 

Baisse du taux de mortalité par cancer au Canada

Fiche d’information médias : les faits sur le tabagisme

Fiche d’information médias : La Société canadienne du cancer lutte contre le tabagisme

Renseignements :

Christine Harminc

Senior Manager, Communications & Media Relations

Société canadienne du cancer, Bureau national

Téléphone : 416 934-5340