Budget fédéral : engagement envers les aidants et financement des soins palliatifs

07 juin 2011

Toronto -

Un nouveau crédit d’impôt pour les proches aidants annoncé aujourd’hui dans le budget fédéral constitue une étape importante en vue de soutenir davantage les proches aidants, selon la Société canadienne du cancer.

« La Société a joué un rôle déterminant en faisant la promotion d’un soutien financier supplémentaire à l’intention des proches aidants, et le crédit d’impôt annoncé aujourd’hui constitue un bon début, a déclaré Dan Demers, directeur, Questions d’intérêt public, Société canadienne du cancer. Même si le crédit d’impôt procure un allègement fiscal aux personnes prenant soin d’un proche, le gouvernement fédéral et les services de santé doivent continuer de collaborer afin que tous les proches aidants du Canada obtiennent le soutien financier dont ils ont besoin et qu’ils méritent. »

Un Canadien sur quatre a pris soin d'un proche atteint d'une maladie grave au cours des 12 derniers mois. Cette situation entraîne souvent une perte de revenu, en plus d’une augmentation du fardeau des dépenses non prévues liées au transport, à l’équipement et aux articles médicaux, aux médicaments et autres. M. Demers ajoute que, dans le cadre d’un sondage récent mené par la Société, 88 % des Canadiens ont déclaré que leur situation financière en souffrirait s’ils devaient prendre soin d'un membre de leur famille ou lui venir en aide.

La Société fait la promotion d’un meilleur soutien financier pour les proches aidants par des améliorations qui seraient apportées aux prestations de compassion administrées par le programme fédéral d’assurance-emploi. Voici les améliorations proposées :

  • Période de prestations : Prolonger la période de prestation, actuellement de six semaines, à 26 semaines, tout en permettant de l’étaler sur 52 semaines.
  • Souplesse accrue : Permettre aux gens de demander des prestations pour des parties de semaines prises sur une période prolongée, plutôt que pour des blocs de semaines à la fois.
  • Révision des critères d'admissibilité : Modifier la terminologie pour les personnes admissibles aux prestations en utilisant l'expression « besoin important de soins en raison d’une maladie potentiellement mortelle » au lieu de « risque de décès important ».
  • Modifier le Code canadien du travail pour protéger les emplois des aidants.

Financement des soins palliatifs

À titre d’organisme prônant un financement accru et une meilleure coordination des services de soins palliatifs au Canada, la Société est également satisfaite des trois millions de dollars affectés dans le budget au développement de nouveaux modèles communautaires dans le domaine des soins palliatifs.

« C’est un pas dans la bonne direction vers la résolution de ce problème crucial, mais il reste encore beaucoup à faire, a souligné Paul Lapierre, vice-président des affaires publiques et de la lutte contre le cancer, Société canadienne du cancer. Un soutien de qualité supérieure et identique pour toute personne sur le point de mourir d’un cancer ou de toute autre maladie devrait être disponible, quel que soit son lieu de résidence. La Société continuera de travailler au nom des Canadiens afin de résoudre cet important problème. »

M. Lapierre ajoute qu’il faut s’attaquer aux problèmes entourant les aidants et les soins palliatifs dès maintenant, car la population du pays vieillit et de plus en plus de Canadiens prendront soin de proches atteints de cancer et d’autres maladies graves potentiellement mortelles.

« Une société efficace et bienveillante aide les familles qui prennent soin de leurs proches malades et doit prendre des dispositions afin que les patients sur le point de décéder passent leurs derniers instants dignement, sans souffrir et dans le lieu de leur choix », a souligné M. Lapierre.

 

 

Renseignements :

Christine Harminc

Senior Manager, Communications & Media Relations

Société canadienne du cancer, Bureau national

Téléphone : 416 934-5340